Archive pour décembre, 2010

Hécatombe dans les magazines pour jeunes filles

*Après «Jeune et Jolie», c’est au tour de «Girls !» de suspendre sa parution.

Hécatombe dans les magazines pour jeunes filles dans presse- infos- communication coeur- 

8377c3ba-0dba-11e0-a49d-8f0c64ed980c dans presse- infos- communication
 

La dernière marque emblématique de la presse pour adolescentes en France tire sa révérence sur le papier. Les Éditions Bauer, filiale du géant de la presse allemande dirigée à Paris par Detlef Tyra, ont annoncé mardi qu’elles allaient arrêter la publication du mensuel Girls !. Ce magazine à destination des jeunes filles âgées de 15 à 20 ans avait été lancé en 1992 sous le nom Bravo Girl ! puis rebaptisé Girls ! en 1998. Le dernier numéro du magazine, qui sera à cette occasion «double», paraîtra en février prochain.

«Girls ! est le dernier titre d’un segment de presse qui a connu au fil des années une érosion de ses ventes causée par une génération de jeunes filles de plus en plus zappeuses et digital natives», a souligné son éditeur. Bauer, qui édite aussi en France l’un des grands hebdomadaires de la presse féminine, Maxi (464 107 exemplaires de diffusion France payée en 2009-2010), prévoit toutefois d’accroître sur Internet ses investissements sur la marque Girls !, à travers le site girls.fr. Le titre emploie aujourd’hui une dizaine de collaborateurs.

Comme de nombreux titres de cette famille de presse dédiée aux jeunes filles, Girls ! a connu un ­effondrement de ses ventes. En 2005, sa diffusion France payée atteignait encore 165 205 exemplaires. En 2009, elle est descendue à 94 153 exemplaires, soit une chute de plus de 24 % par rapport à l’année précédente, selon l’OJD (l’organe de contrôle de la diffusion de la presse).

«20 Ans» à vendre

 

Girls ! suit ainsi la triste trajec­toire du magazine Jeune et Jolie, qui était édité par le groupe ­Lagardère Active. Après vingt-deux ans d’existence, ce mensuel avait ­également publié il y a presque un an – le 6 janvier 2010 – son dernier numéro.

Dernière victime d’une baisse régulière des ventes, le magazine 20 Ans serait aujourd’hui à la ­recherche d’un nouveau propriétaire. Créé en 1961 par Daniel Filipacchi, le fondateur de Hachette Filipacchi Media, le mensuel pour adolescentes et jeunes femmes est passé entre les mains du groupe Excelsior Publications puis d’Emap France, devenu Mondadori France. Ce dernier avait suspendu la parution de 20 Ans en 2007, repris début 2009 par la société indépendante FT Médias. (Le Figaro-22.12.2010.)

**********************

Charlie Hebdo condamné pour avoir licencié Siné

*Le tribunal a estimé qu’il était abusif de licencier le caricaturiste pour son dessin sur Jean Sarkozy. La société éditrice devra lui verser 40.000 euros de dommages et intérêts.

 Philippe Val, à Cannes, en mai 2008.La société éditrice de Charlie Hebdo a été condamnée par le tribunal de grande instance de Paris pour avoir rompu abusivement le contrat de collaboration qui la liait depuis seize ans avec le caricaturiste Siné, selon un jugement consulté jeudi par l’AFP.Les Editions rotatives devront verser 40.000 euros de dommages et intérêts à Maurice Sinet, dit «Siné», et publier la condamnation dans Charlie Hebdo.Le 2 juillet 2008, le dessinateur avait publié une chronique dans laquelle il fustigeait l’arrivisme de Jean Sarkozy. Surtout, Siné ironisait sur l’éventualité de la conversion au judaïsme du fils de Nicolas Sarkozy avant son mariage avec la fille du fondateur des magasins Darty.Le 16 juillet, il apprenait dans Charlie Hebdo qu’il était renvoyé. Le directeur de la publication, Philippe Val, justifiait la fin de la collaboration en arguant que les propos de Siné «pouvaient être interprétés comme faisant le lien entre la conversion au judaïsme et la réussite sociale et ce n’était ni acceptable ni défendable devant un tribunal».

«Préjudice moral»

Siné avait alors assigné Charlie Hebdo en justice pour rupture abusive de contrat. Il réclamait 148.000 euros.
Dans un jugement rendu le 30 novembre, la 3e chambre civile du TGI de Paris lui a donné raison.

D’abord, le tribunal a considéré qu’«il ne peut être prétendu que les termes de la chronique de Maurice Sinet sont antisémites, ni que celui-ci a commis une faute en les écrivant». D’autant que la chronique avait été soumise à la relecture du directeur de la publication, Philippe Val. «Il ne pouvait être demandé à Siné de signer et faire paraître une lettre d’excuse», poursuit le tribunal, qui reproche à Charlie Hebdo d’avoir licencié Siné sans lui avoir adressé de préavis.

Les magistrats parisiens ont évalué le préjudice économique du caricaturiste à 20.000 euros. En outre, ont-ils jugé, «la médiatisation de la rupture et le caractère humiliant de son annonce apprise en même temps que les lecteurs par la publication du numéro du 16 juillet 2008, ont causé à Siné un préjudice moral qu’il convient d’indemniser en lui allouant la somme de 20.000 euros.» (Source AFP-09.12.2010.)

*******************

 wl.png

**Wikileaks: les médias français sévèrement critiqués par les Américains

Dans les carnets de Wikileaks

Ils sont jugés trop élitistes et trop dépendants des pouvoirs économiques et politiques.

Nicolas Sarkozy entouré de journalistes, à New York en mai 2004.

Nicolas Sarkozy entouré de journalistes, à New York en mai 2004.

 

Dans un câble diplomatique non classifié de l’ambassade américaine et révélé par le site Wikileaks, les médias français sont critiqués, pour la déontologie de leurs  journalistes les plus connus, les pressions des pouvoirs politiques et économiques ou pour le traitement médiatique des minorités.

Ainsi, elle juge que «les grands journalistes viennent le plus souvent des mêmes écoles élitistes que la plupart des leaders gouvernementaux. Ces journalistes ne considèrent pas forcément que leur premier rôle est de surveiller le pouvoir en place. Ils se considèrent comme des intellectuels préférant analyser les événements et influencer les lecteurs plutôt que de rapporter les faits».

L’ambassade américaine estime également, comme le souligne l’Express, que «le secteur privé des médias en France – journaux, TV et radios – continue d’être dominé par un petit groupe de conglomérats, et tous les médias français sont plus contrôlés et soumis à des pressions politiques et économiques que leurs homologues américains».

Du coup, elle explique que les minorités et les ONG utilisent énormément internet et les blogs, «incroyablement populaires» pour communiquer, car «ils estiment que leurs points de vue n’est pas suffisamment reflété par les médias traditionnels».

Le sujet principal de ce câble de janvier 2007 était la volonté des Américains d’organiser une stratégie pour séduire les communautés musulmanes et arabes françaises et, dans le même temps, améliorer leurs situations dans notre société, notamment leurs images dans les médias.

L’engagement pro-actif de l’ambassade américaine est connu. Elle s’est notamment tournée vers les jeunes de banlieue en général, à la recherche des talents de demain. A tel point que, comme le soulignait un article du Monde de juillet 2010, certains ont parfois l’impression que les Etats-Unis se soucient plus d’eux et leur font plus confiance que les institutions françaises.(Libération-09.12.2010.)

 

 

12

leprieuremoret |
le site consacré a de tout ... |
bière et brasseries de Moselle |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SuperKill3000
| salomecasta
| Univers Manchettellesque