infos d’Algérie.4

large mouvement dans le corps diplomatiqueLe président de la république a procédé, conformément aux prérogatives que lui confère la constitution, à un large mouvement dans le corps diplomatique. Ce mouvement se base sur les critères du professionnalisme et la notoriété alors que les nouvelles nominations ont créé la surprise, comme celle de l’ancien directeur général de la télévision Hamraoui Habib Chawki qui devient ambassadeur de l’Algérie en Roumanie, l’ancien directeur de l’Agence nationale de la Publicité Abdelkader Khemri qui se voit nommé ambassadeur de l’Algérie en Pologne, et la fille de Cheikh Bouamrane, Fatiha Selmane qui est désignée ambassadrice de l’Algérie au Portugal.Ce large mouvement dans le corps diplomatique vient compléter le mouvement partiel opéré en juillet dernier par le président de la république. Des sources de l’entourage du président Bouteflika ont affirmé que ce dernier s’est appuyé sur un ensemble de facteurs et d’objectifs pour établir la liste définitive des ambassadeurs qui sont censés refléter le développement et l’amélioration de l’image de l’Algérie à l’étranger ainsi que la présence du pays sur la scène diplomatique internationale. L’on compte également sur ces nouvelles nominations pour promouvoir les opportunités d’investissements et attirer ainsi des capitaux étrangers en Algérie afin de créer un équilibre entre l’effort de développement national et la réputation de l’Algérie dans le monde. C’est donc dans cette perspective que Slaouandji Tidjani a été désigné ambassadeur à Athènes, Senoussi Nadjib ambassadeur à Manama, Amar Bendjamaa ambassadeur à Bruxelles, et Ben Larbi Abdelkrim ambassadeur à Jakarta.  Dans la liste des nominations, l’on retrouve également Ben Mokhtar Abderrahmane ambassadeur à Kampala, la capitale Ougandaise, Mekermane Lounès ambassadeur à Budapest, Kaïd Slimane ambassadeur à Windhoek la capitale de la Namibie, la fille de Cheikh Bouamrane, Fatiha Selmane a été désignée représentante de la diplomatie algérienne à Lisbonne, Mohammed Houari ambassadeur à la Havane, Mohammed Milat ambassadeur à Yaoundé, Abdelhamid Bouzaher ambassadeur à Tripoli et Abdelouaheb Bouzaher ambassadeur à Sanaa. Une autre femme apparaît par ce mouvement. Il s’agit de Madame Beghli, nommée ambassadrice de l’Algérie à La Haye. Dans la capitale malaisienne Kuala lumpur, Monsieur Bouheddou a été désigné ambassadeur, Monsieur Hammay ambassadeur à Ankara, Monsieur Mahrez ambassadeur à Stockholm, Monsieur Mahdi ambassadeur à N’djamena, Monsieur Soualem ambassadeur à Harare, Monsieur Sahraoui ambassadeur à Séoul, Ahmed Chikhi ambassadeur à Hanoï, Monsieur Ziani ambassadeur à Doha, Monsieur Yousfi ambassadeur à Mascate, Monsieur Bouguera ambassadeur à Berlin, Abdelkarim Ben Chiah ambassadeur à Ouagadougou, Monsieur Mekdoud ambassadeur à Tachkent la capitale di Tadjikistan, et Monsieur Belaiz ambassadeur à Addis-Abeba. Nos sources affirment que Paris et Rome seront également touchées par le mouvement. Pour la capitale française, le mouvement aura lieu à la fin de la visite attendue du président Bouteflika dans l’Hexagone.  S’agissant de la liste des Consuls, Monsieur Menad a été désigné Consul de Tunis, Monsieur Hammoum Consul de la région tunisienne de Kef, Monsieur Dehendi Consul de Bobigny en banlieue parisienne, Monsieur Rahal Consul à Nice, Monsieur Walid Consul Nanterre, Monsieur Behha Consul à Toulouse, Monsieur Kasmi Consul à Lyon, Roumani à Grenoble, et Monsieur Khedoudi à été désigné Consul à Oujda.(Echorouk-26.08.09.)

 ***********************

*lutte antiterroriste… une prime mensuelle pour les appelés.A partir de l’année prochaine, toutes les personnes appelées au service militaire et qui ont subi des dommages corporels dans les opérations de lutte antiterroriste, bénéficieront d’une indemnisation qui devrait se traduire par une prime mensuelle versée par l’Etat à travers ses canaux de solidarité dans le cadre de l’action de solidarité. Echorouk a appris de sources fiables que le gouvernement commencera dès janvier 2010 à verser des indemnisations pour les appelés et les personnes sollicitées à accomplir une période supplémentaire au service militaire, et qui en plus, ont subi durant cette période des dommages corporels ou psychologiques. L’exécutif a donc décidé de consacrer plus de 800 milliards de dinars dans le cadre du projet préliminaire de la loi de finances 2010 qui fait encore l’objet de discussions entre les membres du gouvernement. Cet argent devrait être versé au Fonds d’indemnisation des victimes du terrorisme. La catégorie des appelés ou personnes sollicitées au service national s’ajoute ainsi aux bénéficiaires des indemnisations qu’attribue ce fonds. 100 milliards est le coût réel de la prise en charge des procédures relatives à l’indemnisation des appelés au service militaire et qui auront subi des dommages corporels dans les opérations de lutte antiterroriste, alors que 500 millions de dinars seront consacrés à la prise en charge des indemnisations des ayants droits des victimes de la tragédie nationale, versées habituellement par le ministère de la solidarité nationale. Les dossiers des personnes concernées par ces nouvelles indemnisations devront comporter plusieurs documents, notamment des documents fournis par la direction du service national au ministère de la défense.Des services seront mis en place pour réceptionner, puis étudier ces dossiers. Le nombre de personnes convoquées ou sollicitées à accomplir une période supplémentaire au service militaire, et qui ont subi des dommages corporels dans les opérations de lutte antiterroriste, est estimé à six mille, selon un premier recensement. La prime mensuelle qui leur sera versée pourrait atteindre les 15 mille dinars.(26.08.09.)

***************

*Sidi Bel Abbès…production record de céréalesDépassant de loin toutes les prévisions, la direction des services agricoles de la wilaya de Sidi Bel Abbes a, selon les responsables, réalisé une production qualifiée de record avec un total de 2642504 quintaux de céréales toutes spéculations confondues dont 306.30 quintaux de blé dur, 773.520 quintaux de blé tendre, 1463.469 quintaux d’orge et 99.215 quintaux d’avoine le tout sur une superficie de 177.500 hectares au moment où les prévisions tournaient autour de 1 million de quintaux. Cette production selon toujours notre source, reste le fruit de toutes les parties impliquées à savoir humaine et matérielle en parallèle avec l’installation d’un comité de suivi dirigé par le premier responsable des affaires agricoles qui a été chargé de suivre la campagne depuis son début en application à la circulaire ministérielle N° 213 en date du 23/04/2009 et la décision N° 513 en date du 02/05/2009 accompagnées d’une sensibilisation technique et de vulgarisation au profils des agriculteurs de la région de façon à lutter contre les incendies en mettant sur place une ceinture de protection le long des terres avoisinantes des routes avec la  participation technique des différents instituts agricoles assistés de la direction des forêts ce qui a permis la mise en place de 750 km de sentier labouré le long des routes. D’autre part et pour faciliter la collecte des produits, les responsables des services agricoles ont mis à la disposition des agriculteurs les moyens disponibles dont dispose la wilaya en plus des parcs existant au niveau de la commune de Sidi Brahim et qui ont été réquisitionnés afin de répondre à la livraison à savoir les 18 coopératives dont 02 au niveau du chef-lieu de la wilaya, 06 dans la daira de Telagh 04 à Lamtar, 06 à Mostefa Ben Brahim avec une capacité de stockage pour les silos de 1.617000 quintaux et des magasins au nombre de 14 avec une capacité de 362.00 quintaux en plus des moyens de transports dont 06 camions d’une capacité de 10 tonnes chacun et 05 camions de 20 tonnes en plus des moyens dont les producteurs disposent. Selon toujours la même source, la production livrée aux coopératives durant la campagne 2008/2009 s’élève à 902.324 quintaux au 25/07/2009. Ainsi, une enveloppe de 1871741022,56 DA a été dégagée pour payer les 8641 fournisseurs.(Le Carrefour d’Algérie-26.08.09.)  

 ************************** 

*Parmi les centenaires de Cherchell, Hadja Yamina Chanâa A Cherchell, il y a certainement un grand nombre de personnes qui dépassent allégrement l’âge de la centaine. Les centenaires ne sont pas répertoriés, alors que dans d’autres lieux ils sont considérés comme des témoins d’une société qui a tant besoin de ses repères. Parmi ces personnes, une vieille dame qui semble garder toute sa lucidité malgré son âge avancé. « Vous êtes le bienvenu, vous m’avez surprise, car je ne m’attendais pas à votre visite, beaucoup de personnalités et des jeunes, appartenant aux organisations de masse, m’avaient promis de venir lors de la dernière campagne électorale, malheureusement, ils m’ont oubliée », affirme notre interlocutrice. Il s’agit de Mme Djelfi, née Chanâa Yamina, née en 1908 dans une zone rurale au sud de la commune de Cherchell. Son époux, né en 1893, est tombé au champ d’honneur en martyr le 16 février 1957. La centenaire est mère de 7 enfants, tous sont nés entre 1930 et 1953. « Ma maison, que vous voyez là, était le refuge des moudjahidine durant la guerre de Libération nationale », nous précise-t-elle. Hadja Yamina Chanâa reconnaît qu’elle avait souffert durant sa jeunesse. « Nous avions beaucoup travaillé et marché des kilomètres dans les djebels, nous semions et récoltions le blé et l’orge pour les moudre avec notre modeste moulin fabriqué avec de la pierre et nous produisions notre propre pain pour le cuire dans notre four traditionnel réalisé avec de l’argile, nous buvions uniquement l’eau de source et des puits. Je n’oublierai pas la bonne huile d’olive. Le miel pur était récolté dans les forêts », indique-t-elle. « Les légumes nous les récoltions dans nos propres petits prés que nous avions aménagés dans des coins de forêt. » L’accouchement de ses enfants avait eu lieu dans les gourbis. Elle est heureuse de ses arrière- petits-enfants. « Ne me demandez pas, s’il vous plaît, maintenant combien ils sont », nous dit-elle en souriant. Hadja est actuellement sous les bons soins de sa nièce qui s’occupe admirablement d’elle. « Notre baraka » ne connaît pas le diabète ni l’hypertension artérielle, comme a tenu de le préciser sa nièce, mais elle se plaint surtout « d’une petite fièvre à répétition », conclut-elle. Hadja Yamina est l’une des centenaires de la daïra de Cherchell. Elle est à l’aise dans sa chambre, entourée de ses propres enfants. Elle insiste sur son rôle avec les moudjahidine pendant la Révolution. Hadja Chanâa Yamina, qui a vécu dans l’ombre durant des décennies, affichait son bonheur à la suite de notre présence. « Je ne sais pas comment vous donner le secret de ma longévité en souriant, je mange et bois comme tout le monde et je n’ai pas de problème », conclut-elle.(El Watan-25.08.09.)  

 ***************************

 *100 agressions en deux jours à Oran. C’était prévisible. En deux jours, la violence a connu un pic fulgurant. En effet, lors des deux premiers jours du Ramadhan, une centaine de personnes au moins ont été victimes de graves agressions. Coups et blessures volontaires, vols à la tire, agression à l’arme blanche, rixes et disputes sont autant de scènes ayant ponctué les dernières 48 heures. Les habitants des quartiers chauds d’Oran comme Haï El Yasmine, Haï Sabah, Usto, Sidi El Houari, Plateau, Gambetta, Eckmühl vivent au rythme d’une inquiétude qui se conjugue au quotidien. La violence s’est étendue vers d’autres localités toutes aussi paisibles comme la commune de Bousfer qui a été, avant-hier, le théâtre d’une agression inédite. Un jeune homme, violemment poignardé, n’a échappé à la mort qu’ à la suite d’une intervention chirurgicale. Le même jour, deux autres cas ont été admis aux UMC du CHU d’Oran….La violence a, en un laps de temps, gagné du terrain. Les urgences médicales et chirurgicales (UMC) ont été envahies par un flux important de blessés évacués en urgence. Les médecins du service des urgences sont abasourdis par la montée inexpliquée et phénoménale de la violence pendant le mois de Ramadhan. Les bilans de l’année écoulée sont plus que révélateurs. Ainsi en 2008 quelque 400 agressions ont été enregistrées durant le mois sacré. Ni les couples ni les familles et encore moins les solitaires déambulant ne sont épargnés des coups de gueule des jeunes qui se déchaînent quelque temps après la rupture du jeûne. Insultes, injures et altercations en sont les factures chèrement payées par toute personne qui ose braver le diktat imposé par cette masse de jeunes en perte de repères.(L’Expression-25.08.09.)

 

**************************** 

*un scanner de 1.5 millions de dollars, vendu aux douanes algérienne pour 11.8 millions de dollars …

Selon des documents officiels, la Direction des services des Douanes Algériennes a pris attache avec la firme Suisse “SGS” bien avant la publication de la clause 92 de la loi de finance complémentaire pour l’année en cours, pour l’achat d’un scanner hyper performant afin d’assurer le contrôle des marchandises au niveau du port dans le cadre des activités de l’import/export. Cette affaire a été déjà révélée par le journal Echorouk dans son édition n° 2694 parue Jeudi dernier. Selon des sources bien informées au niveau des services de douanes, l’injonction de prendre attache avec la firme “SGS” émane de la Direction Générale qui a saisi à cet effet toutes les structures douanières dans le but de concrétiser ce projet contre vents et marées. Les contacts avec cette firme Suisse remontent au 9 Juillet 2007 bien avant la publication de la loi de finances complémentaire. Selon les mêmes sources, cette compagnie Suisse “SGS” s’est déclarée prête à fournir ce fameux scanner mais à un prix effarant.  Son prix a été fixé à 11.8 millions de dollars alors qu’en réalité son prix réel sur le marché international ne dépasse pas 1.5 millions de dollars. La différence sur le prix fixé arbitrairement par “SGS” est donc effarante; elle est de l’ordre de 10.3 millions de dollars.De nombreux commentateurs se demandent à qui profiterait ce genre de gabegie et de manipulation financière. Le recours à des firmes étrangères pour contrôler à l’aide de cet équipement technologique les exportations et les importations Algériennes en Algérie même, n’est-t-il pas une atteinte à la souveraineté nationale et une entrave aux réelles compétences Algériennes au niveau des services des douanes? La question reste posée !!! (Echorouk-24.08.09.)

*************

*service d’état civil, Tizi Ouzou- délivrance des actes bientôt par un simple clic.

Le service d’état civil de la commune du chef-lieu de wilaya de Tizi-Ouzou se mettra incessamment à l’ère de l’informatique et autres techniques de gestion moderne. Cette bonne nouvelle qui ravira, certainement, les citoyens de la commune nous a été communiqué par le premier vice-président chargé de l’administration et des finances, M. Djamel Charnai, qui nous a indiqué que l’opération d’informatisation de ce service est à sa phase de saisie de toutes les copies et autres actes d’état civil qui s’élèvent à près de 160.000 actes. Une équipe d’agents de saisie est, actuellement, à pied-d’œuvre pour saisir dans les meilleurs délais toutes ces copies, entamer ensuite la délivrance d’actes par un simple clic, évitant ainsi aux citoyens de perdre leurs temps dans des files interminables devant les guichets du service, a, en outre, précisé M. Charnai ajoutant que la réorganisation de ce service est une des premières priorités du nouvel exécutif qui redouble d’ingéniosité pour assurer les meilleurs conditions d’accueil des citoyens au niveau du siège de l’APC, et surtout au niveau du service d’état civil où, d’ailleurs, constate-t-on, de sensibles améliorations des conditions d’accueil sont apparentes. Pour parfaire l’accueil, il a été demandé aux édiles municipaux des autres communes de la wilaya de désigner leurs correspondance au niveau du service d’état-civil pour l’établissement d’actes pour leur citoyen né dans la commune de Tizi-Ouzou et leur éviter ainsi des déplacements des heures d’attentes, a également fait part notre interlocuteur, tout en ajoutant « que certains P/APC ont déjà répondu favorablement à notre demande ». Par ailleurs, le nouvel exécutif communal a entamé ces jours-ci des travaux d’embellissement du siège de l’APC par les moyens propres de la régie qui a été remise en service, générant ainsi des économies à la commune. (El Moudjahid-24.08.09.) 

******************************** 

*Des africains inondent le marché algérien de fausse monnaie

Le responsable de l’information de l’Union Générale des Commerçants et Artisans algériens (UGCAA), Hadj Tahar Boulenouar, a révélé à Echorouk qu’une quantité importante de fausse monnaie circule sur les marchés de bétail, de véhicules, ainsi que les marchés de gros des fruits et légumes. Cette activité frauduleuse est l’œuvre d’une mafia algérienne et d’une bande d’africains qui ont profité du mois de ramadhan et de la hausse de l’offre et de la demande. Hadj Tahar Boulenouar a déclaré qu’un million et demi de fausse monnaie ont été découverts en possession d’un commerçant. Les faux-monnayeurs ont trompé leur victime en introduisant trois faux billets dans chaque liasse d’argent. Le représentant de l’Union Générale des Commerçants et Artisans algériens a ajouté que des étrangers africains, à l’aide de commerçants nationaux, s’ingénient à vendre des faux billets de mille dinars au prix de cinq cents dinars, en contrepartie d’un bénéfice de 500 dinars aux commerçants pour chaque billet dépensé. Ce phénomène est plus important dans les marchés informels. D’autre part, Boulenouar met en garde contre les produits contrefaits, à leur tête, le tabac. Il indique que 70% des cigarettes qui circulent sur le marché algérien sont contrefaites, notamment les marques internationales, comme Marlboro, Gauloises et LM. S’agissant de la mercuriale, les prix des fruits et légumes sont en hausse, ce qui est habituel pour la première semaine de ramadhan, souligne notre interlocuteur, et avec cela, 30% des fruits et légumes, ne trouvant pas preneur, sont jetés. L’ouverture de nouveaux marchés de proximité pourrait amortir cette déperdition et faire baisser les prix, ajoute le représentant de l’UGCAA.(Echorouk-22.08.09.)

************************ 

*491 faisans lâchés dans la forêt de Sassel…

Une opération de lâcher de 491 faisans a été effectuée le 22.08.09, dans la wilaya de Aïn Témouchent, indique l’autorité forestière dans un bulletin adressé à la presse. Oiseau galiforme originaire d’Asie, aux longues plumes rétrécies, le faisan comme en Europe est devenu un gibier de choix. 
 La faisanderie, structure de reproduction des poules faisans, n’est autre que le centre cynégétique de Tlemcen.  Deux de ses responsables ayant assisté à l’acheminement des faisandeaux jusqu’à la forêt de Sassel, dans la commune de M’said, ont supervisé l’opération de lâchers en présence des responsables locaux de la conservation des forêts, du P/APC de M’said et le président de l’association des chasseurs. 
 En effet, plusieurs actions de ce genre ont été effectuées durant les cinq dernières années dans la même zone. Le choix de la région de Sassel est dicté par la présence de points d’eau, souligne le bulletin d’information de l’autorité forestière de la wilaya de Aïn Témouchent. La période choisie pour libérer les volatiles dans la nature coïncide en toute vraisemblance avec celle portant interdiction de chasser.
La mission du centre cynégétique de Tlemcen pourvoyeur de faisandeaux ne se limite pas aux lâchers mais elle s’étalerait au-delà pour une période d’observation, à même de savoir si le milieu récepteur convient réellement, d’une part, et si l’opération n’est pas suivie de braconnage, d’autre part. 
 L’association des chasseurs veillerait certainement à ce que les faisandeaux lâchés ne soient pas capturés. Ces mesures s’avèrent d’une extrême importance car elles contribueront à la réussite du développement cynégétique dans la wilaya de Aïn Témouchent. Enfin, le bulletin précise que sur les 500 oiseaux, 9 ont péri au cours de l’opération de transport. La forêt de Sassel qui surplombe la crique, très fréquentée, doit intéresser les responsables concernés pour lui donner un classement approprié quitte à développer un ensemble d’activités de loisirs.(Quotidien d’Oran-22.08.09.) 
 

