échos des médias.11

*** échos des médias.11 ***

****************************

*Un spécialiste du journalisme s’en va

Le grand professeur et historien Zahir Haddaden est décédé à l’âge de  89 ans

*une personnalité attachante

Résultat de recherche d'images pour "Zahir Ihaddaden"

La nouvelle est tombée tel un couperet, mais au vu des développements de son état de santé ces dernières heures, la fin était inéluctable. C’est notre ami commun, Tahar Gaïd, tenu constamment informé par les proches parents, qui m’a donné la triste nouvelle.

Son heure était arrivée. Souffrant déjà d’une méchante maladie, contraignante, et dont le traitement lourd l’affaiblissait, Si Zahir luttait courageusement et dignement contre le mal qui le rongeait sans le montrer extérieurement.

Dernièrement, Si Zahir m’a fait l’honneur de venir signer conjointement son livre à Kouba. J’en étais ému de fierté. Son accident domestique a fini par compliquer les choses. A 89 ans, l’enfant de Toudja était diminué et la fracture du col du fémur l’a davantage fragilisé. Il a subi à l’hôpital Aïn Naâdja une opération dont les séquelles ont eu raison de son frêle physique.

Si Zahir nous quitte en nous laissant un bel héritage, à travers ses nombreuses publications et ses livres qui traitent de l’histoire de notre pays et de son immense patrimoine immatériel. Historien, professeur de journalisme, islamologue, Si Zahir a rayonné dans ces domaines grâce à sa large culture, sa pédagogie et son sens de la communicaiton. Des centaines de ses anciens élèves témoignent et louent les qualités humaines et professionnelles de leur maître.

Si Zahir aura regretté une chose: celle de ne pouvoir feuilleter le livre Itinéraire d’un militant, sorti hier aux Editions Dahlab et qui constitue en quelque sorte son testament, puisqu’il y évoque son enfance à Toudja, sa scolarité à Constantine, son cursus médersien, son passage à l’université d’Alger et ses diplômes supérieurs obtenus à Paris. Son cheminement militant n’est pas moins riche, puisque, au PPA, qu’il a intégré très jeune, Si Zahir y a été un fervent défenseur, avant de rallier le FLN, où il a été chargé de confectionner, avec d’autres, à Tétouan et à Tunis, El Moudjahid clandestin.

Si Zahir vouait un respect sans limites à son frère Abdelhafid, dont le portrait trône à l’entrée de son domicile. Abdelhafid Ihaddaden est le premier ingénieur atomicien algérien et l’un des rares spécialistes en physique nucléaire, décédé le 11 juillet 1961 dans l’explosion de l’avion Iliouchine de la compagnie tchécoslovaque qui le transportait de Prague à Bamako via Rabat.

L’avion a été abattu par l’armée française. Abdelhafid y a laissé la vie aux côtés de 8 «cerveaux» algériens. Il avait intégré le FLN en 1956, à l’âge de 24 ans, et est enterré au carré des Martyrs d’El Alia. Si Zahir avait confié à ses proches son désir de reposer près de son frère… Qu’il repose en paix et que Dieu lui accorde Sa Sainte Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis. L’enterrement aura lieu ce jour à 13h à El Alia.*Hamid Tahri *el watan / 21 janvier 2018

Résultat de recherche d'images pour "Zahir Ihaddaden"

***C’est sans aucun doute une grande bibliothèque qui s’en va : le professeur Zahir Iheddaden est décédé aujourd’hui à l’âge de 89 ans, a annoncé l’ancien président de l’APN, Karim Younes sur son compte Facebook. M. Younes n’a pas précisé les causes de son décès. Mais il y a quelques jours, le journaliste, Hamid Tahri qui lui a consacré un portrait dans El Watan a indiqué que le professeur était « hospitalisé à Aïn Naâdja, suite à une chute à son domicile, qui lui a occasionné une opération chirurgicale subie avec succès ».

Originaire de Toudja (Bejaïa), Zahir Iheddaden était à la fois historien, enseignant et ancien journaliste. Licencié d’arabe de la faculté d’Alger, il était militant de l’UDMA et du FLN. Il a également fait partie de l’équipe qui animait la rédaction d’El Moudjahid à Tunis et à Tétouan, pendant la révolution.

À l’indépendance, il se retire de la politique. Il est parmi les fondateurs de l’École normale supérieure de Kouba et de l’École supérieure de journalisme où il a longuement enseigné. Zahir Iheddaden est également auteur de plusieurs ouvrages dont notamment « Histoire de la presse indigène en Algérie, des origines jusqu’en 1930 », « La presse écrite en Algérie de 1965 à 1982 », ou encore « Bejaïa à l’époque de sa splendeur » et « L’histoire des colonisés du Maghreb ».

