Archive pour août, 2012

Lalia Behidj,directrice d’Alger chaine.3

**Portrait de femme dirigeante

Lalia Behidj,directrice d'Alger chaine.3 dans presse- infos- communication lalia-behidj_1125059

Directrice fraîchement nommée de la radio Alger chaîne 3, Lalia Behidj est plus connue par les auditeurs sous le nom de Malia. Elle compte sur son travail et son sens du contact pour faire avancer une entreprise à laquelle elle estime devoir beaucoup. « Avec optimisme mais sans naïveté » sur les difficultés à venir, elle trace sa route.

«C’était un job d’été ; puis un job d’étudiante. C’est finalement devenu le job de ma vie ». C’est ainsi que Lalia Behidj, alias Malia, résume sa carrière à la radio. Celle qui est entrée à Alger chaîne 3  il y a plus de vingt ans pour un simple remplacement d’été vient d’en être nommée directrice.

Sa prise de fonction s’est faite le 5 juillet 2012. Déménagement facile, physiquement parlant : dans l’imposant bâtiment de la radiodiffusion algérienne, au sixième étage, son nouveau bureau se trouve à quelques mètres à peine de l’ancien. Elle était jusqu’à lors directrice des programmes de la radio; depuis 2007. Elle gagne au passage les services d’une assistante qui filtre les appels et les visites, de nombreux mètres carrés en plus, quatre lignes de téléphone fixe et une vue imprenable sur Alger.

Mentalement, le changement est plus compliqué. Il lui faut à présent endosser le rôle de patronne. « Quand on devient chef, on n’est pas aimé. On passe sa vie à séduire et là on est vraiment dans l’anti-séduction », confie-t-elle. Difficile d’imaginer cette «incorrigible optimiste », comme elle se définit elle-même, jouer les rabat-joie. Cheveux coupés court, tunique sur pantalon fluide et bijoux discrets, l’allure élégante de la directrice  s’accompagne souvent d’un large sourire. Elle qui manie l’humour à haute dose en algérien comme en français sait pourtant se montrer froide et expéditive. Une animatrice de la chaîne avoue que certaines réunions sont animées. Mais si les échanges peuvent être vifs, cela reste « toujours dans un cadre professionnel », précise-t-elle.

ptr-alger-chaine-3-img2_1137493 Alger chaine.3 dans presse- infos- communication

*Studio d’enregistrement de la chaîne 3. 12h30, c’est l’heure du journal de la mi-journée

En cette période estivale, la journée est rythmée par les nombreux entretiens avec les animateurs et les journalistes. C’est le moment de façonner la grille de rentrée. Toute la chaîne 3 défilent dans le bureau de la directrice. Elle écoute les propositions de nouveaux programmes et les envies de chacun. Untel considère qu’il faudrait plus de présentateurs pour le journal, telle autre que les reportages sur le terrain sont une priorité. Cette phase d’écoute ne l’empêche pas d’avoir une idée bien précise sur la manière dont elle souhaite faire évoluer la radio. Bien décidée à imprimer sa marque dès sa prise de fonction, elle nous explique comment elle voit son rôle de directrice.

À 43 ans, Lalia Behidj prend la tête d’une maison qui compte 231 employés dont 167 permanents. Il lui faudra gérer les tensions que l’on retrouve dans toute radio, apaiser les rivalités entre journalistes et animateurs, donner un cap. Tout cela, le temps que durera son «mandat ». Elle se sait sur un siège éjectable. Et elle sait qu’on ne lui fera pas de cadeau. Réelle ou de façade, elle fait preuve d’une belle assurance quant à sa légitimité: «Si je suis à ce poste, c’est grâce à mon travail. »

Ce travail, ce sont vingt et une années passées dans la maison. A commencer par l’été 91 où elle remplace Yasmina Samet pour la matinale. Elle restera onze ans dans la « brigade » du matin, « l’école de la rigueur ». Onze années à se lever à trois heures du matin, déjeuner à onze heures, se coucher à neuf. En cette décennie noire ce sont des matinées angoissées pour sa mère: Levée aux aurores avec Malia, elle ne se recouche pas avant de l’avoir entendu sur les ondes. Une vie en décalage. Point positif, cela lui permet de mener en parallèle ses études d’architecture. Et paradoxalement, Nadia Debbagh, assistante-réalisatrice à l’époque, se remémore cette période avec « beaucoup de nostalgie ». Elle dit: « Malia est quelqu’un de trés optimiste, elle a tout le temps le sourire. Et pendant la matinale on s’amusait beaucoup, on oubliait ce qui se passait à l’extérieur. » La directrice d’Alger chaîne 3 se souvient d’une émission en particulier, un moment délicat à l’image de cette période.