********************* 

*Première intervention chirurgicale réussie sur la scoliose…(oran) -  L’équipe médicale de neurochirurgie de l’hôpital militaire d’Oran a effectué lundi et mardi (16.06.09.) avec succès les deux premières chirurgies pour traiter la scoliose, enregistrées dans l’ouest du pays. Le directeur général de cet établissement hospitalier, le colonel Rachid Koudjiti, a précisé que ces « deux interventions, supervisées par le Pr français Jean-Luc Clément de l’hôpital Long val, s’inscrivent dans le cadre des accords de coopération et d’échanges d’expériences », avec différents pays. Il a indiqué ces deux opérations neurochrurgicales ont ciblé deux adolescentes, de 16 et 17 ans, souffrant de scoliose qui, tirée du grec skolios ( tortueux) est une déformation de toute ou partie de la colonne vertébrale.

********************************* 

* Sirocco…(Alger- 17.06.09.) Une hausse de température est annoncée par l’Office national de météorologie (ONM). Elle touchera principalement les villes du centre et de l’intérieur du pays.  Elle est due à une dépression proche atlantique qui favorise des vents sud-ouest secs et chauds (sirocco). Selon la même source, des pics de température dépassant les 40° seront enregistrés dans des wilayas non habituées à ce niveau élevé comme Mascara, Relizane et Chlef.  Des températures élevées accompagnées d’un fort taux d’humidité ont été enregistrées ces derniers jours à Oran, qui persisteront probablement jusqu’à la fin de la semaine et réapparaîtront durant la saison estivale.
Cette vague de chaleur particulièrement contraignante pour l’ensemble des citoyens, peut s’avérer dangereuse pour les personnes souffrant de maladies cardio-vasculaires, respiratoires ou pulmonaires tel que l’asthme. Les enfants sont particulièrement sensibles durant les vagues de chaleur, notamment les nourrissons et les enfants en bas âge qui s’adaptent moins facilement à ces températures élevées. De ce fait, ils méritent une attention particulière.
Les médecins conseillent par ces temps de chaleur de faire régulièrement boire les enfants et en quantité suffisante, de surveiller leur température en les rafraîchissant souvent par des douches ou des lingettes, et de ne jamais laisser un enfant dans une voiture sans surveillance ou dans un local fermé. Les personnes du troisième âge sont aussi vulnérables par ces temps de forte chaleur. Il leur est conseillé d’éviter les sorties inutiles, de se préserver à l’ombre et surtout d’éviter la déshydratation en buvant beaucoup d’eau.(L’Echo d’Oran-17.06.09.) 

***************************** 

* Plus de 500 titres de propriété industrielle ont été délivrés par l’Institut national algérien de propriété industrielle (INAPI), durant le premier semestre 2009, à des demandeurs de brevets d’invention (tous secteurs confondus), contre 200 pour l’année 2008, a indiqué hier un responsable de cet organisme. « Cette nette évolution dans le brevetage des inventions techniques est due essentiellement à l’assainissement des dossiers déposés et cumulés au niveau de l’INAPI, antérieurement à l’année 2009″, a indiqué Mohamed Sahbi, assistant du directeur général de l’Inapi en marge des portes ouvertes organisées à l’Université de Tizi Ouzou. La certification des brevets d’invention se décide, a-t-il dit sur la base « des critères de l’exclusivité de l’invention technique et de la réponse que celle-ci apporte à un besoin réel ». Les dossiers déposés font l’objet « en plus d’un examen de forme, d’un autre examen de fond pouvant prendre plus d’une année, le temps nécessaire pour s’assurer que l’invention en question est inédite et n’a pas été enregistrée auparavant ». Ce responsable a tenu également à relever que « plus de 100 000 brevets nationaux et étrangers tombés dans le domaine public, c’est-à-dire ayant plus de 20 ans après leur enregistrement, ne sont pas exploités par les industriels nationaux, en dépit de la mise en ligne sur le site de l’INAPI des documents de ces brevets ». Durant le premier semestre 2009, l’INAPI s’est chargé également de l’enregistrement de quelques marques de fabrication, dont 2 000 étrangères, soit un nombre « supérieur aux enregistrements des années précédentes », a noté Mohamed Sahbi, grace à « la réduction du temps de délivrance du procès verbal de dépôt de demandes d’enregistrement, ramené actuellement à une demi-heure, après avoir été de 7 à 8 mois par le passé ». Pour la période considérée, il est fait cas également de l’enregistrement de 207 modèles de fabrication industrielle, contre 07 seulement en 2007. Evoquant les avantages de ces trois enregistrements, ce responsable a estimé que « c’est le moyen de protéger la propriété industrielle contre le piratage et la contrefaçon, car assurant gain de cause à toute victime de ces pratiques, pour peu que celle-ci ait son droit de propriété enregistré, et porte plainte devant la justice », a-t-il assuré. Ces portes ouvertes ont donné lieu à l’exposition de prototypes d’inventions techniques, mais sans la présence des concernés en chef (les industriels), censés valoriser ces créations par une production industrielle. Une tâche demeurant inaccessible aux jeunes innovateurs, qui n’excluent pas « faute d’offres nationales de proposer leurs créations à des sociétés étrangères », comme l’envisagent un inventeur d’un système d’alarme satellitaire contre le vol de véhicules et de domiciles, et un créateur d’un robot infirmier. Créé en 1998, l’INAPI a pour mission d’assurer la protection des droits de la propriété industrielle, de stimuler et renforcer les capacités inventives, faciliter l’accès aux utilisateurs nationaux à l’information technique contenue dans les documents des brevets, améliorer les conditions d’importation des techniques étrangères, et promouvoir les capacités des entreprises algériennes par l’affranchissement des relations commerciales de la concurrence déloyale.(Le Courrier d’Algérie-17.06.09.) 

**************************************

*Rien ne va plus entre les journalistes et techniciens de la radio Soummam et leur directeur auquel ils reprochent «l’abus d’autorité, le manque de respect envers le personnel ainsi que la mauvaise gestion de la radio. » Ils ont récemment exprimé leur protestation à travers deux pétitions adressées toutes les deux à leur direction générale. La deuxième pétition est venue dénoncer les mesures de représailles prises par le directeur de la radio qui voulait « se venger » de l’initiative prise par le personnel. « Un véritable harcèlement est exercé sur le personnel pour lui faire payer notre réaction qui est une démarche responsable puisque notre écrit est dûment accompagné de nos signatures », s’exprime un journaliste permanent. La mauvaise gestion de la radio se matérialise aussi à travers l’immense faiblesse des émissions produites ces dernières années. Aucune émission locomotive ne se distingue du lot. La pression qui s’exerce sur les journalistes est telle que leur esprit imaginatif s’est fortement annihilé. Toute volonté, aussi forte soit-elle, d’aller vers une meilleure qualité dans les émissions produites par les journalistes et les collaborateurs de la radio. De plus en plus, les auditeurs Bédjaouis se rabattent sur d’autres radios locales rien que pour éviter de subir les inepties entendues dans certaines émissions. En treize années d’existence, la radio Soummam n’a apparemment pas évolué, notamment dans ses programmes, et les journalistes sont frustrés de ne pouvoir prendre aisément des initiatives afin de répondre aux nouvelles exigences imposées par la quête légitime des auditeurs et des auditrices. Quand on a voulu savoir pourquoi certaines émissions sont effroyablement médiocres, on nous a répondu : « la radio Soummam est beaucoup plus écoutée par les femmes au foyer. » Cela suppose, suprême mépris, que nos bonnes femmes au foyer sont toutes analphabètes ou presque, et à ce titre, on justifie la médiocrité ambiante diffusée à une large échelle par les ondes de cette radio. À quand le renouveau ne cesse de réclamer la vox populi ? (Le Courrier d’Algérie-17.06.09.) 

***************************************** 

* 110 millions de dollars pour la réalisation d’une unité d’enrichissement de fer et d’une carrière d’agrégats ……La Société des Mines de Fer d’Algérie (SOMIFER),  filiale du groupe Ferphos, et Arcelor-Mittal, viennent de mobiliser 110 millions  de dollars pour la réalisation, à Tébessa, de nouvelles  unités relevant de  leur spécialité. Il s’agit d’une unité  d’enrichissement et de traitement du fer, également  spécialisée dans l’extraction de zinc et d’une carrière d’agrégats, indique-t-on  de même source. Ces deux projets dont l’étude a été confiée à un bureau technique étranger,  seront implantés non loin des gisements de Ouenza et de Boukhadra et seront  financés à hauteur de 80 millions de dollars, pour la première unité et de 30  millions de dollars pour la seconde, précise-t-on.        
 La capacité de production de l’unité denrichissement de fer, qui “générera  environ 270 emplois”, est évaluée, dans un premier temps, “entre 1.000 et  2.500 tonnes par jour” et la carrière, avec 85 emplois prévus, produira 400  tonnes d’agrégats/jour a souligné cette source, mettant en relief l’importance  de ces projets qui promeuvent le partenariat en Algérie.(10.06.09.) 

*********************************** 

*CERIST ….  Le Centre de Recherche sur l’Information Scientifique et Technique (CERIST) organise le 14 juin prochain une journée d’information sur les noms de domaines Internet « .dz ». Cette journée s’inscrit dans une action d’information et de vulgarisation pour promouvoir l’identité algérienne sur Internet et garantir la pérennité de l’infrastructure basée sur l’identification des noms de domaines. Une agrégation des chiffres donnés par Algérie Télécom et un recoupement des chiffres officiels donnés par les instances techniques internationales, telles que l’ITU (Union Internationale des Télécommunications) et l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), nous permettent d’avancer le nombre de 3.5 millions d’utilisateurs Algériens d’Internet (taux de pénétration de moins de 10%) pour un peu moins de 400 000 connectés à l’ADSL. Pour les sites web, nous sommes aux alentours de 10 000 sites, tout enregistrement confondu, sachant que le CERIST a enregistré un peu plus de 1600 noms de domaine en Algérie (.DZ). La gestion des enregistrements des noms de domaine sous .dz est une activité qui a été initiée par le CERIST avec l’introduction d’Internet en Algérie en 1994. L’enregistrement auprès de l’ICANN a été opérationnel en mai 1995. Toutes les entités établies dans le pays ou ayant une représentation légale en Algérie ou disposant d’un document justifiant les droits de propriété de nom dans le pays peuvent se faire attribuer un nom de domaine sous le domaine DZ. Combien de temps prend un enregistrement d’un nom de domaine sous dz ? Après le dépôt du dossier par le client, l’opération d’activation du nom de domaine ne dépasse pas les 48 heures.(El Watan-10.06.09.)

******************************** 

 dessinpolitrente.jpg

********************************* 

*Clôture de la 42 éme FIA- Avec 141 entreprises, la Chine a occupé à l’occasion de cette 42e édition la première place en termes de participation.

La 42e Foire internationale d’Alger (FIA) a été clôturée jeudi en fin d’après-midi au terme de six jours d’activité marqués par une forte participation étrangère et une affluence particulière du grand public et des professionnels. Inaugurée samedi dernier par le président de la République, M.Abdelaziz Bouteflika, la 42e FIA placée cette année sous le thème «Un moment fort pour l’émergence d’une économie compétitive et performante», a vu la participation de pas moins de 1300 entreprises dont 870 étrangères activant dans divers secteurs économiques. Les entreprises étrangères qui ont pris part à cette manifestation économique annuelle proviennent d’une quarantaine de pays dont les principaux partenaires de l’Algérie comme la Chine, la France, l’Italie, l’Allemagne, les Etats-Unis et le Japon. La Chine aura incontestablement occupé, à la faveur de cette 42e édition, la première place en termes de participation. En effet, la quasi-totalité des secteurs développés en Chine ont été représentés dans les stands chinois, au coeur du pavillon D de la Safex (Société algérienne des foires et exportations) notamment l’industrie légère, les textiles, le génie civil, l’industrie manufacturière, l’électroménager et l’habillement. Autant de domaines que les Chinois ont présenté et qu’un public nombreux s’est empressé de voir et de découvrir. Le vice-ministre chinois du Commerce s’est d’ailleurs rendu au pavillon chinois en compagnie du ministre du Commerce algérien M.Hachemi Djaâboub. L’officiel chinois a alors qualifié la Foire internationale d’Alger «d’événement majeur pour son pays». Il a souligné au passage que la Chine accordait une grande importance à ses relations avec l’Algérie. Il a enfin ajouté qu’au-delà des pures relations commerciales, la Chine entend s’investir et investir en Algérie pour devenir l’un des partenaires économiques les plus importants. La participation arabe a, quant à elle, été dominée par le Maroc, présent à travers 39 sociétés, suivi de la Tunisie (31), la Jordanie (30) et l’Egypte (25), alors que le Sénégal était le seul représentant de l’Afrique Noire à cette manifestation. Pour sa part, la participation nationale au cours de cette manifestation économique a largement été dominée par le secteur privé avec 378 entreprises contre 69 pour le secteur public. Une tendance qui s’est clairement dégagée ces dernières années.
A l’heure de l’ouverture économique, ces dernières ont réussi à prouver qu’elles ont formidablement évolué. Ces entités nationales et à travers les produits de qualité qu’elles ont présentés, ont prouvé par leur présence même à cette vitrine mondiale, tout le chemin parcouru en matière de mise à niveau et standardisation de leurs moyens de production et de leur management.(L’Expression.06.06.09.)

*************************** 

* Le Bac 2009 par les chiffres…444.514 candidats devront prendre part aux épreuves de l’examen du bac pour cette année, indique le ministère de l’Education nationale, dans un communiqué rendu public hier. Les scolarisés sont au nombre de 263.330 candidats (59,23%) parmi lesquels 149.485 filles (soit 56,76%) et 113.845 garçons (soit 43,24%).
Les candidats libres sont au nombre de 181.184 soit 40,77% dont 88.374 filles soit 48,18% et 92.810 garçons soit 51,22%. Pour ce qui est des épreuves d’éducation physique et sportive, ce sont pas moins de 247.040 candidats scolarisés et 125.788 candidats libres qui ont passé l’examen. Les candidats issus des écoles privées sont au nombre de 954. Les candidats du centre national de formation et d’enseignement à distance (ONFD) sont au nombre de 28.121, les candidats handicapés 138, et ceux des centres de rééducation 1.634.
L’encadrement mobilisé pour ces épreuves par l’Education nationale est de 85.679 surveillants, 23.000 correcteurs et 5.430 observateurs. 1.560 centres d’examen accueilleront à partir du dimanche 7 juin et jusqu’au 11 juin les candidats. Les résultats seront connus le 10 juillet.(Q.O. 04.06.09.) 

****************************** 

*le ciment taxé à 300da … Le gouvernement a décidé de fixer les marges bénéficiaires maximales appliquées à la commercialisation du ciment, obligatoires pour les commerçants sur le marché du ciment à différentes étapes de la vente en gros et de détail. La marge bénéficiaire pour le quintal de ciment sera fixée à 80 dinars. Ces marges n’excéderont pas 120 dinars  pour le quintal à la vente au détail. La marge bénéficiaire pour le sac de 50 kilogrammes sera limitée à 40 dinars sur le marché de gros et 60 dinars au détail.  Des sources gouvernementales proches de ce dossier, qui constitue un des points qui seront aujourd’hui au menu de la réunion du gouvernement, ont révélé que l’application des marges bénéficiaires brutes maximales comprises entre 80 et 120 dinars prennent en compte les différentes taxes. Le ministère du commerce a préféré éclaircir certains points relatifs aux prix de vente à différentes étapes de la distribution du ciment selon les lois et le règlement en usage. L’application des marges bénéficiaires brutes maximales sur le ciment emballé, décrétées par le ministère du commerce, est obligatoire car ce ciment requiert des particularités techniques et le respect de règles en vigueur. Le gouvernement a veillé à maintenir libres la marge industrielle et les prix à la production afin d’encourager l’investissement dans ce secteur d’activité. Dans le cadre de la décision gouvernementale, le contrôle pour le respect des marges bénéficiaires s’impose, tout comme la sanction des contrevenants. Les commissions d’inspection du ministère du commerce veilleront au grain dans le souci de réguler le marché du ciment, de faire appliquer la loi, de lutter contre la spéculation et mettre un terme aux perturbations dans la distribution du ciment récurrentes ces derniers mois.(Echorouk-02.06.09.)  

******************************* 

* 7 ” émirs” décident de se rendre…

Un sacré coup vient d’être porté à l’organisation criminelle appelée le Gspc présumée branche d’Al Qaîda au Maghreb, suite à l’opération de reddition d’un important groupe terroriste composé de plusieurs éléments dont pas moins de sept émirs, qui se prépare à l’est du pays, plus exactement au lieu-dit Tarchawine, relevant de la commune de Taxlent, daïra de Si Slimane dans la wilaya de Batna.
En effet, des pourparlers menés dans la plus grande discrétion entre les potentiels repentis et les forces de sécurité chargées de la lutte antiterroriste par le biais des familles ont finalement abouti. Pour ainsi dire, le groupe en question a déjà fait usage du drapeau blanc, ont témoigné des sources locales et leur reddition de façon définitive n’est qu’une question d’heures, ont souligné des sources très au fait du traitement sécuritaire. Cette opération est la plus importante depuis 2006. Elle a été minutieusement préparée et a été possible grâce à des officiers supérieurs de l’Armée nationale populaire dont l’expérience dans la lutte antisubversive est incontestable puisqu’ils ont usé de tout leur talent et diplomatie pour convaincre les égarés de rejoindre la société et d’accepter la main tendue de l’Etat. Ces futurs repentis vont, à n’en pas douter, bénéficier du dispositif de la loi portant sur la Charte pour la paix et la réconciliation nationale prônée par le chef de l’Etat et approuvée par le peuple le 29 septembre 2005. Ceci dit, le président de la République avait, lors de sa dernière campagne électorale, fait référence à une éventuelle amnistie générale contre le dépôt définitif des armes. Un fait qui sèmera le trouble et la panique au sein du Gspc dirigé par le tristement célèbre Abd El Malek Droukdel alias Abou Mossaâb Abd El Wadoud présumé, émir d’Al Qaîda au Maghreb, et ce, au moment même où il s’apprêtait à restructurer son organisation en procédant à de nouvelles nominations à la tête de ses phalanges comme cela a été le cas au niveau de la zone 6. Selon la cartographie terroriste, cette zone englobe les régions est, les wilayas de Jijel, Skikda et Batna, pour ne citer que celles-là.
D’autres groupes comme à Tébessa et Skikda sont en pleines négociations pour d’éventuelles redditions.
D’ailleurs, dans ces wilayas, plusieurs cellules de soutien ont été démantelées grâce justement aux nombreuses redditions individuelles qui ont eu lieu au courant de ces derniers mois, notamment depuis le mois de mai.
Il n’en demeure pas moins que l’organisation dirigée par Droukdel a réussi à causer des pertes humaines dans les rangs de l’ANP, la semaine dernière. En effet, pas moins de neuf militaires ont été lâchement assassinés dans une embuscade. L’on rapporte, dans ce contexte, que l’état-major vient d’ouvrir une enquête avec les responsables militaires régionaux pour déterminer les circonstances exactes de ce drame que nos sources ont qualifié de faute grave, même s’il ne s’agit pas d’un relâchement dans le dispositif sécuritaire, d’autant plus que ce n’est pas la première fois que ce genre d’attentat a lieu dans la même région. L’année dernière, pas moins de 11 parachutistes ont connu le même sort dans la wilaya de Batna. Il n’est plus question pour l’ANP de tolérer ce genre de fautes.
Il faut souligner, néanmoins, que depuis un certain temps, le Gspc a impliqué dans ses activités les réseaux de contrebandiers exerçant dans divers genres de trafics. Cette complicité lui a plus ou moins fourni une petite marge d’avance même si elle est anodine, mais elle reste une menace à prendre absolument au sérieux du fait que cette connexion est un terrain très favorable pour nourrir davantage les activités subversives et le crime organisé, en créant une autre forme de terrorisme basée uniquement sur les intérêts financiers. Nos sources n’écartent pas cette éventualité d’après des prévisions.(L’Expression- 02.06.09.)

