Archive pour avril, 2009

Devenir un bon communicateur

gym4.jpg 

*1* -Pourquoi communiquons-nous ?

Nous sommes interpendants dans la mesure où chacun de nous a besoin des autres pour combler ses besoins fondamentaux. Par la communication nous pouvons satisfaire ces besoins qui sont classés en 5 catégories : -1. besoins physiologiques – 2.besoins de sécurité – 3.besoins sociaux -4. besoins d’estime de soi -5. besoins d’actualisation ou d’accomplissement de soi.

1- besoins physiologiques dont la satisfaction minimale assure notre survie : respirer, se nourrir, nous reposer, nous vêtir, nous reproduire en tant qu’espèce.

2- le besoin de sécurité… ou la nécessité de nous sentir à l’abri d’éventuelles atteintes à notre bien-être physique et psychologique.

3- les besoins sociaux qui sont divisés en deux catégories. a- le besoin d’affection qui traduit le désir d’entretenir des relations significatives avec les personnes de notre entourage…( pour aider les autres, pour dire aux autres et aux proches que  » Je tiens à eux », et que  » Je me sens moins seul avec eux ».). b- le besoin d’appartenance…(sentir le besoin d’être avec quelqu’un, de faire partie d’une famille, d’un milieu, d’une société…, qui peut se traduire par un besoin d’identité.

° Qui sommes-nous? – Sommes-nous intelligents ou stupides? beaux ou laids? doués ou sots?

°Certains chercheurs ont identifié d’aures besoins sociaux (que nous comblons par la communication) comme le plaisir (c’est agréable), la relaxation(celà me détend) , le contrôle.

 4- besoin d’estime de soi… ou le besoin de sentir  » que nous servons à quelque chose », que  » nous sommes des personnes compétentes et utiles », ce qui mérite notre respect et celui des autres. (évaluation de ses propres caractéristiques personnelles).

5- Besoin d’actualisation de soi … ou d’accomplissement de soi…qui est le désir de développer notre potentiel au maximum, de devenir les meilleures personnes possibles… Cette dernière étape n’est pleunement atteinte que par une minorité de personnes.

° Une personne accomplie est celle qui a développé de manière optimale, ses talents, sa créativité et son autonomie. C’est une personne qui est capable d’une grande générosité envers les autres. Elle valorise des valeurs humaines plutôt que les valeurs matérialistes. Elle entretient avec les autres des relations interpersonnelles saines et honnêtes.        

°A cause de la nature interdépendante de l’être humain, le besoin d’entrer en contact avec autrui, représente un besoin essentiel. 

°°Tout petit, nous communiquions déjà des besoins physiologiques à nos parents. Pas nécessairement avec des mots, mais avec des pleurs, des gestes et des cris. Aujourd’hui encore, plusieurs de nos besoins physiologiques sont comblés par la communication avec autrui.

°°°Ainsi, par la communication, nous pouvons satisfaire des besoins pratiques qui nous permettent de fonctionner efficacement dans la vie de tous les jours. Enfants, nous découvrons « qui nous sommes », par les messages que nous envoient les autres et nous nous attribuons une valeur personnelle. Nous pouvons communiquer pour donner de l’affection et pour combler notre besoin d’appartenance. Parfois, nous communiquons pour le plaisir d’être en lien avec quelqu’un… ou pour la relaxation et la détente.

*************** 

*2* – Les mécanismes de la communication 

*Qu’est-ce qui se produit quand une personne transmet un message à une autre personne ? 

Le processus de communication n’est pas un processus linéaire selon lequel une personne fait «  quelque chose à une autre personne » …pas plus qu’un processus intéractif dans lequel  des personnes échangent tour à tour, des messages dans une sorte de partie de tennis, verbale ou non verbale… La communication est plutôt un processus transactionnel, dans lequel des participants établissent une relation, en envoyant et en recevant simultanément des messages dont plusieurs peuvent être déformés par différents types de «  bruits ».  

° une vision linéaire …Dans le modèle de communication linéaire, la communication ressemble à une injection : un émetteur encode (=traduit  la pensée au moyen de symboles) …encode des idées ou des émotions dans un message qu’il envoie à un récepteur, par l’intermédiaire d’un canal (oral, écrit, diffusé, électronique, téléphonique ou autres…). Le récepteur décode le message et lui donne un sens.

– Le modèle linéaire introduit également la notion de « bruits », terme utilisé par les spécialistes des sciences humaines, pour décrire tout facteur qui entrave la bonne communication. –Les types de bruits (au nombre de trois) peuvent affecter la communication à n’importe quel moment…

les « bruits externes » qui entourent l’émetteur et le récepteur, et les empêchent de se concentrer. (Par exemple, trop de fumée de cigarettes dans une pièce close… assis ou se situé loin, au fond d’un auditorium)… situation qui peut rendre pratiquement inaudible les paroles d’un orateur.

–Les « bruits physiologiques » (la faim, la douleur, bégaiement, surdité partielle, une maladie ou tout autre facteur qui indispose ou affaiblit l’émetteur et le récepteur).

Les « bruits psychologiques »  …sont les tendances personnelles du communicateur qui l’empêchent d’exprimer ou de comprendre clairement un message.(exemple : pêcheur amateur qui exagère, même inconsciemment, la taille ou le nombre de poissons qu’il a attrapés, dans le but de se persuader et de persuader les autres qu’il est très doué) – (l’exemple d’un étudiant déçu qui vient d’apprendre qu’il a échoué à un examen et qui ne voudra pas comprendre clairement ce qui n’a pas fonctionné).

–Malgré la logique de ces notions, le modèle linéaire ignore le fait que les récepteurs réagissent aux messages, en renvoyant eux-mêmes d’autres messages.

**( consulter la suite du sujet à la page  » communication » dans la marge à droite.cliquer ici  Comment devenir un bon communicateur

amitivirtuellgif1.gif

 

 

leprieuremoret |
le site consacré a de tout ... |
bière et brasseries de Moselle |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SuperKill3000
| salomecasta
| Univers Manchettellesque