Animatrice puis productrice, Lalia Behidj a fait du chemin. « Elle a de l’ambition. Elle aime ce qu’elle fait et elle a le souci de l’auditeur », juge son ancienne partenaire de la matinale. Deux qualités qui la mène au poste de directrice des programmes. Encore très imprégnée de la fonction qu’elle vient de quitter, elle peut argumenter des heures sur une émission. Parmi ses fiertés se trouve le programme religieux présenté par Kamel Chekkat. Il s’adresse aux francophones ne maîtrisant pas l’arabe classique. Autre succès, le laboratour de Yazid Aït Hamadouche, l’émission « des jeunes pour les jeunes ». Elle a fait émerger de nombreux talents. C’est aussi une preuve que la francophonie n’est pas morte chez la jeune génération. Retour sur la genèse de ces deux projets.

Depuis le 5 juillet, elle prend un peu plus de hauteur par rapport à la production, en chapeautant aussi l’information. Une promotion vécue par sa famille comme une reconnaissance des sacrifices fournis, selon elle. « On n’arrive pas à ce degré de responsabilité si on n’est pas épaulé », affirme-t-elle. Sous-entendu : quand on est une femme. Cette mère de deux garçons de six et onze ans a bien conscience que « le schéma classique c’est la mère à la maison ». Une femme qui travaille cumule très souvent plusieurs journées de labeur en une. La première se déroule d’ailleurs au domicile pour s’occuper des enfants. Lalia Behidj ironise: « C’est la première brigade ». Pas question de se poser en exemple pour autant. « Moi ce qui me tient à cœur c’est de parler des Algériennes », lance-t-elle. Les héroïnes anonymes du quotidien qui s’occupent des enfants, les emmènent au sport, portent les baluchons et rentrent préparer le dîner lui semblent autrement plus intéressantes que son cas personnel. « Cette société repose énormément sur les femmes ».

ptr-alger-chaine-3_1137443 radio

Retour au sixième étage de la radio publique. La journée se termine par une séance de travail avec Nadjia Fouzache, rédactrice en chef à la direction de l’information et Yazid Aït Hammouchène, chef du département jeux et variétés. Les émissions sont décortiquées, ainsi que leur position dans la grille des programmes et le public visé. La directrice veut du neuf: «On ne peut plus faire de la radio des années 30 », lâche-t-elle. Tout en conservant les fondamentaux de la chaîne, ce qui constitue «son ADN ».

Dans l’identité de la chaine 3, il y a sa fonction de service public. Peut-on tout dire, informer objectivement quand on dépend de l’État ? Elle répond:« Quand certains détracteurs disent que l’information est muselée, ce n’est pas juste. Je pense qu’on a eu à chaque fois des arguments professionnels pour faire les choses telles qu’elles ont été faites. Lors d’un tremblement de terre, je ne vois pas en quoi donner des chiffres exponentiels de victimes est utile. C’est du sensationnalisme. » Elle trouve certaines critiques « injustes et condescendantes » alors qu’elle ne connaît «aucun média qui s’en prenne à ses bailleurs de fond », public ou privé. Son éternel optimisme rejailit quand elle déclare: «je veux faire changer les choses de l’intérieur ».

Mois de carême oblige, la journée de travail est plus courte qu’à l’accoutumée. La directrice rentre chez elle en pensant à ce qu’elle va bien pouvoir préparer en plus du trio imposé chorba/brick/lham lahlu. C’est le début de la troisième brigade. (El Watan-17.08.2012.)

************************************

leprieuremoret |
le site consacré a de tout ... |
bière et brasseries de Moselle |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SuperKill3000
| salomecasta
| Univers Manchettellesque