***************************

* 42éme FIA …” le boom du paetenariat algéro-américain” -

3400 produits algériens bénéficient du soutien d’un programme américain spécial pour l’exportation.

L’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique en Algérie, David Pearce, a animé hier, en marge de la 42e Foire internationale d’Alger, un point de presse dont il a gratifié quelques représentants de la presse nationale. Au cours de son intervention au stand américain qui regroupe cette année quelques 25 sociétés américaines à la Safex (Société algérienne des foires et exportations), il a tout de go rappelé que les Etats-Unis ont vivement salué la proposition algérienne en faveur du désarmement, telle qu’exprimée récemment à Genève par la conférence de l’ONU. En outre, M.Pearce n’a pas manqué de signaler que le prochain discours de M.Obama pour le monde musulman réserve une bonne place pour l’Algérie, un pays avec lequel il va falloir désormais compter, a-t-il mentionné. Il a ensuite signalé que la présente Foire internationale est un excellent baromètre pour les relations économiques et commerciales entre l’Algérie et l’Amérique. En effet, et en dépit de la crise économique la représentation américaine à la Foire internationale d’Alger est restée intacte en nombre d’entreprises. Le nombre de participants à cette 42e édition étant déjà égal à celui de l’année dernière, ce qui est fort significatif. L’ambassadeur des Etats-Unis a surtout tenu à préciser que les efforts entre les deux pays que sont les Etats-Unis et l’Algérie visent présentement à encourager les secteurs hors hydrocarbures. A ce titre, l’orateur s’est dit heureux d’annoncer la récolte prochaine des fruits de cette orientation, notamment la naissance d’une SPA créée dans ce cadre et qui vise à implanter en Algérie une ferme pour élevage de vaches laitières dont le nombre initial de 1000 passera dans les cinq prochaines années à 10.000. Pour réaliser cet objectif, des nationaux ont dû d’abord se rendre dans l’Iowa ou la Californie par exemple. Cette expérience, a-t-il laissé entendre, traduit toute l’énergie que mettent les Algériens et les Américains à défricher de nouveaux terrains d’investissement. En fait, et selon ce même responsable, l’investissement américain en Algérie ne s’est jamais arrêté! Une affirmation qu’a également soutenue M.Nasr Eddine Mefti, vice-président de la Chambre de commerce US, lequel était également présent à cette rencontre avec les médias. Ainsi, et à en croire l’ambassadeur, la trame des relations économiques et commerciales entre l’Algérie et les Etats-Unis a constamment été soutenue. Elle l’est encore davantage aujourd’hui, a-t-il déclaré par les incessants ballets de délégations d’hommes d’affaires entre les deux nations. Outre l’exploration d’opportunités, les Américains apportent en Algérie leur expertise, fournissent des études et dispensent des formations, alors que tout est mis en branle pour que les PME algériennes, particulièrement, arrivent à placer leurs produits sur le Nouveau Continent. Nombre d’hommes d’affaires algériens ne se lassent pas d’être en quête de partenariats. Afin de mieux encadrer ces efforts, l’ambassadeur a révélé la désignation d’un attaché commercial américain à la section commerciale américaine d’Alger.
Enfin, un programme américain spécial encourage la commercialisation de produits agroalimentaires algériens sur le sol américain. Ce programme a pour but d’exonérer d’impôts pas moins de 3400 produits issus du terroir algérien et qui pourront ainsi mieux rivaliser avec d’autres articles issus du sud de la Méditerranée mais qui jouissent déjà d’une notoriété établie en Amérique. En octobre prochain, des opérateurs algériens seront conviés à assister au Salon du packaging qui aura lieu à Las Vegas. Les industriels algériens pourront alors mieux appréhender les secrets de l’emballage qui fait vendre. Vita Jus, Sim et Ifri sont des entreprises qui exportent déjà aux Etats- Unis.(L’Expression-02.06.09.) 

********************************** 

* Douaniers corrompus… L’inspecteur général des douanes Abdelmadjid Mehrèche a révélé que 202 douaniers, agents et cadres, impliqués dans des affaires de corruption ou de pots-de-vin ont été arrêtés. Certains ont été poursuivis en justice, d’autres ont été mutés ou rétrogradés, dans le cadre d’une campagne de lutte contre la corruption menée au sein de l’institution des douanes algériennes. Abdelmadjid Mehrèche a indiqué que la direction générale des douanes a adopté une nouvelle stratégie de lutte contre la corruption en œuvrant écarter les douaniers des tâches qui les mettent en rapport direct avec les importateurs et opérateurs économiques. Ainsi, ce sont des systèmes de contrôle automatiques qui ont été mis en place. Le directeur général des douanes a également décidé de traiter avec les grandes entreprises d’importation à travers la signature d’un cahier des charges leur permettant de lever leur marchandise rapidement des ports, après un contrôle accéléré.  “L’Invité de la Rédaction” de la Radio chaîne III a dévoilé hier que les services des douanes ont saisi en 2006 plus de six tonnes de cannabis, plus de 3,5 en 2007 et 6,5 de drogue en 2008. L’intervenant a évalué la totalité de produits prohibés saisis en 2008 à plus de 1 milliard 829 millions de dinars. Le cannabis est généralement intercepté au niveau des points de contrôle frontaliers avec le Maroc dans les wilayas de Bechar et Tlemcen, alors que les psychotropes sont saisis au niveau des ports et aéroports d’Alger.  L’inspecteur général des douanes Abdelmadjid Mehrèche a indiqué que 85 nouveaux postes frontaliers relevant des douanes seront prochainement ouverts sur les frontières Est et Ouest de l’Algérie, l’acquisition de moyens d’intervention aérienne est prévue avec pour commencer trois hélicoptères. L’invité de la radio a par ailleurs révélé que le contrôle associera prochainement les banques à travers un fichier national des importateurs fraudeurs qui ne s’acquittent pas des taxes et des impôts. Ce fichier sera mis en place avec la collaboration des directions générales des douanes et des impôts, ce qui permettra de geler toute la marchandise importée par les opérateurs qui ne sont pas en règle.(Echorouk-31.05.09.) 

********************************** 

* Le Saiflu, médicament contre la grippe porcine, produit par Saidal-Algérie….Entraves…?! – Le ministère de la santé et de la réforme hospitalière a refusé le signature d’un accord d’achat de 2 millions de boites de Saiflu, mettant le groupe public Saidal face à une attente, puisque ce dernier a décidé d’arrêter la production et de ne pas alimenter la pharmacie centrale des hôpitaux. Des sources bien informées ont révélé au journal Echorouket informées sur le dossier de production de médicament Saiflu qu’il existe un différend entre l’entreprise nationale de production de médicament Saidal et le ministère de la santé pour le projet de production de Saiflu puisque Saidal depuis 24 jours après l’accord relatif à la production de médicament contre la grippe porcine. Le montant global du projet s’élève à un milliard et 152 millions dinars avec un délai de 180 jours soit six mois après l’édition de la demande.Par ailleurs, nos sources expliquent que Saidal n’a pas encore réglé les mesures d’importation de la matière première de crainte que le ministère de la santé ne paye pas le montant global d’importation.(Echorouk-30.05.09.)  

*****************************

* Les revendications des hospitalo-universitaires… Le décret a été signé mardi 26 mai – Le décret portant octroi d’une rétribution hospitalière spécifique aux hospitalo-universitaires a été finalement signé mardi dernier, selon les syndicalistes. «Le décret a été signé mardi 26 mai. Il sera publié dans le prochain Journal officiel», affirme le Pr Ouslim du syndicat national des professeurs et docents en sciences médicales (SNPDSM). Les blouses blanches ont pu arracher après des rounds de négociations «serrés», cette rétribution hospitalière calculée sur la base de 55% du salaire de base avec indemnité de l’expérience professionnelle (IEP) incluse. Le taux réel de cette rétribution sera entre 65 et 70% du salaire de base. La rétribution, qui sera calculée en fonction du salaire de base, des échelons et des grades, va se répercuter sur les fiches de paie des blouses blanches en un gain net entre 10.000 et 26.000 dinars. Les hospitalo-universitaires revendiquaient initialement une rétribution hospitalière calculée sur la base de 75% du salaire de base, mais le gouvernement avait refusé dans un premier temps tout en proposant une indemnité calculée sur la base de 50% du salaire de base. Autre bonne nouvelle pour les blouses blanches, les deux syndicats autonomes ont été invités par les pouvoirs publics pour participer à des rencontres de concertation pour élaborer le nouveau régime indemnitaire des hospitalo-universitaires. «Nous allons proposer des indemnités fixes et d’autres flexibles après consultation de la base», confie notre source. Les prochains rounds de négociations autour du régime indemnitaire s’annoncent désormais «serrés», puisque les syndicalistes promettent de placer la barre haut.
Les deux syndicats autonomes des hospitalo-universitaires, qui avaient observé un mouvement de contestation de deux mois, avaient fait montre de détermination. En dépit des menaces de sanctions et de représailles brandies par la tutelle, les blouses blanches avaient su garder leurs rangs serrés. Après l’engagement mi-mai du Premier ministre d’adopter le décret portant octroi de rétribution hospitalière, les deux syndicats autonomes avaient décidé le 18 mai dernier dans un «geste de bonne volonté» de geler leur mouvement de contestation. Il est à noter que les hospitalo-universitaires avaient revendiqué également un alignement de leurs salaires sur ceux pratiqués actuellement dans les pays voisins notamment la Tunisie et le Maroc.-Q.O.31.05.09.)
 

******************************** 

* Les céeéaliers se bousculent….Alors que les communes côtières se préparent activement et effectivement pour être au rendez-vous avec l’ouverture de la saison estivale, la campagne dans la wilaya de Aïn-Témouchent est à l’oeuvre assez précocement. Une intense activité s’opère au niveau des centres de collecte des récoltes de l’orge et du blé. L’observateur venant de Hamoul, à Aïn-Témouchent, via Tamzoura en passant par Oued Sebbah. Aïn El-Arbâa, constate sans peine les chaînes de remorques transportant les céréales et stationnant devant les centres de collecte des villes citées ci-dessus. C’est un signe doublement révélateur, tant sur le plan rendement et production que sur celui accordé au partenaire traditionnel des fellahs qu’est la CCLS.
A vrai dire, malgré l’activité des maquignons et des intermédiaires à la recherche de l’orge destiné aux spéculateurs venant de toutes les régions du pays, les céréaliers préfèrent cette fois-ci vendre leur production à la CCLS. L’engouement renouvelé à l’égard de la coopérative est à prendre en considération et il faut que tous les acteurs impliqués directement ou à distance saisissent le bon vouloir des fellahs pour renouer de nouvelles et bonnes relations comme par le passé. Sans doute, la décision du président de la République portant effacement de la dette des agriculteurs, dont les céréaliers notamment, a provoqué l’effet d’entraînement souhaité et pas forcément attendu quand on constate la réalité du terrain. Les rendements réalisés pour l’orge sont fort encourageants et l’on parle d’une plage allant de 15 à 25 q à l’hectare dans les zones secondaires dites précoces. Les coopératives doivent s’impliquer davantage pour réussir la campagne moissons-battages et pour collecter le maximum d’orge et de blé.(Q.O.31.05.09.)

**La faucille à défaut de la moissonneuse…Les petits fellahs qui se sont donnés corps et âme dans la production de céréales, au cours de cette saison agricole, à la faveur d’une période pluvieuse très prometteuse s’interrogent et s’inquiètent à la fois, à l’aube de la période des battages. Aucune moissonneuse-batteuse ne pointe à l’horizon même s’ils sont prêts à mettre le prix au-delà de 2.500,00 DA l’heure. Des tarifs qui sont hors de portée, même pour les plus nantis d’entre eux. Le retour aux travaux manuels des champs avec leurs aléas semble être de mise en dépit de la rareté des bêtes de somme autrefois très utiles sur les aires de battage. L’unique solution pour eux reste la main-d’oeuvre locale et l’entraide, qui rappelle les bons vieux souvenirs de la «touiza» et c’est ce qui fait le bonheur des maîtres du fer et du feu, ces forgerons dont l’activité a presque cessé d’exister. La faucille, outil traditionnel, fait son apparition au niveau des marchés aux bestiaux mais elle aussi, à quel prix l’unité ? Quelle aubaine pour les chômeurs des campagnes qui auront droit, en sus d’une rémunération journalière de 800,00 DA, à un succulent plat de couscous, arrosé de beurre de brebis, d’une livre de viande et d’un quintal de blé à l’issue de la campagne, avec en prime de la gaîté et de la joie toute la journée au milieu des champs.Un dur labeur pour le petit fellah propriétaire des lieux qui devra gaver les «khemmassa».Après plus d’une décennie de mise en jachère des terres, la levée de la mesure d’interdiction des labours initiée au début du mois d’octobre de l’année écoulée a incité ces petits fellahs à exploiter la moindre parcelle de terre et à retirer les charrues de la remise. Une pratique ancestrale qui n’a jamais cessé de hanter les esprits de ces petits fellahs et éleveurs, habitués à prendre grand soin de leurs terres agricoles pour s’assurer le sac de blé ou d’orge, le premier pour la consommation et le second pour le bétail en période de disette. Pas une seule parcelle de terre n’a été épargnée et même celles les plus reculées ont été labourées. 7.900 hectares de terres fertiles ont été emblavées, soit plus que le triple, durant les dernières décennies, et l’on s’attend, selon le directeur des Services agricoles de la wilaya d’El-Bayadh, à une production céréalière et fourragère record, de plus de 80.000 quintaux, soit un rendement moyen de 10 quintaux à l’hectare.
Les crues et les débordements intermittents des oueds d’octobre à février y sont pour beaucoup. Hélas, certaines plaines aux terres fertiles de l’extrême-sud de la wilaya ont été délaissées, non pas par manque de moyens matériels, mais par manque de volonté, tel est le cas de la plaine de Dhayet El-Bagra, située à un jet de pierre du chef-lieu de la daïra de Brézina. 2.000 hectares de terres qui produisaient bon an, mal an jusqu’à 60 quintaux à l’hectare, avec deux rendements céréaliers par année. L’eau du barrage de Larouya y a été acheminée par des canalisations sur un trajet de 15 kilomètres, à l’effet d’irriguer des terres de ce futur eldorado. Encore une fois, hélas, les bras manquent et les idées aussi pour faire fructifier ces terres abandonnées, où toute plantation réussit, y compris les agrumes. La période des moissons-battages, entamée ces jours-ci dans les régions semi-sahariennes d’El-Abiodh Sid-Cheikh, s’annonce sous de mauvais auspices, en raison de l’indisponibilité des moissonneuses-batteuses dont les propriétaires ont un carnet de commandes très chargé dans le Nord du pays. Ce petits fellahs craignent pour leurs récoltes. En effet, les orages d’été les ruineraient en un clin d’oeil et réduiraient leurs champs de blé à leur plus simple expression.  Seule l’utilisation de ces mastodontes, et avant qu’il ne soit trop tard, pourrait les sauver et leur éviter des pertes colossales. Du côté de la direction des Services agricoles, l’on envisage de demander main forte aux wilayate limitrophes de Saïda et de Tiaret pour ramener des moissonneuses-batteuses, mais après la fin de la saison et d’ici là, beaucoup d’eau aura coulé sous les ponts. Une première expérience qui mérite bien d’être retenue et pour longtemps.(Le Quotidien d’Oran – 31.05.09.)

**********************************

*Biskra …au moins 10 terroristes abattus….

L’ANP a usé de missiles air-sol pour traquer la bande de criminels clouée sur un périmètre de plus en plus réduit. Plusieurs terroristes ont été abattus dans l’opération de ratissage actuellement menée par les forces de l’ANP à Biskra, ont indiqué avec certitude des sources très au fait du traitement sécuritaire. L’opération déclenchée à l’aube de mardi dernier a fait état de la neutralisation de deux terroristes de nationalité étrangère, un Malien et un Marocain, ayant participé à l’attentat perpétré la veille causant le décès de pas moins de 9 militaires qui étaient en mission. Dans leur progression, les éléments de l’ANP, avec l’assistance des forces héliportées, ont réussi à localiser la position des terroristes de katibet Ibn Ziad. Une série de bombardements permettra aux forces de sécurité de neutraliser définitivement plusieurs terroristes dont le nombre n’a pas encore été établi du fait que les lieux des bombardements n’ont pas encore été investis. Cependant nos sources parlent d’au moins une dizaine de criminels qui ont été mis hors d’état de nuire. Le groupe terroriste, selon les estimations des services de sécurité, est composé d’une trentaine d’éléments dont des étrangers venant des pays voisins. Ils auraient réussi à pénétrer sur le sol algérien via les frontières algéro-Libyennes grâce aux réseaux impliqués dans l’immigration clandestine, basés principalement au sud et à l’est-sud du pays. On n’écarte pas non plus la présence de Libyens et de Tunisiens. D’ailleurs, dans ce contexte une Tunisienne été condamnée à une peine de prison ferme pour terrorisme et notamment pour avoir assisté son époux à passer les frontières pour rejoindre ce qu’on appelle le Gspc, branche présumée d’Al Qaîda au Maghreb. Selon une lecture des observateurs de la scène sécuritaire, l’attentat commis à Biskra n’a qu’un seul objectif, à savoir celui de faire diversion et de désorienter les prévisions des forces de sécurité en charge de la lutte antiterroriste, car cela peut sans aucun doute avoir un lien avec ce que l’organisation criminelle du Gspc prépare au centre du pays. Dans nos précédentes éditions, nous avons rapporté, en nous appuyant sur des sources très crédibles, que Droukdel, le présumé émir national du Gspc, vise un coup médiatique spectaculaire qu’il compte perpétrer dans l’une des principales villes du pays et l’on n’écarte pas Alger du fait de son importance sur le plan médiatique. Après avoir échoué à l’Est, les perspectives du Gspc se tournent désormais vers la capitale. Il n’en demeure pas moins que comme à l’Est les forces de sécurité au niveau des wilayas du Centre ont déployé des moyens lourds pour faire avorter les noirs desseins de la horde sauvage qui n’a qu’une seule logique: le crime. De fait, les dispositifs sécuritaires sont renforcés au niveau des grandes villes où rien n’est laissé au hasard. De leur côté, les services chargés du renseignement coordonnent les données en développant un réseau national et international pour contrecarrer les mouvements des bandes criminelles et les réseaux de trafic en tout genre pour leur complicité étroite avec le Gspc.
Ainsi, pour revenir à l’opération militaire qui se déroule à Biskra, nos sources ont précisé que l’ANP a usé de missiles air-sol pour traquer la bande de criminels clouée sur un périmètre de plus en plus étroit. Selon nos sources, il leur est impossible d’échapper au bouclage hermétique dressé par les forces militaires. Leur neutralisation définitive ne serait qu’une question de temps. Il y a lieu de signaler que parallèlement à l’opération de Biskra le commandement de la Cinquième Région militaire poursuit sans relâche ses actions au niveau des maquis de Jijel, Tébessa, Khenchela et Batna.(L’Expression- 31.05.09.)