Sa mort intervient à la veille de la sortie chez les éditions Dahleb d’un ouvrage intitulé « Itinéraire d’un militant ». « Le livre témoignage de notre professeur et mon directeur de thèse Zahir Ihaddaden paraîtra demain aux éditions Dahleb, un livre fort intéressant qui raconte entre autres sa rencontre avec un des tueurs de Abane Ramdane, lequel a agi, selon notre professeur, sur ordre sans connaître le nom de la victime », écrit aujourd’hui sur son compte Facebook, un de ses élèves, actuellement enseignant à l’École supérieure de journalisme, Redouane Boudjemâa.*tsa /  samedi 20 janvier 2018

****************************************

Le gouvernement a-t-il besoin d’un porte-parole ?

*Aujourd’hui, exister médiatiquement pour une institution gouvernementale, ou un homme politique, c’est d’abord surfer en permanence sur l’actualité pour dialoguer, dans un premier temps, avec les citoyens et montrer qu’on est sensible à leurs doléances. Et, ensuite et surtout, qu’on est disposés à les satisfaire. Chose qu’à, apparemment, bien assimilé le Premier Ministre, Abdelmadjid Tebboune, qui, aujourd’hui, tente de communiquer utile et juste.

Le palais du gouvernement.

Dans sa récente tournée dans la wilaya d’Alger, il a tenu à faire des mises au point sur des questions d’actualités brûlantes : l’industrie automobile qualifiée par son ministre de l’industrie d’ « importation déguisée », les migrants clandestins qui ont suscité des « déclarations controversées » au sein même de l’exécutif, même si dans l’esprit du Premier ministre « ce n’est pas grave » etc.

Autant de polémiques et de couacs provoqués par des membres du gouvernement, cela fait absolument désordre, selon les observateurs ! Ces ministères de la parole et de la langue de bois qui, à vouloir sans cesse intervenir, surtout sans forme de discours et de déclaration à vif, continuent à décrédibiliser la parole publique pour la rendre inaudible. Cela crée dans l’imaginaire social l’impression de déjà vu, déjà entendu. Ces derniers, gagneraient-ils à modérer leur emballement, à supposer que cela soit possible ?

Aujourd’hui, le foisonnement des journaux fait que la concurrence dans le secteur est féroce. C’est la course à qui sortira le scoop ou la nouvelle frappée du fameux sceau racoleur « aadjel » ; certains journalistes ne prennent aucune précaution, ni celle consistant à en vérifier la teneur encore moins celle confortant la source de leurs informations.

Une personnalité politique distille « à vif » analyses et confidences à quelques journalistes politiques. Ce n’est pas à proprement parler une interview ; la règle veut que le journaliste utilise ces informations pour mieux comprendre, mieux raconter la situation politique, mais sans citer, nommément, l’auteur de ces propos.

Cette même règle exige du journaliste qu’il doit respecter la personnalité qui fait la déclaration et qu’elle refuse qu’elle sorte, l’idée étant de permettre audit journaliste de saisir le contexte dans lequel la déclaration a été émise. La personnalité peut, aussi, accepter, mais à condition que l’on conserve le secret sur son identité, un secret qui vaut à l’égard du public, mais qui peut s’imposer de manière plus absolue.

Sur le principe, la pratique paraît, parfaitement, fondée : à quoi bon mettre dans l’embarras celui qui a fait la déclaration ?

Mais, certains journalistes pris dans le tourbillon de la quête du scoop ne mesurent pas l’effet de déflagration qui s’attache à la diffusion d’un propos ou à la publication d’une information émis « en off ». Et l’exemple le plus édifiant est contenu dans le propos malheureux émis en son temps, par Abdelmalek Sellal, directeur de campagne de Abdelaziz Bouteflika, qui a failli provoquer la révolte de toute une région d’Algérie !

En faisant face à une concurrence accrue, entre les médias, comment un journaliste détenant une information brûlante, exclusive, un scoop, pourrait-il respecter cet accord, basé sur le bien-fondé de la morale ? Quant au contenu des informations rapportées sous le couvert du confidentiel et bien qu’elles ne soient pas, toujours, utiles ou passionnantes, le public en raffole et se délecte des « radars » et autres « périscoopes » qui les hébergent ; les petites phrases, les blagues, croqueuses et ravageuses donnent l’impression au lecteur de découvrir, enfin, « ce qui se passe derrière les coulisses ».

