Archive pour mai, 2011

Média Star 2011

*en l’honneur des hommes et des femmes de la presse

Au lendemain de la célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse, l’opérateur à la bannière étoilée, Nedjma, a organisé une grandiose cérémonie en l’honneur des hommes et des femmes du 4e pouvoir. L’événement qui a eu lieu mercredi dernier a été abrité par l’hôtel Sheraton Club des Pins, à Alger. A la faveur de cette mémorable soirée, des prix ont été remis aux lauréats de la 5e édition du concours Média Star.
Ce dernier, faut-il le rappeler, est devenu depuis 2006, un rendez-vous incontournable pour les professionnels algériens de la plume. Il s’est mué en tradition et consacre, désormais, les meilleurs travaux journalistiques traitant des questions liées aux technologies de l’information et de la communication (TIC), de la problématique liée à leur utilisation, leur impact sur la société algérienne ainsi qu’à leur développement dans notre pays. Il intervient, cette année, dans un contexte maghrébin et international marqué par la cyber-révolution tunisienne qui aura confirmé l’importance décisive de l’information indépendante de toute pression politique et économique.
Les lauréats primés
Aussi, Wataniya Télécom Algérie-Nedjma, a-t-elle jugé pertinent de désigner, pour la première fois, dans l’histoire du concours, des travaux nominés dans chaque catégorie et d’en récompenser les meilleurs. Ainsi, pour la presse électronique et spécialisée, trois travaux ont été nominés, alors que le journaliste Tazaïrt Samir a été choisi lauréat pour son article «E-commerce et paiement en ligne, cap ou pas cap» paru dans l’hebdomadaire IT Mag.
Le Prix de la Radio a vu, quant à lui, quatre travaux nominés dont deux lauréats, à savoir Harrat Aziz et Meriche Boubeker pour leur émission «Nous avons rêvé sur Facebook» diffusée sur la radio régionale de Jijel. Et Imarouène Boudjemâa pour son émission intitulée «Facebook ou la révolution des Facebookers» diffusée le 7 mars dernier sur les ondes de la Radio Chaîne II. Si la Télévision a été le grand absent à cette consécration de talents pour sa non-participation, la presse écrite a, au contraire, brillé par ses propositions. Elle s’est imposée par pas moins de six travaux nominés, dont deux lauréats.
Le Prix presse écrite est revenu à notre consoeur Midjek Fella pour son article «Sécurité informatique: les dessous d’un marché juteux» paru dans le supplément hebdomadaire El Watan Economie du 21 au 27 mars dernier.
Le travail de notre confrère Djaïd Abderrahmane «Des Algériens ont adopté les derniers cris de la technologie et d’autres en ont divorcé sans appel» a également arraché le même prix.
Signalons que le jury n’a pas décerné de prix dans la catégorie Dessins de presse et photos pour non-conformité des travaux soumis au règlement du concours. En plus du trophée et de la reconnaissance qu’offre ce prestigieux prix dédié exclusivement aux journalistes, Nedjma a offert aux heureux gagnants des cadeaux de valeur sous forme d’équipements informatiques complets et d’outils multimédia tellement nécessaires à l’exercice de la difficile tâche d’informer.
A l’occasion de cette soirée, où le tapis rouge a été déroulé pour les représentants de la presse, notamment les principaux patrons des médias, M.Joseph Ged, girecteur général de Wataniya Télécom Algérie-Nedjma, n’a pas manqué de déclarer: «Comme il est de tradition à Nedjma, nous tenons à célébrer avec vous et ce, depuis 2006, la Journée internationale de la liberté de la presse qui coïncide avec le 3 mai de chaque année. Cette journée est l’occasion pour nous de rendre hommage aux journalistes algériens et de souligner leur combat quotidien pour accomplir leur noble mission d’informer. La presse algérienne a été un témoin de la glorieuse histoire de l’Algérie et un acteur incontournable de son évolution…»
Revenant sur le concours Media Star, le premier responsable de Nedjma a, en outre, affirmé: «Media Star demeure notre événement phare en direction de la presse, car il est pour vous et par vous dans un concept alliant compétition journalistique et hommage aux professionnels des médias.»