  
 
 ********************************** 

  *L’armée marocaine crée la zizanie aux frontières … Un groupe de représentants du service de contrôle des terres propriété d’Etat de la wilaya de Tlemcen se déplacera ce samedi sur site pour inspecter l’incident qui a eu lieu dans la localité frontalière de Boukanoun de la wilaya de Tlemcen à environ 100 mètres de la bande frontalière séparant l’Algérie du Maroc. Cette visite intervient suite à l’intervention des éléments de l’armée marocaine pour empêcher environ 20 agriculteurs  algériens de procéder à une opération de nettoyage d’un ru situé sur les terres algériennes prétextant qu’ils ne peuvent pas exploiter l’eau jusqu’à ce que les frontières soient définies bien qu’il ait été déjà exploité par ces fellahs durant plusieurs années. C’est la deuxième affaire du genre qui a  lieu dans la région puisque un agriculteur algérien a déjà été interdit d’établir un barrage pour empêcher des trafiquants à 50 mètres de son domicile, et ce en 2007. Par ailleurs, des observateurs de la situation expliquent que les autorités marocaines font de terrifient, puisque ce genre d’interventions se reproduit à chaque fois qui se tienne parallèlement  à la demande d’ouverture des frontières fermées depuis 1994 alors que l’Algérie explique que les conditions doivent être réunies pour ce faire.(Echorouk-29.05.09.)

**************************************** 

*Connexion à Internet: Le débit double, le montant des factures aussi ……Les abonnés à Internet d’Algérie Télécom ont eu la désagréable surprise de voir leur dernière facture passer carrément du simple au double «sans avoir reçu, disent-ils, la moindre explication ou le moindre avis justifiant cette augmentation». De 600 dinars, la facture est passée à 1.111 dinars.
Des techniciens versés dans ce domaine, au courant des évolutions dans le domaine des technologies de l’information et de la télécommunication, nous apprennent que «la hausse s’explique par le fait que le débit d’internet a doublé comme stipulé dans les dernières factures passant de 128 à 256 kilos/bits. Concrètement, cela veut dire que l’accès est plus rapide, les possibilités de téléchargement sont meilleures et que la charge de réception est plus grande, même en cas d’affluence majeure sur la Toile». Aux yeux d’internautes, travailleurs et universitaires confondus, «c’est une aberration, disent-ils, quand on prend en considération les déclarations récemment faites par le ministre de la Poste, des Technologies de l’information et de la communication qui, lors d’une émission sur la chaîne 3, a déclaré qu’il voulait faire grimper le nombre actuel d’internautes de 400.000 à 6 millions vers 2014, tout en assurant que les tarifs d’abonnement ne seront pas modifiés». Toujours est-il, qu’au niveau de Constantine, des clients venus renouveler le contrat se sont désistés après avoir pris connaissance du nouveau tarif. «C’est dommage, dit-on, car l’ancien tarif était à la portée de nos bourses et permettait par exemple à nos étudiants de se connecter à l’internet pour des informations essentielles, de la documentation récente, ou correspondre à moindres frais avec les parents résidant à l’étranger.» Du côté de la direction de AT, la responsable commerciale, questionnée par téléphone sur cette nouvelle situation, nous apprend à partir d’Alger, «qu’à travers ce nouveau débit, les coûts d’abonnement au réseau international ont quasiment doublé, d’où cette augmentation» que notre interlocutrice qualifie «de normale». Toujours selon cette responsable, «les 256 kilos/bits vont permettre un meilleur accès du Web et à de nombreux services à valeur ajoutée, telle l’utilisation de certains accès à la télévision et autres avantages. Mais cette augmentation du débit ne va pas s’arrêter là et il faut, conclut notre interlocutrice, espérer voir l’Algérie disposer du 4 et pourquoi pas du 20 mégas qui permettront aux internautes algériens de disposer des options les plus futuristes.»(Q.d’O.- 28.05.09.)  
  

*********************** 

* Des cadres de Sonelgaz pousuivis pour détournement….Le parquet du tribunal de Bir Mourad Rais à Alger a reçu un rapport d’expertise portant sur le détournement de 10 milliards de centimes des fonds de la Caisse des Œuvres sociales de Sonelgaz. Ces fonds ont été utilisés dans des affaires  illégales et dilapidés dans des voyages, par de grands responsables au sein de ce groupe.
Une source bien informée a révélé à El Khabar que le parquet a convoqué la semaine passée, les parties impliquées dans cette affaire, découverte suite à des enquêtes des services de sécurité. Il s’agit de cadres dirigeants de cette caisse, des membres du Conseil d’Administration et des présidents de commissions d’évaluation des transactions. Le Directeur Général de la branche de maintenance des véhicules de ce groupe, les directeurs d’hôtels et des agences touristiques à Annaba y sont aussi impliqués.
Toutes les personnes qui ont été convoquées par la justice, ont entendu le rapport d’expertise concernant les pratiques avec  lesquelles les fonds des employés de Sonelgaz ont été détournés.
La même source a expliqué que dans le rapport d’expertise en question, les dépenses pour les vacances des hauts responsables de ce groupe, pendant plusieurs années ont été mentionnées. Ces dépenses, a-t-il été ajouté, dans ce rapport, n’ont pas fait partie des prévisions de ce fonds, ni du bilan de son activité annuelle. Il a été, de ce fait, conclu que les transactions consacrées pour les congés ont été conclues en toute discrétion.
Pour ce qui est des responsables qui ont profité de ces dépenses, il a été mentionné, dans le rapport en question, les noms du Directeur Général d’une compagnie immobilière de ce groupe, un des adjoints du PDG de ce groupe, M. Noureddine Bouterfa,  l’ex  Directeur des Ressources Humaines, le PDG de la branche des études et directeur exécutif des finances et comptabilité, le secrétaire général de ce groupe, le PDG des travaux gaziers et le PDG de CONGAZ. La valeur des factures des services dont ils ont bénéficiés n’a pas été déterminée, après qu’ils aient été autorisés à des dépenses illimitées.
L’expert chargé de cette affaire a découvert, au cours de son inspection des archives, des factures au nom du groupe Sonelgaz, prises en charge par ce fonds et dont ont bénéficié des responsables de Sonelgaz.
Cet expert a également trouvé une correspondance adressée par le secrétaire général du groupe Sonelgaz, M. Djouabri Zoubir aux responsables de ce fonds, leur ordonnant de régler les factures, à condition qu’elles soient remboursées par  les fonds de soutien accordés par le groupe à ce fonds.
Pour rappel, le juge d’instruction a placé, le mois dernier, 19 cadres dirigeants du fonds et de Sonelgaz, sous contrôle judiciaire pour dilapidation de deniers publics.(El Khabar -28.05.09.)

  

******************************** 

* Les recalés au bac autorisés à doubler sans limite d’àge…Le ministre de l’Education nationale, Boubekeur Benbouzid, a annoncé hier sur les ondes de la chaîne I qui l’a reçu dans le cadre de l’émission «Tahaoulate» (mutations) que «suite à la suppression du rachat et l’exigence de la moyenne égale ou supérieure à 10/20 pour l’admission au baccalauréat, les candidats recalés auront une autre chance pour reprendre leur cursus durant l’année prochaine et sans limite d’âge». M. Benbouzid a rappelé que les examens du baccalauréat se déroulent en Algérie en une seule session. Sur un autre chapitre et pour les futurs bacheliers, le ministre a précisé que «chacun d’eux aura une place pédagogique garantie à l’université, où 120.000 places pédagogiques sont prévues pour la prochaine rentrée». Abordant la question des conditions de déroulement des différents examens scolaires, dont celui de l’entrée en 1re année moyenne qui s’est déroulé hier, M. Benbouzid dira que «le nombre des candidats inscrits cette année pour les 3 examens, dépasse les 1,6 million d’élèves». Il a souligné que son département «a mobilisé pas moins de 350.000 enseignants et employés et une enveloppe financière de 5 milliards de DA». Dans ce cadre, M. Benbouzid a révélé que «le groupe chargé de la préparation des questions du baccalauréat, prévu du 7 au 14 juin prochain, est sans contact avec l’extérieur depuis le 20 mai pour éviter la fuite des sujets». Concernant le taux de scolarisation qui se situerait à environ 97%, le ministre a rappelé mardi le recours à des poursuites judiciaires contre les parents qui refusent de scolariser leurs enfants dès l’âge de 6 ans. A propos de la vulgarisation de l’informatique au sein des établissements scolaires, le ministre a précisé que l’ensemble des lycées, soit 1.700, sont dotés d’un laboratoire informatique et devront bénéficier d’un deuxième à la prochaine rentrée scolaire. En matière de cantines scolaires, M. Benbouzid dira que «71% des élèves bénéficient des cantines scolaires auxquelles un montant de 30 milliards de DA a été consacré». S’agissant du manuel scolaire, le ministre a précisé qu’il est disponible et que 40% des élèves en bénéficieront à titre gracieux à la prochaine rentrée. Répondant à une question sur la situation des enseignants contractuels, M. Benbouzid a fait savoir que «la création de postes budgétaires est une opération qui ne concerne pas uniquement le ministère de l’Education et que les règles et lois de la fonction publique sont appliquées à tous les secteurs». Cependant le ministre s’est prononcé en faveur du recrutement d’enseignants contractuels eu égard à leur expérience qui revêt de nos jours une importance, compte tenu des notes accordées lors des tests de recrutement. Sur la violence en milieu scolaire, Benbouzid a affirmé que son département s’attelle à la préparation de nouvelles lois pour l’ouverture de nouveaux postes budgétaires destinés à des agents accompagnateurs chargés d’aider à lutter contre la violence, un phénomène qui doit également être l’affaire des parents d’élèves.(Q.d’O.- 28.05.09.)

   
 
********************************** 

*Un colloque destiné aux journalistes annulé La Ligue Algérienne de Défense des Droits de l’Homme, aile de Mustapha Bouchachi, a fortement dénoncé l’interdiction, par les services de wilaya d’Alger,  l’organisation d’une session de formation, sur les Droits de l’Homme, au profit des journalistes. Cette session était prévue du 26,27 et 28 Mai, en cours à Zéralda, à l’Ouest d’Alger.
La ligue a qualifié, dans son communiqué, intitulé « droits de l’Homme réprimés», « la décision d’interdiction de la tenue de la session de formation, d’atteinte à la liberté du rassemblement consacrée par la constitution et assurée par les chartes internationales relatives aux Droits Civiques et Politiques ». Elle a également été surprise par la décision du wali qu’elle a qualifié de non fondée.
L’avocat, M. Noureddine Ben Issad, membre de cette ligue, a indiqué dans une déclaration à El Khabar que « la décision de la wilaya d’interdire la manifestation n’est, réglementairement, pas justifiée. Elle cache, cependant, une intention de réprimer les libertés d’organisation et de rassemblement », a-t-il ajouté.(El Khabar-28.05.09.)

  

******************************** 

*Un lieutenant colonel incarcéré après la « mort » d’un journaliste… Le Procureur de la république près le tribunal militaire de Ouargla a ordonné l’incarcération d’un lieutenant colonel suite au décès du producteur de télévision Jamal Edine Khelfaoui à Laghouat le 20 mai dernier après une prise de bec violente entre les deux personnes dans la capitale de cette wilaya du sud Algérien.  Le drame remonte à jeudi dernier et a conduit à la mort du producteur qui était en visite familiale dans la région pour preparer un film documentaire autour de la méthode de Tijania pour arriver malheureusement à une dispute, selon des témoins, pour un problème de circulation entre le gendre de l’officier et le producteur. Les tensions sont montées des deux cotés, après la tentative de la victime de déposer plainte devant les services de gendarmerie avant de recevoir une balle au niveau du torse, selon un des membres de sa famille. L’officier a nié les faits. La victime a été transféré de suite à l’hôpital avant de trouver la mort quelques heures plus tard. C’est suite à cela que le Procureur près le tribunal militaire a ordonné une autopsie qui a établie que la mort a été causée par un coup asséné au crâne. Après audience des deux parties, l’officier de 47 ans a été mis sous mandat de dépôt avant la prononciation du verdict, suite aux plaintes déposées par les parents de la victime.(Echorouk-27.05.09.)  

************************************** 

* Nouveau découpage administratif…90 wilaya à l’horizon 2010 …  Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a affirmé hier lors de sa réponse aux députés que la tendance est portée «vers la mise en place d’un découpage administratif par wilayas déléguées en attendant la codification de la création de nouvelles wilayas». Il a ensuite rappelé que cette organisation était «une nécessité», avant de souligner que la question «requiert un encadrement et un financement». Avant lui, le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Yazid Zerhouni, avait apporté certaines précisions en énonçant quelques critères pour passer d’une wilaya déléguée à une wilaya à part entière. Le ministre avait affirmé qu’il était «impératif de nommer d’abord les responsables qui auront à gérer les nouvelles wilayas déléguées». Il a tenu a ajouter que l’Etat «va essayer de le faire le plus tôt possible en plus de l’affectation progressive du personnel et des dossiers à ces wilayas». Selon lui, «la proclamation de celui-ci ne pourra se faire avant que tout soit mis au point».
A ce titre, le ministre a indiqué que la priorité reste le «transfert des dossiers et archives» des wilayas mères aux wilayas déléguées: «Tous les dossiers en cours, gérés par les wilayas mères seront transférés progressivement aux wilayas déléguées puisqu’il est impossible de le faire d’un jour à l’autre». Ces nouvelles wilayas seront désignées selon des critères évoqués récemment: d’abord par leur population et par le nombre de leurs communes, ensuite par leur vocation et la complexité de leur gestion. Le découpage en question est, selon Zerhouni, «mûrement réfléchi» puisqu’il diffère des découpages de 1975 et 1984 dans la mesure où, à l’avenir, «seules les wilayas déléguées qui auront réalisé un développement conséquent seront promues au rang de wilayas à part entière». Ce nouveau découpage administratif devra se traduire par la création de 95 nouvelles wilayas déléguées aux prérogatives renforcées, à l’image de ce qui s’était déjà fait à Alger. Il est ainsi prévu d’aboutir, à terme, à la création d’une bonne quarantaine de nouvelles wilayas à l’horizon 2010. Certaines grandes agglomérations ou centres urbains sont naturellement destinés à être promus au statut de wilaya, et ce, de par leur taille territoriale, leur densité démographique et le volume de leur activité économique. Des communes comme In Salah, Djanet, Aïn Sefra, Aïn Beïda, Tizi Ouzou, pour ne citer que celles-là, peuvent être candidates dès 2010.(L’Expression-26.05.09.)

************************************* 

*Les Algériens de la Nouvelle Calédonie en deuil…Un tragique accident de la circulation a emporté Laeticia Hanane, 16 ans, alors que sa mère, Nathalie Nouara, est depuis quelques jours dans un coma profond. Respectivement petite-fille et fille du maire Tayeb, les deux femmes ont fait l’objet d’un terrible accident sur l’axe routier Bouraïl -Nouméa. Laeticia aimait profondément l’Algérie. Elle a fait plusieurs séjours à Laghouat chez la famille Taouti. Sa mère Nathalie Nouara était venue à Alger pour assister, en 2007, au retour de la caravane scoute « Sollah El Bilad » qui a fait un pèlerinage à La Mecque, pour se recueillir après sur la tombe de Hadj Seddik, à Laghouat. Sur la photo, on voit Nouara, son fils Fatah en compagnie de Zenikhri, ancien DG de Snriah. La famille Taouti, notamment Mustapha qui a effectué dernièrement un séjour en Nouvelle-Calédonie, profondément touchée par ce deuil présente ses condoléances à son ami Tayeb et l’assure de sa solidarité en cette douloureuse circonstance.(El Watan-26.05.09.)  

******************************* 

* Béchar… Le quatrième Prix national du meilleur joueur de luth, prévu initialement du 6 au 8 juin prochain à Béchar, devra avoir lieu du 16 au 18 du mois, a-t-on appris samedi de l’organisateur. La direction de la culture de Béchar, principal organisateur, a invoqué des «raisons techniques» pour justifier ce report. Plusieurs musiciens-joueurs de cet instrument traditionnel à la base de la musique arabe de différentes régions du pays ont confirmé leur participation à ce concours national, a indiqué la même source. Parmi les participants, il est annoncé la présence «inédite» d’une femme à un tel rendez-vous musical, en la personne de Mlle Ounis Amal, présentée comme «une des meilleures joueuses de luth à travers le pays». Pour cette 4e édition, deux artistes de renommée nationale prendront également part à cette manifestation en qualité d’invités d’honneur. Il s’agit des musiciens-compositeurs Rahal Zoubir et Rahou Boutlelis, qui donneront à cette occasion des récitals à la salle des spectacles de la Maison de la culture. En marge des représentations artistiques qui auront lieu à la même salle des spectacles, des expositions et communications consacrées à l’histoire du luth et son apport à la musique sont également au menu du programme de ce prix national. Ce concours national dont la finale et la remise des prix sont prévues le 19 juin, sera une occasion pour le public de découvrir de nouveaux talents et renouer avec les sonorités du «Oud», très présentes à Béchar, ville dont est originaire l’artiste virtuose Alla, au style original, le «Fondou». Le premier prix de la précédente édition a été remporté par l’artiste Chétif Bachir de la ville de Laghouat, rappelle-t-on.(L’Expression-25.05.09). 

******************************* 

*Des sources concordantes ont assuré au journal « Echorouk », que le transfert des prisonniers algériens de Libye aura lieu entre le 15 et 20 juin prochains , conformément à un accord préalable entre les autorités diplomatiques des deux pays, pour l’échange des prisonniers entre la Libye et l’Algérie. Les détenus algériens ont été informés que l’administration d’ Al Jadida  en Libye, qui comprend le plus grand nombre de prisonniers algériens, a récemment préparé tous les documents pour échange de prisonniers  après la signature de la convention en attendant l’exécution de l’accord. C’est d’ailleurs le fils du dirigeant libyen Saif Al Islam Guaddafi qui a mis les grandes lignes de cet convention en marge de sa première visite en Algérie la semaine dernière.(24.05.09.) 