A l’ère des technologies de l’information et de la communication, une information fait le tour de la planète en une minute à travers une diffusion instantanée sur les réseaux sociaux et autres sites électroniques. L’actualité vient de nous en offrir un exemple frappant : les incendies qui ont ravagé des villages en Kabylie et aussi dans d’autres régions du pays. Les réseaux sociaux ont fait circulé des images « en live » des lieux rongés par les flammes, sous les yeux des habitants hagards, impuissants devant la puissance du sinistre.

Les autorités, notamment centrales, ont tardé à réagir ce qui suscité moult commentaires de la part des algériens. Et c’est bien après que le ministre de l’intérieur s’est déplacé à Tizi-Ouzou pour apporter la bonne parole et surtout afficher le soutien des pouvoirs publics, disposés, cette fois-ci, à prendre en charge les pertes occasionnées par le sinistre. Une décision, faut-il le dire, prise par le président de la République, et qui concernera 17 wilayas dont les citoyens touchés seront indemnisés.

C’est une leçon aussi pour les gouvernants qui doivent intégrer dans leur logiciel le facteur temps : réagir vingt-quatre heures ou plus après un événement qui a frappé l’opinion, n’est pas sans conséquences. L’hyper visibilité est devenue une nécessité absolue, une façon de maintenir le lien avec les gens, eux qui sont relativement, détachés de la vie politique et en même temps plus exigeants envers leurs gouvernants.

Aujourd’hui, il faut le dire, il y a unanimité sur la faiblesse de notre communication institutionnelle. Le premier Ministre s’est, à l’évidence, aperçu. Mais il ne peut pas être à la fois, au four et au moulin. Faire aussi le travail des autres. Ou les évincer, in situ, face aux caméras de télévision. Méthode contreproductive, rappelant celle de l’ancien ministre de la santé Yahia Guidoum, qui virait les responsables de son secteur à chaque sortie sur le terrain.

Le poids grandissant des chaînes d’information en continue conjugué à la montée en puissance des réseaux sociaux mettent le gouvernement et les ministres à rude épreuve. Aujourd’hui, Abdelmadjid Tebboune, le premier ministre est face à deux défis majeurs :

  1. maitriser plus que jamais sa parole dans un contexte d’hyper réactivité médiatique
  2. gérer la dispersion de la parole gouvernementale

D’où la nécessité pour lui de nommer un ou une « porte-parole » qui sera, en principe, le seul habilité à engager la position du gouvernement sur tous les sujets. Ses principales missions, rendre compte des travaux du conseil des ministres et exercer une mission d’information sur les activités du gouvernement.

Bien évidemment, il doit faire montre d’une maitrise absolue du langage, même s’il va, fatalement, faire usage de la langue de bois, ce qui va être considéré, somme toute, comme une réaction saine face à un paysage médiatique toujours prompt à s’emballer.

Le porte-parole, en quelque sorte « un airbag » dont le gouvernement a besoin, lui qui est sur la brèche sur plusieurs fronts, notamment en ce qui concerne la moralisation de la vie publique. De ce fait, il est grand temps pour lui de comprendre que la communication est un acte politique ou les « états d’âmes » des dirigeants et la « peopolisation » de tel ou tel ministre n’ont pas de place. Alors oui, il a besoin d’un porte-parole pour rendre compte de son action aux Algériens, ces contribuables et, accessoirement, électeurs.

Cherif Ali / lematindz./ mercredi 26 juillet 2017

*************************************

<br />
	Jos&eacute; Gar&ccedil;on, Mireille Duteil, Vincent Hervou&euml;t et Dominique<br />
	Lagarde<br />

    *Les mercenaires de la plume

Ces journalistes français qui roulent pour le makhzen marocain

Plusieurs journalistes français et marocains témoignent «du lobbyisme infatigable et tentateur» que déploie le Maroc auprès de la presse internationale.

L’affaire des journalistes français accusés, documents à l’appui, par le hacker marocain Chris Coleman de rouler pour les services secrets de Mohammed VI occupe à nouveau le devant de la scène. Le site français d’informations en ligne Arrêt sur image rapporte que trois journalistes français ayant relayé les informations diffusées par le corbeau marocain ont comparu, jeudi 18 janvier 2018, devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris.

Il s’agit de Daniel Schneidermann, directeur du site Arrêt sur image, Alain Gresh et Olivier Quarante. Ils sont poursuivis pour «diffamation» par l’hebdomadaire Le Point et son ancienne journaliste Mireille Duteil, qui est abondamment citée dans les documents mis en ligne par Chris Coleman.