Une réussite totale
La contribution du dynamique Ramdane Djazaïri, responsable de communication de WTA, a été décisive dans la réussite de l’événement.
Un immense chapiteau dressé sur la belle plage du Sheraton a servi d’écrin au Media Star qui a vu la présence de nombreuses personnalités du monde du sport, de la politique et de la culture, nombre d’entre eux, à l’instar du ministre de la Communication, M.Nacer Mehal, du héros de Gijon, M.Mahieddine Khalef, du président de la FAF, M.Raouraoua, le directeur général de la Bibliothèque nationale d’Algérie, M.Azzedine Mihoubi, M.Nouredine Benbraham, commandant des Scouts musulmans algériens (SMA) M.Mustapha Chérif, ancien ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique et ex-ambassadeur, ou encore M.Mahieddine Amimour, ancien ministre de la Communication, se sont relayés pour remettre les trophées aux plus méritants.
En marge de la cérémonie de remise des prix, l’opérateur leader du multimédia a rendu un vibrant hommage à cinq personnalités qui ont marqué de leur empreinte l’univers des médias en Algérie.
Croyant en la culture de la reconnaissance et en la lutte contre l’oubli, Nedjma a de la sorte rendu un hommage posthume à l’écrivain, poète et journaliste, Tahar Djaout et à Abderrahmane Mahmoudi, ancien directeur du quotidien Le Jour d’Algérie; tous deux disparus prématurément, alors qu’ils pouvaient encore tant donner à la patrie.
La soirée qui était animée par Mehrez, voyait son volet musical assuré par le célèbre groupe de violonistes Electra-Girls qu’accompagnaient des percussionnistes sur des rythmes syncopés.
La troupe musicale a su charmer l’assistance avec son show glam’rock original, mais également en reprenant des chansons du terroir musical algérien. Au fil de cette ambiance festive et hautement artistique, l’hommage est revenu à d’autres noms incontournables des mass médias comme Nabiha Terbèche née Medjahed, cette ancienne d’Algérie Presse Service (APS) l’une des rares journalistes à avoir interviewé l’héroïne de la guerre de Libération nationale, Djamila Bouhired.
Au journaliste sportif, Redouane Bendali, l’on a également reconnu la riche carrière journalistique, aux mille facettes et qui lui aura valu l’appellation de «journaliste caméléon».
Enfin, Abderrezak Zouaoui, cet ancien commentateur sportif de la télévision et dont le nom est intimement lié aux «Jeux méditerranéens» a eu droit à une salve d’applaudissements de la part d’une assistance jeune et moins jeune et qui lui reconnaît le fait d’avoir été le pionnier du commentaire sportif télévisé alors que les chaînes de télévision satellitaire relevaient encore de la science fiction.
Signalons que Nedjma a gratifié ses invités en leur proposant de suivre de près les gestes magiques de l’artiste-peintre Henri Selles, alias «Ibara» et surnommé le peintre de l’extrême.
Ce dernier a réalisé une fresque géante en l’honneur de la presse algérienne. Abdelkader Secteur est enfin l’autre artiste a avoir su égayer la soirée avec ses envolées humoristiques et ses blagues extraites de son riche répertoire. (L’Expression-07.05.2011.)

 

 

*****************************

Ghassan Ben Jeddou veut créer sa propre Al Jazeera

*«Le premier des droits de l’homme c’est la liberté individuelle, la liberté de la propriété, la liberté de la pensée, la liberté du travail.»
Jean Jaurès
On ne chôme pas en quittant Al Jazeera, c’est le constat fait par le journaliste libano-tunisien, Ghassan Ben Jeddou, qui est intervenu pour la première fois sur la chaîne libanaise Al Djadid, pour expliquer sa surprenante décision. Plusieurs propositions ont été faites à l’ex-journaliste et cela va de propriétaire de café à président de la République de Tunisie en passant par la proposition de ministre de l’Information. Le journaliste Ghassan Ben Jeddou a tenu dans un premier temps à remercier la réalisatrice Meriem Al Bassam qui avait dédié son prix remporté au Festival du documentaire d’Al Jazeera à Doha au journaliste d’Al Jazeera. Voulant mettre un terme à la polémique, Ghassan Ben Jeddou a affirmé qu’il avait démissionné par principe et qu’il n’avait aucun problème avec Al Jazeera, et encore moins avec les responsables de la chaîne qatarie. Il a affirmé néanmoins qu’il était contre toute médiatisation qui jouerait le rôle déstabilisateur d’un pays. Le journaliste a affirmé qu’il était contre toute forme de sédition et d’incitation dans les médias. L’ex-journaliste d’Al Jazeera n’a exprimé aucun regret pour son départ et a salué le travail de l’information sur les chaînes arabes, affirmant qu’elles ont créé, grâce à leur volonté et leur travail, une force importante pour imposer la pensée et la culture arabes. S’agissant de sa décision, le journaliste libano-tunisien a affirmé d’un ton honnête: «Aucune personne dans le monde n’était au courant de ma décision de démissionner, sauf ma femme.» Il n’a cependant pas caché ses relations avec le Hezbollah et la Syrie, affirmant qu’ils n’étaient pas au courant de son projet de départ. Il a, par ailleurs, salué toutes les personnes qui l’ont appelé après sa décision, même ses adversaires les plus avérés. Même s’il n’a pas parlé de la chaîne Al Jazeera suite à un accord de confidentialité signé avant son départ, Ben Jeddou n’était pas avare de déclarations sur son avenir. «Je suis prêt à ouvrir un café pour subsister et vivre décemment», a-t-il déclaré s’il n’avait pas reçu de propositions. Mais contre toute attente, il a reçu plusieurs propositions dont la plus surprenante est candidat à l’élection présidentielle tunisienne, qui aura lieu prochainement. Mais ce dernier est resté réaliste et serein, affirmant qu’il n’est pas opportuniste pour aspirer à un poste dans un pays qu’il a quitté il y a une vingtaine d’années. Il a ainsi refusé de revenir en Tunisie pour occuper un poste de responsabilité. Le seul souhait que Ghassan Ben Jeddou a revendiqué haut et fort, c’est son envie de revenir à l’information. A ce propos, il a annoncé sa volonté d’investir dans la banlieue sud de Beyrouth, afin de lancer une chaîne de télévision depuis Beyrouth qui serait financée par l’abonnement et la vente d’actions. Mais en réalité, l’ancien journaliste de la chaîne arabe la plus regardée au monde, souhaite créer sa propre Al Jazeera. (L’Expression-04.05.2011.)


 

****************************

leprieuremoret |
le site consacré a de tout ... |
bière et brasseries de Moselle |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SuperKill3000
| salomecasta
| Univers Manchettellesque