*******************************

 griporc3.jpg

 * Le Ministre algérien de la Santé, Population et réforme hospitalière, M. Said Barkat a assuré samedi, en marge d’une conférence de discussion du plan de travail du gouvernement, que l’Algérie a pris toutes les mesures matérielles et humaines pour faire face à la grippe porcine. «Le gouvernement a préparé un programme, avec la réhabilitation de 53 hôpitaux ainsi que la formation de tous les spécialistes pour faire face à la grippe porcine dans le cas où elle apparaît. Des quantités suffisantes de médicaments ont également été préparées. Par ailleurs, M. Barkat souligne que l’Algérie jouit d’un haut niveau de vigilance pour faire face à cette pandémie, se référant à l’action qui a été prise à l’aéroport international Houari Boumediene comme dans  d’autres aéroports internationaux, ajoutant qu’il n’y a pas de cas de ce genre de pandémies, en Algérie. Selon le ministre, l’Algérie a besoin de 900 milliards de dinars pour faire face à cette pandémie.En outre, L’organisation mondiale de la santé a  agréé  Institut Pasteur d’Alger comme centre régional, qui couvre le continent africain en vue de détecter toute suspicion de cas de grippe porcine.(Echotouk.24.05.09.)….. l’Algérie ne connaît aucune personne atteinte de la grippe porcine dont l’état serait confirmé. Il a précisé, à El Khabar, en marge du débat sur le  « plan du gouvernement », que le virus H1N1, connu aussi par le virus A, que ses services médicaux soupçonnent deux personnes dont l’une est algérienne, vivant à Tlemcen et la seconde ukrainienne, vivant à Annaba. Le ministre dit avoir pris l’ensemble des mesures conservatoires pour prévenir tout risque de propagation de la maladie au cas où elle est confirmée. Ces deux personnes seraient sous contrôle médical et des analyses sont en cours pour confirmer ou infirmer ces cas. Selon notre interlocuteur, l’Algérie y a consacré 10 millions de DA et pris toutes les mesures au niveau des ports et des aéroports qui vont connaître, dans quelques semaines, le rush traditionnel des vacanciers et des émigrés qui passent les congés d’été chez eux, pour stopper toute intrusion de personnes malades en Algérie. Ces mesures concernent aussi les salons d’honneur réservés au VIP et à une certaine clientèle des compagnies. L’ensemble du dispositif serait supervisé par des représentants de l’Organisation Mondiale de la Santé. (El Khabar)

 

****************************** 

*600 hommes d’affaires maghrébins aujourd’hui à Alger. (10.05.09.) -Pour donner une dynamique au processus de construction de l’édifice économique maghrébin et conformément à une des recommandations des experts portant sur l’organisation d’un forum annuel des investisseurs maghrébins, Alger s’apprête à accueillir aujourd’hui quelque 600 hommes d’affaires maghrébins, qui participeront à leur premier forum, à l’initiative de l’Union maghrébine des employeurs UME.
Selon le président de cette instance, M. Hédi Djilani, cité par l’APS, ce forum de deux jours sera l’occasion pour les milieux d’affaires maghrébins de traduire leur volonté de travailler ensemble au service de la survie de l’économie maghrébine et la construction d’un espace économique commun viable et solide.
Pour sa part, le secrétaire général de l’UME, M. Rabah Boussebha, a souligné que l’objectif de ce 1er forum des hommes d’affaires maghrébins, qui se tiendra annuellement en alternance dans les pays de la région, est de réunir les opérateurs économiques, stimuler les échanges d’informations et d’expériences, et de faire connaître le riche potentiel économique dans le Maghreb, dans la perspective d’aboutir à une complémentarité puis à une intégration des économies de la région. Selon M. Boussebha, l’intégration des économies du Maghreb, un marché de plus de 90 millions de personnes, passe par la mise en place de projets fédérateurs à travers notamment la création d’un environnement favorable aux investissements inter-maghrébins susceptibles de donner naissance à une nouvelle génération d’entreprises compétitives, et l’assurance d’une fluidité et liberté de circulation des capitaux, des biens et des opérateurs.
De son côté, M. Boualem M’rakach, membre fondateur de l’UME, qui s’exprimait lors d’une conférence de presse tenue en prévision de l’organisation du forum, a indiqué que la création de l’Union maghrébine des employeurs (UME) «traduit la volonté des opérateurs économiques des pays du Maghreb à construire un espace économique commun solide». M. M’rakach, qui est également le président de la Confédération algérienne du patronat (CAP), a estimé que la création de cette entité, la première du genre, répond à un «besoin vital» qui est d’aboutir à une intégration des économies de la région. Selon lui, de nombreux efforts ont été déployés par les milieux économiques des pays de la région pour atteindre les objectifs assignés à l’UME en indiquant que de nombreuses réunions tenues par les experts ont permis d’arrêter une série d’actions susceptibles d’assurer la réussite de cette nouvelle union. Il a également été convenu de la réalisation de grands projets fédérateurs d’envergure maghrébine, la création d’un observatoire au sein de l’UME qui sera chargé de suivre l’évolution de l’investissement et du commerce extérieur au Maghreb et l’intensification de la concertation entre responsables du secteur privé. Les experts ont recommandé également le développement d’actions de formation commune pour les cadres et les responsables afin d’accroître et renforcer la capacité managériale des PME et l’encouragement des jeunes promoteurs maghrébins à bénéficier des structures d’encadrement existantes dans chaque pays. L’autre résolution phare prise par les experts a trait à la création d’une base de données économiques concernant les cinq pays maghrébins.
Le programme du forum d’Alger comprend 6 ateliers portant notamment sur les partenariats et projets fédérateurs maghrébins, les expériences internationales en libre-échange, l’intégration économique ainsi que l’impact de la crise financière internationale sur le Maghreb. Ces panels seront assurés par des experts économiques internationaux dont le directeur général adjoint du FMI et de la directrice pour la région du Maghreb au niveau de la Commission Afrique des Nations unies, selon le conférencier. Outre le travail en atelier, il est prévu des interventions d’experts internationaux ainsi qu’un salon en marge du forum. L’UME rappelle la faiblesse du volume des échanges inter-maghrébins évalués à 2,9% par an par rapport à leurs échanges avec le monde alors que les échanges maghrébins avec l’espace européen excèdent les 66%, ainsi qu’un taux de croissance de 4,6% au sein de l’UMA, jugé en deçà des potentialités existantes, et en dessous du seuil des 8% fixé par le FMI pour la région. L’UME regroupe des organisations patronales des 5 pays de l’UMA: Confédération algérienne du patronat (CAP), Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA), Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Conseil du patronat libyen (CPL) et Confédération nationale du patronat mauritanien (CNPM).(Le Quotidien d’Oran) 

*************************************

*Mostaganem…La fête de la pomme de terre …20 et 21 mai 2009 -  Les préparatifs vont bon train. La seconde édition du Salon de la pomme de terre aura lieu les 20 et 21 mai prochains, au centre équestre de Sayada, dans la proche banlieue de Mostaganem. Une seconde édition qui, cette fois-ci, se veut d’envergure internationale, et qui se tient à l’initiative de l’agence ‘’HM Communication’’ et son support médiatique, la revue ‘’Green Algérie’’, dont le numéro à paraitre sera justement consacré à la pomme de terre. Outre les ‘’patatiers’’ de la région, une foule d’acteurs de la filière pomme de terre, prendront part à cette fête reconduite pour la seconde fois, à pareille époque et sur le même site. Des instituts dont celui de Staoueli, des laboratoires versés dans la recherche et le développement dans le domaine de la production des semences de pomme de terre, à l’instar du centre ‘’Sagrodev’’ de Sétif, du laboratoire Enarp de Bab Ezzouar, de multi-plants, la filiale de ‘’Ceviagro’’ du groupe Cevital, des firmes étrangères de fabrication de produits phytosanitaires, parmi lesquelles ‘’France obtention’’, des opérateurs dans le créneau de l’import-export, y seront représentés. Eu égard à une telle représentation de haut niveau, le volet technico-scientifique sera particulièrement étoffé. A travers les démonstrations in-situ, au profit des producteurs de pomme de terre, la manifestation désormais annuelle, qui s’inscrit dans la nouvelle dynamique initiée par le ministère de l’Agriculture pour l’horizon 2010, sera ainsi, mise à profit par les techniciens présents, ayant pour mission la promotion des produits élaborés ou commercialisés par les firmes représentées. L’irrigation et la fertilisation constitueront, à coup sûr, l’un des plus importants aspects à développer. Les agriculteurs qui ont souvent été affolés par ces maladies et autres champignons ‘’magiques’’, anéantissant en ‘’un clin d’oeil’’ l’effort d’au moins un trimestre, à l’image du redoutable mildiou, de la teigne ou la gale et devront, en principe, trouver le remède efficace, à même de dissiper le désespoir. Les plus ‘’intellectuels’’ parmi eux auront le loisir de découvrir le ‘’Milineos’’, un système informatisé conçu pour la surveillance au niveau parcellaire des paramètres favorables à la propagation des maladies, et partant de là, à même de signaler le moment opportun pour déclencher la lutte. Un système inventé par ‘’Arvalis France institut’’ qui a déjà fait ses preuves dans l’Hexagone, selon ses promoteurs. Les entreprises du froid seront, sans nul doute, également nombreuses, vu le besoin, important et croissant, en infrastructures de conservation dans le pays, mais aussi compte tenu des objectifs que s’assigne le ministère de l’Agriculture, en matière de production agricole. Le machinisme agricole sera présent en force avec des démonstrations sur site. Un chapiteau sera dressé spécialement pour abriter conférences, débats et autres communications sur la vulgarisation agricole, à travers lesquels on tentera de répondre à nombre de préoccupations techniques des fellahs et des professionnels de la filière. Le volet ‘’folklorique’’ ne sera pas en reste lors de cette fête annuelle de la pomme de terre. Fantasia, couscous et boum-boum bezef, dont le pays des ‘’Medjaher’’ tire réputation et orgueil, combleront l’enthousiasme du rendezvous. (Le Courrier d’Algérie – 10.05.09.)

*************************************** 

 * Tizi Ouzou…L’université sous la loi de l’omerta_ (10.05.09.) Où va la Kabylie ? Qu’est devenue l’Université de Tizi Ouzou ? Ce double questionnement se pose avec acuité. En effet, depuis les événements de 2001 et l’avènement du mouvement des Arouch, la Kabylie s’est clochardisée à outrance. Tout le monde peut jouer au gangster. La loi ? Elle n’a plus droit de cité. Des voyous pullulent. Ils bafouent les lois en toute impunité. Les segments de la société jadis actifs ont abandonné le terrain. Quant à l’État, il est absent. Tout le monde s’accorde à dire que la Kabylie s’embourbe. Prise dans la spirale de la violence islamiste à l’insécurité du fait d’énergumènes hors-la-loi.(…) Le Courrier d’Algérie)

******************************************* 

*Abderrazak El Para adhère à la réconciliation…Amari Saifi alias Abderrezak El Para, ou encore Abou Haidara El Aurassi, adjoint de l’ancien émir du GSPC Hassan Hattab, a assuré n’avoir pas cautionné les opérations menées depuis le retrait de Hattab de l’organisation armée. Il dévoile pour la première fois qu’il a entamé des contacts avec des katibats les appelant à ne pas faire allégeance à Droudkal qui n’était qu’un simple élément à la création du groupe salafiste. «L’exécution de civils est une méthode des dissidents que je rejette car ce genre d’actions est illicite», a déclaré El Para en s’adressant à ses disciples.

«Viser des civils dans des lieux publics dans des opérations suicide est en quelque sorte un aveu d’impuissance à affronter des soldats armés et des objectifs militaires», a déclaré El Para.  Il  a appelé ses comparses particulièrement l’émir de la katibat Tariq Ibn Ziad de la 5ième région, Abdelhamid Abou Zeid et son responsable militaire Abou Khebab, à se repentir et de cesser de kidnapper les touristes étrangers car cela « dessert notre religion et sert les intérêts des ennemis de Dieu ». El Para, qui lui-même a entrepris l’enlèvement de 32 touristes en 2003, dit regretter ces actes car convaincu maintenant qu’ils sont contraires aux préceptes du djihad et de l’islam. Abderrezak El Para, de sa prison, a rédigé un communiqué en réponse à celui de Hassan Hattab soulignant que son revirement n’est pas conjoncturel ni intéressé, mais qu’il part d’une conviction profonde.  El Para estime que son incarcération a été l’occasion pour lui de méditer sur le bien-fondé de ses actions et d’en conclure que l’action armée a été plus que néfaste pour le peuple algérien. «Je ne suis pas coupable des explosions perpétrées sous les ordres de Droudkal», a-t-il assuré. Il réitère ses regrets et appelle les membres du GSPC à se joindre à lui et cesser les effusions de sang. Abderrezak El Para s’adresse aux jeunes qui seraient tentés de rejoindre les rangs du GSPC, les conseillant de s’en abstenir et de se méfier des pseudo-prêches sur des CD et sur les sites  internet. (Echorouk -09.05.09.) 

************************* * Les émirs repentis sz mobolisent contre le GSPC ….. Le commandement du GSPC a défini la feuille de route de la prochaine étape pour l’activation de l’effort de la réconciliation nationale à travers une campagne de sensibilisation visant les réseaux de soutien, les jeunes pour le gel de l’enrôlement et le financement et même des prisonniers pour les convaincre d’abandonner l’idée du «djihad» et d’œuvrer à améliorer la situation sociale des repentis; car selon les fondateurs du GSPC, le système a changé et le président Abdelaziz Bouteflika a pris des décisions très courageuses qu’il faut soutenir. Lors d’une conférence de presse organisée le week-end à Alger, trois ex-dirigeants du GSPC ont exposé les grandes lignes d’une plate-forme pour l’adhésion à l’initiative de réconciliation appuyée par Hassan Hattab fondateur de l’organisation terroriste qu’ils ont précédemment soutenue au travers d’un communiqué. Khetab Mourad alias Abd El Bar qui avait rejoint le maquis en 1993 a indiqué qu’il avait appelé les terroristes à se rendre, car c’est là un devoir. Pour lui, il y a une conviction chez les éléments armés auprès desquels, l’appel à la reddition à trouvé écho. Cependant, il faudrait un peu de temps pour certains afin qu’ils se rendent, poursuit-il, avant d’appeler les cheikhs et prédicateurs à ne pas heurter par leurs propos la sensibilité de ces éléments armés. La position historique d’Abderrezak El Para aura des répercussions certaines sur la démarche de réconciliation selon Khetab. Ce dernier souligne par ailleurs l’importance de la prise en charge administrative et sociale du dossier des repentis. Pour sa part, Ben Messaoud Abdelkader, dit Mossab Abou Daoud, qui a déposé les armes en 2007 a déclaré que de nombreux dirigeants  du groupe salafiste contestent aujourd’hui leur organisation, et que lui-même a approuvé l’initiative de Hattab et fait de son mieux pour que son communiqué arrive à tous. Il assure que ses compagnons du maquis seront vite au courant car ce sont des lecteurs assidus d’Echorouk. Mossab Abou Daoud a par ailleurs déclaré que des contacts ont été pris avec Belmokhtar par des voies qui restent secrètes. Il ne manque pas de souligner que des hommes armés du Mali, Niger et la Mauritanie ont rejoint les rangs de l’organisation salafiste qui ne trouve rien à opposer à la réconciliation nationale. L’autre conférencier, Chérif Saïd, alias Abou Zakaria, un des fondateurs du groupe salafiste, a fait état d’embuches administratives qui, si elles étaient levées, la réussite de la réconciliation nationale ne ferait aucun doute. Il a également critiqué les opposants à la réconciliation avant de s’adresser aux éléments armés du maquis pour leur signifier que les choses avaient changé et les engager à saisir cette opportunité de revenir sur le droit chemin.  Aujourd’hui, il n’existe aucune justification à la lutte armée, dit-il, ajoutant : Qu’avons-nous fait ? Sinon amener le malheur sur les algériens.  Les trois émirs se sont accordés sur la nécessité d’adhérer à la réconciliation nationale pour que cesse l’effusion de sang et que règne la paix. (Echotouk – 08.05.09.)

 ******************************* 

* Grève nationale des médecins… et des promesses «fallacieuses» des ministères de tutelle…La montée en puissance de la contestation chez les étudiants de médecine qui avaient tenu, mardi, des rassemblements à l’intérieur des Facultés de médecine à Oran, Constantine et Annaba, fait bouger les deux ministères de tutelle. Hier, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique a tenu à exclure, par le biais de son directeur de communication, Nourredine Kheraisia, le recours à l’année blanche, tout en assurant que le conflit entre les pouvoirs publics et les hospitalo-universitaires pourra connaître incessamment son dénouement. «L’année n’est pas compromise. Nous allons recourir à un prolongement des études dans les Facultés de médecine jusqu’à validation de l’année», a affirmé le même responsable sur les ondes de la Radio nationale. (…)

Du côté des deux syndicats autonomes des hospitalo-universitaires, on accuse la tutelle de se cacher derrière des promesses «fallacieuses» tout en évitant de relancer des négociations sérieuses sur leurs «légitimes revendications». Pour le Pr Ouslim, du Syndicat national des professeurs et docents en sciences médicales (SNPDSM), cette dernière «sortie médiatique» de la tutelle n’est autre qu’une «fuite en avant destinée à gagner du temps» face à une radicalisation du mouvement de contestation. «Il n’y a rien de concret. Et ce n’est pas avec des promesses que la tutelle va nous convaincre de lever le boycott des examens», soutient notre source. Pour le syndicaliste, ces déclarations sont destinées uniquement à apaiser la gronde des étudiants, alors que sur le terrain, les hospitalo-universitaires sont régulièrement harcelés par la tutelle. «Les deux ministères de tutelle ne cessent de nous lancer des menaces. Récemment, nous avons reçu une correspondance du directeur des Etudes juridiques du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique contenant des menaces de ponction sur salaires», signale notre interlocuteur. Questionné sur l’avenir du mouvement de contestation, il annonce une assemblée générale des délégués syndicaux des hospitalo-universitaires, mardi prochain à Alger, pour décider des actions à entreprendre dans les prochaines semaines. Il est à noter qu’une centaine d’étudiants de l’Institut national de l’enseignement des sciences (INESM) d’Oran avait observé mardi un sit-in à l’intérieur de cet institut, pour «exiger l’ouverture de négociations sérieuses entre les hospitalo-universitaires et les deux ministères de tutelle». Les étudiants ont brandi des banderoles où on pouvait lire : «Les blouses blanches contre l’année blanche», «Sauvez-nous du spectre de l’année blanche» et «Science avec conscience». Le boycott des examens observé par les hospitalo-universitaires depuis le 21 mars dernier dans les dix Facultés de médecine du pays est à l’origine de ce désarroi des étudiants en sciences médicales qui assistent, impuissants, à un pourrissement du bras de fer entre les grévistes et les deux ministères de tutelle, à savoir le ministère de la Santé et de la réforme hospitalière et celui de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. (Le Quotidien d’Oran – 07.05.09.)