A l’occasion, Arrêt sur image rappelle que Mireille Duteil est par ailleurs collaboratrice à L’Observateur du Maroc, publication confidentielle, dont le directeur, Ahmed Charaï, est connu pour être un proche du pouvoir marocain. En ce qui le concerne, Chris Coleman présente carrément Ahmed Charaï comme un agent du contre-espionnage marocain.

Trois autres grands noms de la presse française sont également cités dans le cadre de cette affaire de corruption présumée de journalistes français par le makhzen, dite «l’affaire des marocleaks» et dont le jugement sera rendu le 22 mars. Ces journalistes sont Dominique Lagarde de L’Express, José Garçon de Libération et Vincent Hervouët de la chaîne d’information LCI. Ce dernier est, rappelle-t-on aussi, actionnaire à hauteur de 10% d’une radio détenue par Ahmed Charaï (Radio Med), pour laquelle il réalise par ailleurs une chronique hebdomadaire.

*6000 euros pour un article favorable au Maroc

L’objet de la diffamation dénoncée par Mireille Duteil concerne notamment la chronique de Daniel Schneidermann, titrée «Maroc : le retour de l’abominable vénalité de la presse française ?», publiée le 19 décembre 2014 sur le site même d’Arrêt sur image. Dans cette chronique, il était notamment question de Chris Coleman qui diffusait sur son compte Twitter des documents confidentiels du ministère marocain des Affaires étrangères et de la DGED qui attestent, entre autres, que de nombreux journalistes français ont été «achetés» par Rabat pour produire des articles favorables au Maroc, soutenant la colonisation du Sahara occidental.

Ces même documents évoquent aussi un échange de mails où Ahmed Charaï demande de l’argent à un interlocuteur afin, dit-il, de payer les quatre journalistes dont les noms étaient accolés à des sommes d’argent. Mireille Duteil, Dominique Lagarde, José Garçon et Vincent Hervouët ont tous rejeté ces accusations.

Ahmed Charaï a également nié — dans un droit de réponse adressé en 2014 au Nouvel Observateur qui avait publié un article évoquant son rôle dans le «recrutement de mercenaires de la plume au service du makhzen» — avoir recruté ces quatre journalistes pour le compte des services marocains. Selon des observateurs, le directeur de L’Observateur du Maroc s’est davantage enfoncé en essayant de se disculper.

Pour eux, il n’a fait que confirmer ses relations intimes avec les journalistes français dont les noms apparaissent dans les «câbles» diffusés par le hacker marocain. «En 20 ans, j’ai pu lier des amitiés un peu partout dans le monde. Les quatre journalistes que vous citez me font l’honneur de leur amitié. Ils collaborent avec mes supports depuis plus d’une décennie (…)», a-t-il attesté dans son droit de réponse.

*Conflits d’intérêts

Dans une chronique publiée vendredi 19 janvier 2018, intitulée : «Maroc et corruption médiatique : deux absents obsédants au tribunal de Paris», Daniel Schneidermann s’étonne que «ni la journaliste Mireille Duteil ni le directeur du Point, Etienne Gernelle, ne sont venus assister au procès en diffamation à propos du Maroc, intenté à Arrêt sur image et Orient XXI».

Le directeur du site Arrêt sur image se demande aussi «pourquoi Mireille Duteil n’est pas venue clarifier le statut de sa collaboration avec L’Observateur du Maroc, dont le directeur, Ahmed Charaï, est un proche du pouvoir marocain ?» et pour quelle raison «elle n’est pas simplement venue dire si elle était payée pour cette abondante collaboration, et si oui, combien ?»

Il dit ne pas comprendre également «pourquoi Gernelle (ou son prédécesseur Franz-Olivier Giesbert) ne sont pas venus dire s’ils connaissaient l’existence de cette pige, et si cela ne constituait pas, à leurs yeux, un conflit d’intérêt dans sa couverture du Maghreb pour un grand hebdomadaire indépendant comme Le Point ?» «Pourquoi ne sont-ils pas venus expliquer les raisons du black-out, dans Le Point (…) sur le conflit du Sahara occidental, à enjeu stratégique pour le pouvoir marocain ?» s’est encore interrogé Daniel Schneidermann.

En revanche, le chroniqueur a précisé que plusieurs journalistes français et marocains se sont succédé pour témoigner «du lobbyisme infatigable et tentateur que déploie le Maroc auprès de la presse internationale». Parmi eux, Ignacio Cembrero (ex-El Pais), Jean-Pierre Tuquoi, ex-spécialiste du Maghreb au Monde, et Aboubakr Jamai, journaliste marocain installé en France.