*************************** 

** La SNTF fait marche arrière… La colère des citoyens provoquée, ces derniers jours, par la nouvelle tarification des trains électriques et des autorails n’a pas été sans résultat. En effet, la Société nationale des transports ferroviaires (Sntf) a décidé de revoir à la baisse les prix des billets des autorails, et ce, dès aujourd’hui, nous ont indiqué des sources proches du transporteur ferroviaire.
Ainsi, les prix des billets sur la ligne Alger-El Affroun ont été revus à la baisse, 100 DA au lieu de 175 DA précédemment, 80 DA au lieu de 130 DA sur la ligne Alger-Thénia. Quant à l’abonnement mensuel pour ces deux lignes, il sera respectivement de l’ordre de 4875 DA et de 3785 DA. Selon Toufik Rahmouni, responsable de la direction clientèle à la Sntf, ces tarifs seront appliqués uniquement sur les trains électriques mis en service il y a quelques jours.
Toutefois, cette nouvelle tarification ne concernera que les automotrices électriques qui desservent la banlieue d’Alger. Pour ce qui est des autres lignes, les prix demeurent inchangés ce qui n’arrange pas les pères de famille dont les salaires ne dépassent pas, pour la plupart, le Snmg. La déception est encore plus grande chez les étudiants qui perçoivent une bourse de 2700 DA par trimestre, d’autant plus que la Sntf ne propose pas de tarifs adaptés pour les étudiants. Dès lors, ils se verront obligés d’emprunter les trains traditionnels à traction diesel toujours en fonction. Soulagement, toutefois en sachant que ces derniers seront retirés de la circulation prochainement. Cela se fera au fur et à mesure que les 42 automotrices commandées auprès du constructeur suisse Stadler seront réceptionnées. A ce sujet, il a été signalé que l’Algérie est entrée en possession de 22 automotrices sur l’ensemble des 64 prévues dans le contrat de renouvellement de ses trains. 12 de ces automotrices ont déjà été mises en service. Par ailleurs, M.Rahmouni a lancé un appel aux pouvoirs publics pour aider la Sntf à faire face aux dépenses colossales de modernisation des chemins de fer. Selon ce responsable, le coût pour une liaison Alger-El Affroun, par automotrice, ne revient pas à moins de 230 DA, et 180 DA pour la ligne Alger-Thénia. A cet effet, il sollicite l’Etat pour «prendre en charge ce différentiel». Les citoyens ont, par ailleurs, rappelle-t-on, boudé ces automotrices en raison du prix du billet jugé excessif. Leur courroux a failli tourner à l’émeute comme cela a été le cas mercredi près de Dar El Beïda.
Hier encore, les gares étaient presque vides. Les quelques voyageurs rencontrés se sont dit outrés par une telle tarification qu’ils qualifient de honteuse. «Au lieu de nous ramener des trains électriques pour nous les faire payer à des prix qui dépassent l’entendement, ils n’ont qu’à se pencher sur l’état de délabrement des quais et des gares en général», s’est indigné un salarié père de famille, rencontré au niveau de la gare ferroviaire de Baba Ali. Les pouvoirs publics qui font beaucoup d’efforts pour remplacer les vieux trains qui ont fait leur temps, par des autorails modernes qui, certes, reviennent chers, ne semblent pas avoir dans le même temps envisagé des solutions qui ne pénalisent pas les citoyens aux moyens modestes, principaux usagers du train. Que la Sntf veuille amortir ses investissements est tout à fait normal, mais encore faut-il que cela ne se fasse pas au détriment des citoyens dont les salaires demeurent très limités. (L’Expression du 07.05.09.)

************************************* 

* 16 tonnes de drogue marocaine saisies en 3 mois …. Le trafic de drogue ne cesse de prendre de l’ampleur ces dernières années. L’Algérie qui était épargnée par ce fléau est devenue aujourd’hui non seulement une plaque tournante pour les trafiquants mais aussi un pays producteur. Selon le bilan de la Gendarmerie nationale, les saisies de drogue ont connu cette année une hausse spectaculaire depuis le début de l’année. Sombre est le tableau dressé à ce sujet par l’Office National de Lutte contre la Drogue et la Toxicomanie. La saisie de 16 454,274 kg de résine de cannabis, 80 g de graines de cannabis, de 384 plants de cannabis pour le premier trimestre de l’année en cours, selon un bilan rendu public par l’ONLCDT, renseigne sur cet état des lieux. Le même bilan a fait également ressortir la saisie de 18 785 comprimés de substances psychotropes et de 800 millilitres de solutions psychotropes de différentes marques, a tenu à préciser Abdelmalek Sayah, directeur général de l’ONLCDT. L’ensemble des services de lutte contre la drogue et la toxicomanie (Gendarmerie nationale, Sûreté nationale et Douanes algériennes) ont eu à élucider, selon la même source, 2 262 affaires, dont 604 liées au trafic et à la commercialisation de drogue.Parmi ces affaires traitées, 88 concernent la commercialisation de substances psychotropes, 2 affaires de trafic de cocaïne, 2 affaires de trafic et de commercialisation de crack. 1656 affaires relatives à la détention et à l’usage de drogue ont été traitées, durant cette période, dont 1554 concernent la détention et l’usage de résine de cannabis, 95 affaires de détention et usage de substances psychotropes, 2 affaires de détention et usage de cocaïne et 5 de détention et usage d’héroïne. Pour ce qui est des personnes impliquées dans ces affaires, le directeur général de l’ONLCDT a indiqué que les investigations menées, dans ce cadre, par les services concernés ont abouti à l’interpellation de 3569 individus. « Sur ces 3569 individus interpellés, on dénombre notamment 1079 trafiquants, et 2165 usagers de résine de cannabis et d’opium, 134 trafiquants et 155 usagers de substances psychotropes, 8 trafiquants et usagers de cocaïne et 2 cultivateurs de cannabis et d’opium », a-t-il expliqué. Parmi les personnes interpellées, durant le premier trimestre 2009, on a recensé 22 étrangers, dont notamment 6 Nigérians, 5 Maliens, 3 Libériens, 1 Tunisien et 6 autres dont la nationalité n’a pas été précisée. Par ailleurs, selon le même bilan, 96 personnes impliquées font l’objet d’intenses recherches. On notera également la saisie de 14,720 kg de kif traité par les éléments de la Gendarmerie nationale Une telle opération s’est soldée par l’arrestation de cinq personnes âgées entre 27 et 50 ans.Toujours dans ses activité de lutte contre la drogue, les éléments de la gendarmerie nationale de la wilaya d’Oran ont pu récupérer, mercredi dernier, 52 kg de kif traité La plus grande quantité de cette substance a été saisie le 26 du mois écoulé à la plage Coraléze où les gendarmes de la brigade territoriale de Bousfer ont récupéré un sac contenant 32,8 kg de kif traité rejetés par les vagues, précise la même source. A la même date, les gendarmes de la brigade territoriales de Aïn-Kerma et agissant sur renseignement fournis par un narcotrafiquant interpellé la veille, ont récupéré un sac contenant 19,5 kg de kif traité dissimulé dans des buissons à la plage Madagh.(Echorouk- 05.05.09.)

******************************

*La SNTF mise à l’index …(05.05.09.) -Les nouveaux tarifs appliqués par la compagnie nationale de transports ferroviaire – SNTF – ont provoqué la colère et la déception des usagers du train qui qualifient le prix du ticket révisé à la hausse “d’exorbitant”. En effet, la SNTF a sensiblement augmenté le prix du ticket sur ses nouveaux trains, dans le but évident de renflouer ses caisses après des années de disette. Certains usagers mécontents affirment que les nouveaux tarifs dépassent l’entendement et que la SNTF veut se refaire une santé financière sur “le dos des usagers du train”. Sur certaines destinations entre Alger et des villes de l’intérieur du pays, les tarifs ont grimpé de façon vertigineuse de 100% à 150%, laissant les voyageurs pantois et désabusés. Les prix du ticket de train entre, par exemple, Alger et El Affroun est fixée maintenant à 175 dinars au lieu de 75 dinars auparavant. Entre Alger et la localité Est de Reghaia , le prix est à 80 dinars au lieu de 40 dinars et entre Alger et Rouiba, il est de 70 dinars au lieu de 35 dinars. Pour voyager à présent en train entre Alger et Chlef, il faudrait débourser 600 dinars. Auparavant, le prix du ticket pour cette même ligne était de 300 dinars. Selon certaines sources proches de la SNTF, la compagnie envisage de faire appliquer ces nouveaux tarifs sur pratiquement toutes les destinations dès la prochaine saison estivale.(Echorouk) ******************************comptes devises désormais autorisés pour les étrangers non résidents en Algérie……L‘ouverture de comptes devises est désormais autorisée pour les étrangers non résidents en Algérie. La décision a été publiée dans le Journal officiel du 29 avril 2009. Le règlement de la Banque d’Algérie n°09-01 du 17 février 2009 relatif aux comptes devises des personnes physiques de nationalité étrangère, résidentes et non résidentes, et des personnes morales non résidentes, donne droit aux étrangers d’être titulaires de comptes devises. Par l’application de ce nouveau règlement, les dispositions du règlement n°91-02 du 20 février 1991, fixant les conditions d’ouverture et de fonctionnement des comptes devises au profit des personnes de nationalité étrangère, résidentes ou non en Algérie, ainsi que celle contraire au nouveau règlement, sont ainsi abrogées. L’article 1 de ce règlement stipule clairement que «les personnes physiques de nationalité étrangère résidentes et non résidentes et les personnes morales non résidentes sont autorisées à ouvrir auprès d’une banque intermédiaire agréée un compte devises, libellé en une monnaie étrangère librement convertible». Sont exclues du champ d’application du règlement les personnes morales ou physiques de nationalité d’un pays non reconnu par l’Algérie. Le compte devise est ouvert pour toute monnaie étrangère librement convertible, régulièrement cotée par la Banque d’Algérie. Ces comptes doivent fonctionner exclusivement en situation créditrice et ne peuvent en aucun cas présenter un solde débiteur. Le règlement prévoit aussi, dans l’article 5, plusieurs opérations de virement dont «un virement en provenance de l’étranger, un virement d’un compte devises ou compte CEDAC d’une banque de droit algérien. Les comptes devises peuvent aussi être crédités de tout montant représentant «de la contre-valeur de toute somme en dinars, qui, au moment de son dépôt ou de son virement, remplit, au regard de la réglementation des changes en vigueur, toutes les conditions requises pour son transfert vers l’étranger ou «un versement de billets de banque étrangers librement convertibles, sous réserve de la remise à la banque intermédiaire agréée de l’original de la déclaration d’importation de devises dûment visée par les services de douane, à l’entrée sur le territoire national». Les titulaires des comptes peuvent ordonner tout prélèvement pour exécuter tout transfert vers l’étranger, créditer un compte devises ou un compte CEDAC ouvert auprès d’une banque de droit algérien. Comme il a le droit de faire le retrait de moyens de paiement extérieurs en vue de leur exportation matérielle et le retrait ou virement en dinars pour tout paiement en Algérie. Les comptes sont rémunérés pour les montants qui font l’objet de placements à terme de trois mois ou plus.
Sur la validité du compte de cette nature, l’article 8 stipule que «la validité du compte devises de cette nature est illimitée. Toutefois, le titulaire du compte peut à tout moment en demander la clôture à sa banque domiciliataire. Cette dernière, à la convenance de son client, en affecte le solde à toute opération de débit autorisée par le présent règlement ». Dans le cadre de la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, l’article 9 oblige l’intermédiaire agréé à faire déclaration pour toute opération suspecte conformément aux dispositions législatives et réglementaires en vigueur. (Q.d’O.- 05.05.09.)
 ************************************* * L’Algérie s’approvisionne en masques pour ses médecins….

image

Le ministère de la santé et la réforme hospitalière a renforcé son stock en masques protecteurs pour leur distribution gratuitement aux médecins et les employés des ports et aéroports en mesure de prévention pour les passer à tous les algériens en cas de manifestation de la grippe porcine en algérie. Aussi, des bulletins sur le virus  « H1 N1 » aux médecins des établissements hospitaliers en attendant de tenir des sessions de formation aux spécialistes. La cellule de crise suivant l’évolution de la maladie au niveau du ministère de la santé a  assurée que le plan national de lutte contre les épidémies respiratoires aigues est prêt pour sa mise en œuvre à tout moment après l’intensification des opérations d’échanges et de coopération avec les secteurs concernés. Le ministre de la santé et de la réforme hospitalière a adressé mercredi des directives aux membres de la cellule de crise chargée de la préparation des conditions pour l’activation du plan national de lutte contre les pandémies respiratoires de manière rapide afin de pouvoir l’appliquer à tout moment en étroite collaboration avec l’organisation mondiale de la santé, l’OMS.(Echorouk- 30.04.09.) 

  

**********************

*Une partie du projet «Medina» réceptionnée cette année ….Les travaux de réalisation du mégaprojet «Alger Medina», qui englobe une marina, un parc aquatique, un centre commercial et un hôtel-appartements, sont en cours de réalisation, a indiqué hier, le président de DAHLI (Daewoo Algérie Hôtellerie Loisirs et Immobiliers), Abdelouahab Rahim. S’exprimant en marge du séminaire sur l’assurance et la réassurance organisé à l’hôtel Hilton d’Alger, le patron de DAHLI a assuré que le parc aquatique ainsi que le centre commercial seront inaugurés au cours de cette année. Il précisera que les travaux sont très avancés et ont atteint 90 % pour le centre commercial et plus de 80 % pour ce qui est du parc aquatique, le premier du genre en Algérie. Même si l’emprunt obligataire grand public lancé il y a quelques mois pour la levée de 8,3 milliards de DA (70 % du coût de l’investissement) n’a pas atteint les objectifs escomptés, il n’en demeure pas moins que le patron de DAHLI reste déterminé à finaliser son projet, initié exclusivement par des investisseurs nationaux. « Nous avançons tranquillement », a déclaré M. Abdelouahab Rahim qui annoncera même que les premiers travaux de la Marina, qui sera spécialement conçue pour l’accostage des bateaux de plaisance et de croisière (une première aussi en Algérie), seront lancés à la fin de l’année en cours. Abdelouahab Rahim qui regrette sans le dire la non participation des institutions financières, notamment dans l’emprunt obligataire de DAHLI, s’est montré serein en soulignant que pour lui, l’opération est un franc succès pour avoir permis au public et à de simples citoyens de prendre part à la réalisation du projet qui s’étale sur 75 hectares, acquis sous forme de concession au niveau des pins maritimes, à l’est de la capitale.(Q.0.- 29.04.09.)

****************************

*Quatre terroristes algériens ont été arrêtés dimanche dans le nord du Mali à la suite d’un accrochage avec une patrouille de l’armée, a-t-on appris de source militaire. “Nos troupes chargées de sécuriser les élections (municipales de dimanche) sont tombées nez-à-nez avec un groupe d’islamistes algériens armés. Il y a eu échanges de coups de feu. Quatre +bandits armés+ ont été arrêtés”, a déclaré à l’AFP un responsable de l’armée malienne contacté dans le nord du Mali.  Selon lui, l’accrochage s’est déroulé “dans le très grand nord-Mali”, région désertique frontalière de l’Algérie. “Nous avons aussi saisis sur eux des armes, des munitions et des véhicules”, a ajouté la même source. Le gouvernorat de la région de Kidal, où l’accrochage s’est déroulé, a affirmé que les “les opérations de votes s’étaient déroulées normalement dans le secteur où les salafistes ont été traqués”. Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi)  avait  au mois de février dernier revendiqué l’enlèvement de deux diplomates canadiens ainsi que celui de quatre touristes européens, kidnappés en janvier. Deux des touristes, un Britannique et un Suisse, restent aux mains des ravisseurs, après la libération de quatre premiers captifs le 22 avril.(Echorouk du 27.04.09.)

*****************************

*La 12e édition du salon international du médicament et de l’équipement médical (SIMEN) se tiendra du 4 au 7 mai à Alger, a annoncé, dimanche à Alger, Mustapha Chaouche, directeur général de Krizalid 2009, société organisatrice de cette manifestation. Environ 213 entreprises algériennes et étrangères, représentant 24 pays, participeront à ce salon qui aura lieu au Palais de la Culture, a indiqué M. Chaouche lors d’une conférence de presse.  Par ailleurs, les d’équipements nécessaires au secteur de la santé seront proposés lors du salon, à savoir le matériel et les instruments de chirurgie, de radiologie, d’imagerie médicale, les équipements et réactifs de laboratoires ainsi que le matériel d’hygiène hospitalière et le mobilier médical.  Le salon sera exclusivement ouvert aux professionnels, avec l’organisation, cependant, de visites guidées pour les étudiants et lycéens, lesquels bénéficieront de campagnes de sensibilisation sur la protection de leur santé par des gestes simples, a indiqué M. Chaouche. Au cours du salon, un journal de 24 pages sera édité et distribué gratuitement. Il comportera toutes les informations se rapportant aux activités de cette manifestation. (27.04.09.)

*******************************

*El-Taref – (Algérie – 27.04.09. )- ……La viande d’agneau à 450 da….Qui l’aurait cru ou penser il y a quelque temps tellement la chose relevait du presque impossible. En effet, la viande ovine qui a toujours culminé aux alentours de 650 DA et plus, est revenue à des seuils raisonnables ces jours-ci puisque le kilo est affiché à 450 DA auprès des bouchers, pour le grand bonheur des ménages qui ne demandaient pas tant.
Approché pour en savoir plus sur la chose, un boucher qui a pignon sur rue à Boutheldja nous dira tout simplement qu’à la faveur des abondantes pluies de ces derniers mois, il y a des pâturages en abondance avec de l’herbe qu’on peut même observer jusque sur les toits de certains immeubles et maisons. A cela s’ajoute le fait que les brebis ont mis bas chacune deux petits agneaux. Voilà donc le secret de cette baisse des prix de la viande ovine qui ne chutent décidément que par sécheresse ou mauvais temps.(Q.O.)

*****************************

*Le Syndicat national des praticiens de la santé (SNPSP) interpelle le président de la République, afin que sa plateforme de revendications soit prise en charge. Il menace, toutefois, de recourir à partir du 14 mai à une grève illimitée. Le président du Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP), Salah Bensebaini, n’a pas exclu que les adhérents de ce syndicat «entament une longue grève et qu’ils sont prêt à sacrifier trois mois de salaires, pour arriver à concrétiser l’essentiel de leur revendication».(26.04.09.)

*********************************

*Une nouvelle génération « ultramoderne » de radars arrive. Dotés d’un système numérique, ces détecteurs qui ne laissent rien échapper seront bientôt sur nos routes. Voilà de quoi de donner à réfléchir mille fois avant d’appuyer sur le champignon !…ce genre de radar est doté de moyens ultramodernes qui lui permettent de détecter et d’identifier les véhicules recherchés et signalés, rapidement et à une bonne distance de son emplacement. Comportant une base de données, ce système contribue également à fournir aux unités et aux escadrons de la gendarmerie les informations nécessaires concernant les infractions au code de la route, l’excès de vitesse notamment.. ces radars seront installés à l’intérieur du matériel roulant et dans des points de contrôle fixes..(26.04.09.)

****************

*Les éléments de la gendarmerie nationale ont de nouveau réalisé une grosse prise de kif dans la wilaya de Béchar. Plus de quatre tonnes de kif traité ont été saisies par les éléments des gardes-frontières, vendredi à 4 heures du matin, au lieu-dit Ioued Rtima dans la commune de Erg Ferradj dans la daïra d’Abadla, à 90 km au sud de Béchar, selon le groupement de la gendarmerie de Béchar. Agissant sur information, les éléments des gardes-frontières ont intercepté quatre véhicules Toyota Station chargés de kif traité. Après une course-poursuite et un accrochage avec des narcotrafiquants, trois des quatre véhicules tout-terrain ont été abandonnés par leurs occupants. Quant au quatrième véhicule, il a disparu dans la nature à la faveur de l’obscurité. Quatre tonnes et soixante kg de kif traité, de qualité supérieure, trois Toyota Station et un fusil d’assaut, une kalachnikov, ont été saisis par les gendarmes. Il s’agit selon notre source encore une fois de narcotrafiquants utilisant le sol algérien pour faire transiter  ou écouler la drogue . En 2008, pas moins de 26 tonnes de kif traité ont été saisies par les mêmes brigades, dans le cadre d’un vaste dispositif de prévention et de lutte contre les réseaux de trafiquants et de contrebandiers activant le long des frontières du sud-ouest du pays.(26.04.09.)

***********************
 
*Si l’on en croit des sources sécuritaires dignes de foi, Mokhtar Belmokhtar, alias Belâouar, serait derrière la libération des otages détenus au Mali depuis plusieurs moi. MBM, qui s’apprête à se rendre aux autorités algériennes, aurait en effet éliminé deux des preneurs d’otages avant de livrer ces derniers sans demander de rançon en échange. MBM, nous dit-on encore, serait en contact indirect avec les autorités via sa mère.Une source proche de la famille de Mokhtar Belmokhtar a alias Lawar émir de « Katibat Al Moulathamine », et de la neuvième région au niveau de l’organisation dénommée Groupe Salafiste pour la Prédication et le Combat aura informé sa mère qui s’est déplacé chez lui à son domicile situé au nord du Mali où elle a passé quatre jours pour transmettre son intention de remettre les armes depuis une « trêve non annoncée » depuis près de 3 ans après son retrait de l’organisation activant sous l’égide de Abdel Malek Droudkel ( Abou Moussab Abdelouadoud). La source ayant reporté la nouvelle à Echorouk a assuré que Belmokhtar a exprimé à sa mère l’inutilité de l’activité terroriste, mais souhaite de se rendre pour bénéficier des mesures de la charte pour la paix et la réconciliation nationale notamment après l’avènement des négociations entreprises avec de hautes responsables militaires depuis deux années.

Par ailleurs, une source concordante a assuré qu’un commerçant de renommée dans la région du sud en contact avec Belmokhtar s’est déplacé depuis deux semaines aurait rencontré un haut responsable sécuritaire  et leur a transmis les dernières évolutions du dossier   de Belmokhtar, et il n’est pas impossible qu’il ait transmis une correspondance de ce dernier   puisqu’il l’avait rencontré auparavant et tenu des négociations pour le convaincre de bénéficier de la réconciliation.(25.04.09.)

************************************** 5 terroristes abattus et 6 militaires blessés…

Cinq terroristes activant au profit de l’organisation criminelle du Gspc présumé branche d’Al Qaîda au Maghreb ont été abattus avant-hier soir par les forces de l’Armée nationale populaire en opération depuis plusieurs semaines. Les cinq terroristes ont été neutralisés au lieudit Agla Guessas situé à 75 km de la wilaya de Tébessa, ont confirmé des sources sécuritaires très au fait du dossier terroriste qui soulignent que les cinq criminels tentaient d’échapper au dispositif sécuritaire pour rejoindre les massifs montagneux de Boukhil situé aux limites administratives de la wilaya de Khenchla.
Les mêmes sources affirment que ces terroristes ont été repérés par les forces héliportées qui effectuaient une opération de reconnaissance sur les lieux et d’ajouter que leur identification est en cours.
Cette grande opération militaire s’est soldée depuis son début par l’arrestation de plus d’une cinquantaine d’éléments qui activaient dans des réseaux de soutien, notamment après l’arrestation d’un terroriste activement recherché répondant au nom de Farid Khadraoui, alias El Manchou, âgé de 35 ans.
Ce terroriste aurait révélé les noms de dizaines de personnes activant pour le Gspc dont celui d’un médecin, un élu et un directeur d’école.
La région de Tébessa a été secouée par une série d’attentats avant, pendant et après l’élection présidentielle. Les actions militaires déclenchées à la suite de ces attentats ont permis à l’ANP de réduire le champ d’action des groupes terroristes qui activent avec les contrebandiers de la région. De nombreuses caches et abris servant de lieux de repli ont en effet été détruits suite aux interventions multiples des forces héliportées. Le commandement de la 5e Région militaire a déployé de gros moyens humains et matériels dans cette opération qui, selon nos sources, va se poursuivre encore pendant plusieurs semaines. Le même procédé est actuellement appliqué au niveau des maquis de Jijel et Batna, ont souligné les mêmes sources, surtout que ce sont des régions où le Gspc tente tant bien que mal de récupérer suite à la pression qu’il subit depuis le mois mars au centre du pays et plus particulièrement à Boumerdès et Tizi Ouzou. Au moins 500 terroristes écument encore les massifs de ces deux wilayas. Des opérations à leur encontre sont quotidiennement menées par les forces de sécurité qui enregistrent des succès importants.
Toujours dans le contexte sécuritaire au niveau de la wilaya de Tébessa, des sources bien informées ont confirmé que les cinq terroristes abattus le mois de févier dernier à Stah Guendiss ont été identifiés comme étant des étrangers venant du Mali, de la Tunisie, du Benin et du Proche Orient. Les mêmes sources confirment que ce sont ceux-là mêmes qui étaient à l’origine des attentats perpétrés les 12,14 et 15 février et qui ont occasionné la mort de dix personnes dont cinq militaires et cinq civils.
Il faut dire que toutes les tentatives de redressement du Gspc pilotées par le numéro un de cette organisation, le tristement célèbre Abd el Malek Droukdel alias Abou Mossaâb Abd El Wadoud ont été avortées. Le Gspc subit de plus en plus les coups de boutoir des forces de sécurité déterminées à en finir avec la bête immonde.
Par ailleurs, six militaires ont été grièvement blessés dans une attaque terroriste perpétrée au lieudit Ouled Abd el Madjid relevant de la commune de Boukhil dans la wilaya de Djelfa, a-t-on appris de sources très bien informées. L’attaque a eu lieu vers les coups de 22 heures contre des militaires qui rentraient d’une mission. Le groupe terroriste dont le nombre n’a pas été déterminé à cause de l’obscurité s’est attaqué aux militaires par des tirs nourris de kalachnikovs. Malgré la riposte fulgurante des forces de sécurité six d’entre eux seront grièvement blessés. Cependant la bête immonde n’aura pas gain de cause et prendra aussitôt la fuite à l’arrivé des renforts. C’est dire que le Gspc est en train de frapper sur tous les fronts pour tenter de redresser son organisation qui ne cesse de subir des pertes énormes depuis le mois de mars. Nos sources ont confié qu’une grande opération militaire a été déclenchée hier à l’aube sur la trace des terroristes ayant été à l’origine de cette attaque.
Les forces spéciales ont été appelées à intervenir au cours de la même journée d’hier, notamment les forces héliportées pour tenter de localiser la position exacte des fuyards. Le nombre de terroristes activant dans la région n’est pas aussi important qu’à l’est et au centre, mais nos sources soulignent que la menace doit être prise au sérieux.(L’Expression- du 23.04.09.)

**************************

*Menace sur la tomate…Le Complexe agroalimentaire du Groupe Benamor à El-Fedjoudj (Guelma) a abrité, dernièrement, les travaux d’une journée d’étude et d’information traitant de la prévention et des moyens de lutte contre le danger de la mineuse de la culture de la tomate décelée, récemment, sur les champs maraîchers des wilayas de l’Est du pays. Cette manifestation a regroupé les opérateurs du secteur et les présidents des Chambres de l’agriculture d’Annaba de Skikda , d’El-Tarf et de Guelma, dans l’optique de mettre en place un dispositif préventif et curatif efficient pour contrer le fléau endémique qui ravage les cultures de la tomate. La mineuse de la tomate (Tuta Absoluta) qui peut aussi infecter l’aubergine, le concombre et la pomme de terre, est un insecte d’origine sud-américaine qui fut signalé pour la première fois en Algérie en mai 2008 dans les régions de Mostaganem à l’ouest et de Tipaza au centre, causant de considérables dégâts dans les plantations. Relevé sur divers points du territoire agricole de la wilaya de Guelma, le micro-lépidoptère s’est avéré être un ravageur en puissance entamant les parties apicales de la plante tout en creusant des galeries très profondes dans le fruit pour le miner et le mener ainsi vers le dépérissement. Un plan d’urgence a été élaboré au terme de ce regroupement recommandant des actions synchronisées dans une strartégie de lutte contre la menace, où l’on a adopté des mesures de traitement intensif par des applications chimiques sur les plantations ou encore, des mesures de surveillance et de détection des populations d’insectes avec des pièges à ophéromones autour des cultures et des pépinières, ainsi que d’autres mesures culturales et prophylactiques à même d’accélérer l’éradication de l’insecte redoutablement ravageur.(Q.O.-25.04.09.)

 

******************************** 

*L’inflation atteint 6,1% …

Le rythme d’inflation moyen en Algérie a atteint 6,1 % au cours du premier trimestre 2009, at- on appris hier auprès de l’Office national des statistiques (ONS). Cette variation est due notamment à une forte hausse des prix des biens alimentaires (+8,9 %), avec +17,6 % pour les produits agricoles frais, 5,9 % pour les services et 1,9 % pour les biens manufacturés, précise l’Office. Les prix des produits alimentaires industriels, quant à eux, ont connu une stagnation, au cours des trois premiers mois de l’année en cours. A l’exception de la baisse des prix des huiles et graisses (-11,20 %), tous les autres produits du groupe alimentation s’étaient inscrits en hausse au cours de cette période dont essentiellement le poisson frais (+38,9 %), viandes de mouton (+22,4 %), volaille, lapin et oeufs (+22 %), légumes (+17,4 %), café et thé (+12,1%), viandes de boeuf (+11,90 %). La hausse des produits du groupe s’étend également aux sucres et produits sucrés qui ont enregistré une hausse de (9,8 %), fruits (8,5 %), pomme de terre (7,4 %), viande et poisson en conserve (4,8 %), lait, fromage et dérivés ainsi que le pain et céréales avec (+0,10 %) pour chacun d’eux. Pour sa part, le taux d’inflation enregistré durant le mois de mars dernier, a connu une hausse de 1,9 % par rapport au mois de février, soit une variation mensuelle équivalente à celle relevée le même mois de l’année écoulée, signale l’Office. Cette croissance mensuelle est essentiellement le fait des biens alimentaires qui enregistrent un relèvement de 3,1 %, induit, notamment par l’augmentation des prix des produits agricoles frais (+5,4 %). L’évolution des produits agricoles frais s’explique, selon l’ONS, par le relèvement des prix des légumes (+17 %) et de la pomme de terre (28,4 %). En revanche, les prix de la viande de poulet et des oeufs se distinguent par des chutes respectives de 8 % et 4,1 %. Comparativement au même mois de l’année dernière, les biens alimentaires se caractérisent par une hausse significative des prix avec +9,1 %. L’augmentation est plus sensible pour les produits agricoles frais avec 19,8 %. Le rythme d’inflation annuel (mars 2008 à mars 2009) se situe à 6,3 %, selon les données de l’ONS. Cette variation annuelle est due notamment à une forte hausse des prix des biens alimentaires (+9,1 %), avec +19,8 % pour les produits agricoles frais, 6,5 % pour les services, et 2 % pour les biens manufacturés, précise l’Office. De leur côté, les prix des produits alimentaires industriels ont connu une stagnation, au cours de cette période. (Le Courrier d’Algérie- 22.04.09.)

 *************************

* Les  algériens ont consommé 126 224 tonnes de café, soit quelque trois milliards de litres de ce breuvage pour un budget global de 2287 milliards de centimes dépensés par an. Les algériens consomment par ailleurs trois milliards de litres de lait annuellement avec un budget de 600 millions de dollars, soit pour la moitié du coût du café. Les chiffres de l’Organisation Mondiale du Commerce relève que les algériens sont classés troisièmes consommateurs de café au niveau mondial, et deuxièmes dans le monde arabe, en termes de consommation individuelle. Les données obtenues par Echorouk auprès du centre national de l’informatique et des statiques ont révélé que la demande algérienne sur le café sur les marchés internationaux a augmenté de 10% en 2008, comparativement à 2007. Le volume des importations de ce produit est donc en hausse puisqu’il est passé de 117 824 tonnes en 2007 à 126 224 tonnes en 2008. Il s’agit là de café en grain importé, torréfié, puis moulu et conditionné dans les manufactures algériennes. Les mêmes sources indiquent que le budget alloué à l’importation de café ne cesse d’augmenter d’année en année avec un taux de 9 à 10%, depuis 2006. Si en 2006 justement cette enveloppe était  de 1200 milliards de centimes, elle est passée à 1672 milliards de centimes en 2007, avant d’atteindre les 2287 milliards de centimes en 2008. L’état de Côte-D’ivoire est le premier fournisseur de l’Algérie en café avec plus de 57 mille tonnes par an, suivi du Vietnam avec plus de 30 mille tonnes, puis l’Indonésie avec plus de 22 mille tonnes. Le Brésil, premier producteur mondial de café est le quatrième fournisseur de l’Algérie en ce produit.-22.04.09- (Remarque… Moi personnellement, je ne crois pas à la manière dont est présentée cette information… car beaucoup de ces quantités de produits importés, n’arrivent pas aux foyers des Algériens et sont plutôt, réexportées vers les pays voisins d’une manière ou d’une autre, notamment par la contrebande… et donc il n’est pas vrai que les Algériens consomment toutes ces quantités indiquées dans cette information… Niar)

**************************

* Encore une autre information qui reste à vérifier…Premier consommateur laitier du Maghreb chaque année notre pays importe 60% de sa consommation en poudre, la production nationale est de 2, 2 milliards de litres par an, dont 1,6 milliard de litres de lait cru. La consommation des produits laitiers frais du marché algérien en croissance est estimée à 20% et devrait atteindre les 115 litres par habitant et par an en 2010. Il y a sept mois, le gouvernement avait promis d’accorder des subventions aux éleveurs. On constate cependant le refus des transformateurs privés d’acheter du lait cru, en raison de la baisse du prix du lait en poudre, ils préfèrent s’approvisionner sur le marché européen. Les subventions accordées par l’Etat à l’importation du lait en poudre sont perçues par les éleveurs comme « une concurrence déloyale». Selon Kamel Arba directeur général de la Caisse nationale de mutualité agricole (CNMA) les producteurs de lait cru recevront les subventions promises par les pouvoirs publics la semaine prochaine. Ces subventions prévues dans la loi de Finances, n’ont été débloquées qu’à la fin mars 2009 ce qui a causé le retard dans le payement des producteurs laitiers qui se plaignent régulièrement de cette situation. Toujours dans le conteste de la production du lait le président de l’association des éleveurs a déclaré à la radio nationale que « dès que les prix du lait en poudre baissent sur le marché international, les éleveurs abandonnent leur élevage et s’orientent vers la production du lait cru ». En 2008 la facture d’importation de lait et des produits laitiers était de 1,3 milliard contre 900 millions en 2007. Mais en dépit de la promesse de débloquer les subventions publiques, les éleveurs porteront, demain, leurs doléances à l’Office national interprofessionnel du lait (ONIL), organisme créé en 2007 après la crise du lait en sachet en Algérie et qui est chargé d’élaborer une politique générale de la filière lait et de l’organisation des marchés et des prix. Actuellement, le gouvernement soutient 103 transformateurs privés et publics pour maintenir le prix du sachet de lait à 25 dinars. Les vaches laitières sont estimées à 900.000 mais demeurent insuffisantes par rapport à la forte demande nationale sur ce produit qui est évaluée à 3 milliards de litres par an. (Le Courrier d’Algérie – 22.°4.09.) 

*******************************

* Kalaà Béni Hammad …Exposition…

image

Une exposition de photographies mettant en valeur les éléments composant la célèbre Kalaâ des Béni Hammad, bâtie en l’an 1007 et classée patrimoine mondial depuis 1980, se tient depuis dimanche à la bibliothèque centrale de M’sila. Les photographies exposées présentent les vestiges des palais et le minaret de la mosquée qui témoignent de la grandeur de cette cité, élue capitale par les souverains de la dynastie Hammadite. Des images de produits de céramique, de lampes à huile, de décorations murales, d’arabesques du palais El Manar et d’ornements au plâtre colorés provenant du site de la Kalaâ révèlent aux visiteurs le niveau d’opulence atteint par cette ville. Initiée à l’occasion de la célébration du mois du patrimoine, l’exposition vise, selon la direction de la culture, à sensibiliser les jeunes et les élèves des écoles autour de l’importance de cet héritage archéologique dont le site, distant de 30 km du chef-lieu de wilaya, attire de nombreux visiteurs depuis le début du printemps.
Les organisateurs affirment avoir opté pour les photographies à la place de tableaux et affiches avec de longs textes en raison du “potentiel communicatif” de l’image.
Portée depuis 1980 par l’UNESCO sur la liste du patrimoine universel, la citadelle des Béni Hammad avait bénéficié, en 2003, d’une opération de restauration pour un montant de 10 millions de DA, des vestiges mitoyens au minaret haut de 25 mètres avec une base rectangulaire de 64 mètres de long et 56 mètres de large. Hammad Ibn Belkine Ibn Ziri Ibn Menad, de la tribu berbère des Sanhadja, est le fondateur de la citadelle vers l’an 1007. Elle comprenait notamment trois palais entourés d’une grande muraille de pierres avec d’immenses portails de bois. Le territoire contrôlé par les Béni Hammad s’étendait du centre algérien vers la région des Aurès.(Echorouk) du 22.04.09.*********************

“L’Attentat”, oeuvre du romancier algérien Yasmina Khadraprésentée dès le 23 avril sur les planches du Théâtre régional “Abdelkader Alloula” d’Oran (TRO),sera orésenté dès le 23 avril  sur les planches du Théâtre régional “Abdelkader Alloula” d’Oran (TRO), a-t-on appris samedi de la direction du TRO. image Cette oeuvre qui met en relief la juste cause du Peuple palestinien, est mise en scène par Khoudi Ahmed, alors que la scénographie est signée Halim Rahmouni. Deux premières représentations de ce nouveau produit du TRO, ouvertes au grand public, seront données les 29 et 30 avril à Oran avant l’entame d’une tournée nationale programmée par cette institution culturelle, signale-t-on. Cette pièce, adaptée par Mourad Senouci sous le titre “Es-Sadma” (le choc), sera jouée par une pléiade de comédiens de renom, à l’instar de FadélaHachemaoui, Abdelkader Belkaïd, Mohamed Himour et Bachir Hammouda, ainsi que de jeunes figures du mouvement théâtral de la région Ouest du pays. Cette nouvelle production du TRO intervient dans le cadre d’une initiative du ministère de la Culture visant à promouvoir le 4ème Art à travers l’adaptation théâtrale et scénique d’£uvres littéraires de romanciers algériens, souligne-t-on. La publication de “L’Attentat” en 2005 avait été sanctionnée par des critiques favorables à l’écrivain algérien qui fut primé pour l’originalité et la dimension humaine de son roman, rappelle-t-on.(APS)********************* La Guerre d’Algérie sur Histoire-TV…La chaîne télévisée Histoire a consacré les soirées de lundi et mardi 23 et 24 mars dernier, à l’histoire de la guerre d’Algérie.

Ainsi de nombreux documentaires ont été diffusés, le lundi à partir de 20 :30 une série de documentaires :   les pieds noirs, histoires d’un blessure sera diffusé en trois parties d’une cinquantaine de minutes. Un récit de familles a été recueilli retraçant l’implantation des pieds noirs en Algérie et leur rapatriement.

La soirée de mardi, « le destin d’un capitaine », un documentaire évoquant des tortures pratiquées contre les populations algériennes par l’armée coloniale.

BASE DE DONNÉES DU FMI

  L’Algérie enfin «connectée»

L’Algérie a intégré le Système général de diffusion des données du Fonds monétaire international (International Monetary Fund’s General Data Dissemination System-GDDS), « marquant ainsi une étape majeure dans le développement de son système statistique », a indiqué hier le FMI dans un communiqué. L’intégration à ce système de base de données permet désormais « la publication d’informations complètes sur l’Algérie qui seront diffusées dans le FMI Bulletin Board réservé aux pays ayant adhéré à ce dispositif de statistiques », ajoute-t-il. L’Algérie devient ainsi le 95ème participant au GDDS du FMI. A cette occasion, le gouverneur de la Banque d’Algérie, Mohammed Laksaci, a considéré qu’en intégrant ce système, « l’Algérie s’est engagée à se doter d’un système statistique national conforme aux meilleures pratiques internationales » en la matière, ajoute le communiqué du Fonds. Le SGDD du FMI « constitue un excellent cadre pour le développement des systèmes statistiques. La participation à ce système prouve l’engagement à produire des données permettant le renforcement du système statistique » ajoutant que « la participation de l’Algérie à ce dispositif permettra la production et la diffusion de statistiques des plus fiables et en temps opportun », poursuit le gouverneur de la Banque centrale. De son côté, Mme Adelheid Bürgi- Schmelz, directrice du Département des statistiques du FMI, a noté que la participation de l’Algérie au SGDD est « une étape importante dans le développement de l’outil statistique du pays. Je suis convaincue que l’Algérie bénéficiera de l’aide du SGDD comme cadre permettant la poursuite du développement de son système statistique ». L’adhésion de l’Algérie à ce système « encourage également les autres pays de la région à suivre le même chemin », at- elle ajouté. Institué en 1997 par le FMI, le SGDD forme un cadre de travail qui permet d’aider les pays à développer leur système de statistiques à même de fournir les données les plus complètes possibles pour servir d’outils de base pour l’élaboration des politiques et d’analyses. Ce dispositif porte sur la publication des informations de chaque pays membre du SGDD portant essentiellement sur la comptabilité nationale, la production industrielle, l’indice des prix, le chômage, le secteur financier, la dette, les taux d’intérêt, la balance des paiements, le commerce extérieur et les données socio-démographiques (santé, éducation, pauvreté…).- Le Courrier d’Algérie du 22.04.09. 