«On n’écrit pas gratuitement pour une publication qui n’a pas de lecteurs», a rappelé Ignacio Cembrero. «Au Maroc, la situation de la presse francophone est assez simple : ils vivent des subsides du régime», a renchéri Jean-Pierre Tuquoi. Journaliste marocain réfugié en France, Aboubakr Jamai a rappelé, quant à lui, la nocivité, pour les journalistes indépendants marocains, de «ces personnes qui donnent une image erronée du régime». *Zine Cherfaoui / *el watan / lundi 22 janvier 2018

***********************************

Riad Ait Aoudia. Directeur de l’agence Media Algeria

«Les programmes TV du Ramadhan ont une deuxième vie sur le web»

Résultat de recherche d'images pour "tv algerie programmes"

**Le Ramadhan est-il un mois propice à la communication des marques ?

–Oui. En 2016, la part d’audience des chaînes algériennes était de 35% plus élevée que le reste de l’année, les Algériens ont passé 60% de leur temps de télévision devant les chaînes TV algériennes. De plus, le pic d’audience est très élevé après le f’tour ; les chaînes algériennes permettent de toucher 18 millions d’Algériens tous les soirs.

Cette année, les premières estimations donnent des résultats un peu moins élevés que l’an dernier, mais nous sommes toujours sur les mêmes tendances. En termes de profil de téléspectateurs, traditionnellement les soirées ramadhanesques donnent lieu à une audience familiale, presque toutes les cibles sont atteignables durant cette période, tout sexe, tranche d’âge et catégorie socioprofessionnelle (CSP) confondus.

Résultat de recherche d'images pour "tv algerie programmes"

Les programmes spécifiques au Ramadhan ont toujours été très appréciés des Algériens et la concurrence des chaînes privées a donné lieu à encore plus de diversité et de créativité (et parfois à certains dérapages) pour gagner la course à l’audience. Les annonceurs aiment associer leur image à ce type de programmes, nous assistons lors de cette période à une recrudescence des sponsorings et placements de produits par exemple. Enfin, les nouvelles publicités réalisées par les annonceurs durant cette période créent une certaine curiosité chez les téléspectateurs, qui ont un certain engouement pour les «nouvelles publicités de Ramadhan» et leur attention aux coupures publicitaires est grande.

**Est-ce une bonne idée de trop communiquer pendant ce mois ? N’y a-t-il pas une overdose de messages ?

–Le revers de la médaille est la visibilité. Ce puits d’audience intéresse un nombre important d’annonceurs qui se disputent un pic prime time assez réduit (environ 45 mn). Cela donne lieu à des coupures publicitaires très longues (record de 73 spots sur une coupure publicitaire en 2016) et cette année nous avons d’ores et déjà enregistré une coupure de 52 spots ! Il est donc assez difficile d’émerger dans ce contexte, les marques doivent faire preuve de plus de créativité pour y parvenir. Les tickets d’entrée pour le Ramadhan sont élevés et les annonceurs doivent souvent mettre de gros moyens s’ils veulent communiquer durant cette période, les spots sont beaucoup plus chers en prime qu’hors Ramadhan, de plus les annonceurs doivent s’assurer d’un nombre élevé de passages en prime pour pallier le déficit de visibilité.

**C’est aussi un mois où la fréquentation médiatique et des réseaux sociaux augmente…

Une étude a été lancée par Immar Media cette année pour mesurer la consommation de l’ensemble des médias durant le Ramadhan et on a observé une pénétration quotidienne de 43% pour les réseaux sociaux et 52% pour internet, la consommation est différente durant cette période avec une utilisation importante des réseaux sociaux avant et après le f’tour jusque tard dans la soirée. Il est également intéressant de noter que les programmes TV du Ramadhan ont également une deuxième vie sur le web surtout pour les caméras cachées qui pour certaines d’entre elles obtiennent plus d’un million de vues sur YouTube le lendemain de leur diffusion. 

*Kamel Benelkadi / el watan / samedi 10 juin 2017

Elle est interpellée encore par le CNDH : l’ARAV, une institution somnambule ?

*****************************

**vidéos: 

Résultat de recherche d'images pour "nas stah programmes tv echorouk tv"

Ness Stah Episode 1-2017

Résultat de recherche d'images pour "sultan achour 10 saison 2"

**sultan achour 10 saison 2 EP 10 

**السلطان بدون شعب

*****************************

 

leprieuremoret |
le site consacré a de tout ... |
bière et brasseries de Moselle |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SuperKill3000
| salomecasta
| Univers Manchettellesque