 ********************************* Coopératives d’épargne pour les salariés …En application de la loi 07-01 du ministère des Finances consacrant le même objet, la Banque d’Algérie a élaboré un règlement permettant aux salariés de créer des coopératives d’épargne et de crédit à caractère mutualiste et utilitaire, à même de leur assurer diverses opérations bancaires. Signé par le gouverneur de la Banque d’Algérie, le règlement paru dans le Journal officiel numéro 15 est, en effet, un texte de règlement de la mise en œuvre de la loi 07-01 du 27 février 2007 relative aux coopératives d’épargne et de crédit, dûment élaborée par le ministère des Finances et adoptée par le parlement. «C’est ce qu’on appelle en anglais Credit-Unions, un outil qui a très bien fonctionné dans les pays anglo-saxons», nous dit-on du côté du ministère de Karim Djoudi. Il s’agit, en fait, nous explique-t-on, «de mutuelles qui peuvent être constituées par une catégorie de travailleurs issus d’une même entité et dont l’attribution d’agrément relève de la Banque d’Algérie». Et comme c’est à cette même banque de produire les textes d’application et de règlement des lois régissant le domaine des finances, pour le règlement en question, elle entend par «coopératives d’épargne et de crédit, des coopératives dont la création vise les groupements de salariés issus d’une même entité juridique, d’un même groupe, d’une même institution ou toute collectivité dont les membres ont un même intérêt avec laquelle un contrat de référence est conclu». L’institution bancaire note à travers l’article 3 de son règlement que «la demande d’autorisation d’établissement d’une coopérative d’épargne et de crédit est, conformément aux dispositions légales, adressée au président du Conseil de la monnaie et du crédit. Elle est appuyée d’un dossier dont les éléments constitutifs sont fixés par une instruction de la Banque d’Algérie». Après acceptation du dossier, l’agrément est accordé par son gouverneur sur instruction du Conseil de la monnaie et du crédit. Une fois créées, les coopératives sont alimentées financièrement par des apports personnels des salariés eux-mêmes, «c’est-à-dire des souscripteurs physiques qui deviennent les sociétaires, nous dit-on au ministère des Finances, mais l’Etat pourrait aussi y contribuer par une aide au titre de souscripteur moral». L’article 4 du règlement exige d’ailleurs d’eux d’inclure dans le dossier d’autorisation d’établissement de la coopérative «les éléments et données relatifs au programme d’activité décliné à travers un plan d’affaires sur cinq ans, mettant en exergue les conditions financières et de fonctionnement ; à la stratégie de développement du réseau et aux moyens prévus à cet effet ; aux moyens financiers, à leur origine et aux moyens techniques à mettre en oeuvre ; à l’identité des membres fondateurs de la coopérative (…)». Il est précisé à propos du plan d’affaires qu’il «indiquera en particulier la provenance et le coût des ressources, les conditions de distribution de crédit et les dispositions visant à garantir l’équilibre financier de la coopérative, sa liquidité et sa solvabilité» (Art. 5). **«Les coopératives ne se substituent ni
aux œuvres sociales ni aux caisses mutuelles»
Les coopératives sont créées en vue de proposer aux sociétaires, indique nos sources du ministère des Finances, «des offres de services pour des dépôts, des produits d’épargne, des possibilités de financement de type crédit à la consommation ou au logement…». Dans un des alinéas de l’article 4, on relève en effet qu’il est demandé aux souscripteurs physiques d’inclure dans le dossier des éléments relatifs «à la surface financière de l’entité ou des entités juridiques partenaires de la coopérative d’épargne et de crédit et à l’étendue de son ou de leur engagement technique et financier, matérialisé par un contrat qui définit notamment le niveau et les modalités de l’appui financier». Appui qui peut, est-il ajouté, «prendre la forme d’un prêt subordonné, sans intérêts et/ou d’apport en capital qui ne saurait dépasser 70% du capital de la coopérative». L’organisation et le fonctionnement de ces entités sont, comme le souligne le ministère des Finances, «fixés dans le cadre de la loi». Il est précisé que «les coopératives ne sont pas à caractère commercial mais mutualiste et utilitaire». Les salariés auront ainsi droit à des avantages en nature (bureaux, matériels, mise à disposition gratuite ou bonifiée de salariés…) ; des mises à disposition gratuites de ressources, notamment sous forme de dotation en capital, de prêt à taux inférieur aux conditions normales du marché ; des accords commerciaux et de paiement par l’entreprise pour fourniture de services financiers». Les excédents financiers de la coopérative sont, nous dit-on au ministère des Finances, «soit distribués entre les sociétaires ou alors laissés dans la caisse pour financer des crédits ou autres opérations qu’ils estiment nécessaires». C’est ce que les financiers appellent les opérations de banque, que la loi 07-01 relative aux coopératives d’épargne et de crédit vise à son article 5. L’on indique au ministère des Finances que ces coopératives ne remplacent en aucun cas les caisses mutuelles qui, «elles, sont qualifiées pour le produit assurance». Elles ne peuvent non plus se substituer aux œuvres sociales parce que «ces œuvres ne font pas d’opérations de banque comme c’est le cas pour les coopératives». L’on note que «les coopératives, comme elles sont soumises à des règles d’agrément, elles le sont aussi à celles d’organisation, de gestion et de contrôle».(Le Quotidien d’Oran du 21.04.09.) 
********************************** 

* Un trafic de 150 kalachnikovs déjoué…Les éléments de l’Armée Nationale Populaire ont réussi avant-hier à déjouer une tentative de contrebande de plus de 150 armes de type Kalachnikov, ainsi que des F.M. et différents types de munitions, dont le poids dépasse un quintal et demi. L’enquête se poursuit pour définir l’origine des armes qui ont été introduites en Algérie via les frontières maliennes, alors que les trafiquants sont parvenus à prendre la fuite en passant la frontière mauritanienne. Les capacités de l’Armée pour la lutte contre le trafic transfrontalier ont été renforcées avec une nouvelle opération qualitative testée dans la wilaya d’Adrar. Ce nouveau mode a permis de mettre hors état de nuire un des plus dangereux groupes de trafiquants dans le sud algérien. Il s’agit présentement du groupe dit “Baba” démantelé depuis un moment au Mali. Les forces de l’armée ont réussi à surveiller le mouvement douteux de trois véhicules dans la zone désertique de Hassi Tidkène, proche des frontières algéro-mauritaniennes, et relevant de la wilaya d’Adrar. C’est là qu’a commencé la traque de ce dangereux groupe actif sur l’axe Algérie-Mauritanie-Mali. Aux côtés des éléments de l’armée, les gardes-frontières ont été mis à contribution et des hélicoptères ont été utilisés pour empêcher les véhicules des trafiquants de s’introduire dans la région de l’Erg El Qelab où leur localisation aurait été difficile. Les trois véhicules ont été détruits et il y aurait eu au moins quatre morts parmi les trafiquants selon une source proche de l’opération.(Echorouk) 21.04.09.

*******************************

* Selon des informations fournies par l’ex-émir de la katibet El Ansar, 29 terroristes ont été liquidés physiquement par leurs acolytes durant les six derniers mois.

Al Qaîda est une organisation phagocytée. Elle est étouffée par une guéguerre interne qui ne dit pas son nom. Il reste tout au plus 300 terroristes activement recherchés au demeurant ankylosés par une espèce de scission et défection, indiquent des sources fiables citant des aveux des émirs arrêtés récemment. Aussi, selon des sources très au fait de la lutte antiterroriste, Droukdel, l’émir national de l’ex-Gspc, se présentant comme une filiale d’Al Qaîda au Maghreb islamique (Aqmi) depuis septembre 2007 fait face à une guerre sans merci au sein de son organisation que d’aucuns pensaient qu’il tenait d’une main de fer.
Le concurrent de Abdelmalek Droukdel n’est autre que le dénommé Bourahla Moussa alias Abou Daoud. Ce nouveau prétendant à la direction d’ Aqmi est originaire de Cap Djinet dans la daïra de Bordj Menaïel, 25 km à l’est de Boumerdès. C’est l’un des plus anciens terroristes ayant pris le chemin du maquis dès 1992 et qui était le chargé de l’information sous la houlette de Hassan Hattab avant d’être évincé par Droukdel. Dans ces conditions, cette organisation est devenue subitement muette, sa stratégie de communication s’étant grippée suite à l’écartement du détracteur de Droukdel du poste de responsable de la communication. Depuis, le poste est resté vacant. C’est ce qui explique la rareté inhabituelle de communiqués diffusés sur le Net. Durant ces derniers temps, Al Qaîda s’est limitée à la diffusion de quelques enregistrements audio et vidéo via la chaîne de télévision Al Jazeera. La déconfiture d’Al Qaîda ne s’arrête pas là, car sa stratégie kamikaze est aussi en panne.
L’amenuisement de sa capacité kamikaze est avéré. Depuis la fin août 2008 aucun attentat de ce genre n’a été enregistré, à l’exception de deux tentatives qui ont toutes les deux échoué du fait du renforcement du dispositif de renseignement. L’échec cuisant est mis sur le compte des fuites organisées et parvenues jusqu’aux services de sécurité. Cela n’ a pas manqué de faire monter d’un cran la grande suspicion qui couvait déjà au sein du l’ex-Gspc depuis l’élimination de plus de 250 terroristes dont une vingtaine d’émirs durant la courte période de novembre 2007 à janvier 2009.
Les deux tentatives de fin février et début mars derniers, perpétrés par la sériat de Bounab au niveau de la localité de Tadmaït, dans la wilaya de Tizi Ouzou, se sont traduites également par un échec. Pour rappel, trois kamikazes portant des ceintures d’explosifs embarqués à bord d’une Maruti et devant cibler le campement militaire de Tadmaït ont été arrêtés avant qu’ils ne commettent leur forfait. Quelques jours plus tard, le kamikaze devant cibler le détachement de la garde communale a causé la mort d’une vieille femme qui était de passage sur le lieu de l’attentat. Le kamikaze a été repéré puis empêché d’atteindre son objectif. Pour les terroristes, cela signifie que les services de sécurité étaient forcément et préalablement au courant du plan d’Al Qaîda.
En outre, selon une source sécuritaire fiable citant des renseignements fournis par l’ex-émir de la redoutable katibet El Ansar, pas moins de 29 terroristes ont été liquidés physiquement par leurs acolytes durant les six derniers mois. Ils sont suspectés d’être des agents infiltrés à la solde des services de sécurité. Dans les maquis de l’ex-Gspc, la même source parle d’un état des lieux très tendu où même les visites familiales sont strictement interdites du fait notamment de la grande suspicion qui y règne.
Pour cette raison, Al Qaîda ne pouvait que se replier et tenter de se réorganiser. A cet effet, Droukdel a procédé à un mouvement de ses lieutenants. Ainsi, le groupe de Bounab ouest, l’un des plus actifs ces derniers jours, a eu son nouveau chef. Il s’agit de Masrour Omar alias Oussama, originaire de Dellys ayant remplacé El Bey alias El Fermach promu à la tête de la katibet El Ansar. Le chargé des finances du trésor du Gspc qui est à la katibet El Arkam est également désigné récemment. Il s’agit du dénommé Torfi Rabah, le frère de Omar l’artificier de Bounab. De même qu’Ighil Larbaâ Sofiane a été placé à la tête d’El Feth. Par ailleurs, les services de sécurité relèvent que plus d’une vingtaine de terroristes ayant le profil de kamikazes volontaires sont recherchés depuis 2007. Ils se scindent en deux catégories: ceux destinés à se faire exploser à bord de voitures piégées et ceux ayant opté pour une ceinture d’explosifs. A ceux-là s’ajoutent les femmes kamikazes, à l’image d’Afaf Kebaïli dite Hanane originaire de Médéa, ainsi que des terroristes étrangers du même profil, à l’exemple du Mauritanien Sidna Ouled Abdelouadoud.(L’Expression – 21.04.09.)

 ***********************

*La coopération entre les marines algérienne et américaine …

L’Algérie est parmi les 12 pays que les Forces navales américaines ont invités à participer à l’exercice «Phoenix Express». La coopération entre les marines algérienne et américaine est en train de connaître un nouveau souffle avec l’arrivée, avant-hier, de la frégate américaine USS Robert G Bradley pour une escale de deux jours à Alger. La marine algérienne est, en effet, parmi les 12 pays que les Forces navales américaines ont invités à participer à l’exercice «Phoenix Express» au cours de la semaine prochaine sur la côte méditerranéenne. «Cette mission d’entraînement entre dans le cadre du renforcement des relations en sécurité maritime entre les deux pays», a expliqué, hier, le lieutenant-colonel Clinton Acarroll.
Lors d’un point de presse, tenu à bord du navire, ce dernier a indiqué que l’exercice en question répond à des questions d’intérêts communs qui exigent un travail de coopération pour résoudre les problèmes que rencontrent les Forces navales dans leurs missions. «L’objectif de “Phoenix Express” est de pouvoir faire face à un problème dans une situation réelle en temps réel», a-t-il soutenu. Ainsi, cette opération vise, selon ses organisateurs, à prévenir les conflits, à renforcer la sécurité du littoral et à lutter contre le crime organisé et le terrorisme. Elle vise également un échange d’expérience et de savoir-faire car, les pays qui y participent (du moins pour l’Algérie et les USA) partagent les mêmes objectifs et aspirent à relever les mêmes défis, a expliqué M.Acarroll. «Nous sommes partenaires et on est fiers de travailler ensemble», a-t-il déclaré. Il a ajouté, dans le même sens, que la coopération entre les deux marines, qui est de longue date, est appelée à durer plus longtemps. Cette coopération sera, selon lui, basée sur un vrai professionnalisme, une vraie amitié et un respect mutuel. Questionné sur la position de la marine américaine concernant la piraterie, le lieutenant-colonel, Clinton Acarroll, a indiqué qu’elle (la marine américaine) répond à tout appel qui provient de tout pays pour y faire face. Il a estimé que ce problème, répandu notamment dans les côtes somaliennes, est le résultat du manque de contrôle sur la mer, d’où la nécessité, a-t-il souligné, de renforcer le partenariat entre les différents pays concernés par ce phénomène.
Il s’agit, selon lui, de discuter avec les responsables à travers des séminaires, des colloques et autres rencontres pour prévenir ce problème ainsi que d’autres avant qu’ils ne surgissent.
A souligner que ce navire a fait le tour de plusieurs pays d’Afrique et d’Europe avant d’accoster au quai d’Alger. Le USS Robert G Bradley est une frégate mise en mer en 1984 et est équipée de moyens sophistiqués qui lui permettent de se ravitailler même en mer, ce qui n’est pas le cas pour les autres frégates. Les journalistes ont, par ailleurs, eu droit à une visite guidée dans les différents postes du bâtiment.(L’Expression) du 20.04.09.

**************************

* 510 kg de kif saisis sur les plages de l’ouest …L’on ne l’ignore plus aujourd’hui, le semi-rigide, avant de s’échouer bourré de kif, dimanche, a passé près de Sbiät, perdu une importante quantité de kif qui continue de s’échouer sur le littoral témouchentois. Et le plan d’urgence de ratissage, mis en exécution par le commandement régional de la gendarmerie nationale d’Oran, semble montrer son efficacité et apporter chaque jour des fruits. Ce week-end, d’autres quantités de kif traité ont été encore récupérées. D’abord jeudi où 30 kg à Terga et 30 autres à Sbiät (commune de Bouzedjar) furent retrouvées. Vendredi une quantité plus importante de 510 kg a été ramassée au niveau des plages de Sassel (commune de Ouled Boudjemaa), Laïn (Terga) et Sbiät. Dix bidons de 30 litres d’essence chacun ont été également récupérés sur ces dernières plages citées. Plusieurs dizaines d’éléments des forces combinées de sécurité surveillent, de jour comme de nuit, chaque coin et recoin du littoral à la recherche du moindre indice pouvant aboutir à la découverte du «poison» abandonné par les narcotrafiquants et rejeté par la mer.
Rappelons que dimanche passé, un «semi-rigide» a été découvert près de Sbiät chargé de plus de 2,6 tonnes de kif traité. Depuis, les services de sécurité n’arrêtent pas de récupérer sur le littoral des colis de drogue. Aujourd’hui le total de kif récupéré s’élève à 3,42 tonnes.(Q.d’O.- 19.04.09.)

********************

*Service national …38.126 dossiers régulasés- La célébration du 40ème anniversaire de la sortie de la première promotion du service national, le 18 avril 1969, n’a pas été sans susciter à Oran, un engouement significatif de la frange des jeunes. C’est hier, au centre territorial d’information, relevant de la 2ème Région Militaire (RM), que le colonel de la 2ème R.M Maazouzi Ahmed, a inauguré les portes ouvertes sur le service national, en présence des cadres supérieurs de l’armée. Cette manifestation de premier choix, tombe à point nommé, puisqu’elle permettra, une semaine, durant aux jeunes en quête de perspective d’avenir et d’une formation solide leur ouvrant droit à une carrière dans l’armée, de s’enquérir de visu sur les innovations et spécialités offertes par le service national. Il est bon de savoir qu’entre 1981 et 1989, 11.000 officiers, toute spécialité universitaire, 6.880 sous officiers, ainsi que 90.687 appelés sont passés par le service national. Le total des effectifs formés à la même période, a atteint 108.558. Par ailleurs, au plan des activités relevant du service national, il a été procédé au reboisement de 20.744 hectares de terres d’élevage et à la plantation d’arbres de 147.037 hectares. De même, qu’il a été question de lutter contre les effets de la désertification et du renforcement du fameux barrage vert. A propos des effectifs mobilisés dans le cadre du service national, il a été procédé à la régularisation jusqu’à 2010, de 38.126 dossiers d’appelés au service à travers 5 wilayas de l’Ouest du pays, à savoir Oran, Aïn Témouchent, Mostaganem, Sidi Bel Abbés…(Le Courrier d’Algérie du 19.04.09.)

***************************Le festival national du théâtre universitaire de Tlemcen ouvrira ses portes à partir d’aujourd’hui (18 avril), et ce, jusqu’au 25 du même mois, ont annoncé les organisateurs. Initiée par la direction des oeuvres universitaires (DOU), cette cinquième édition qui verra la participation de trente-deux wilayas est organisée en partenariat avec la direction de la culture, en collaboration avec la maison de la culture «Abdelkader Alloula» de Tlemcen. Selon M. Abderrahmane Rezgui, directeur des oeuvres universitaires, «ce rendez-vous culturel et artistique a pour objectifs de permettre aux étudiants amateurs de théâtre et aux étudiants artistes de s’ouvrir sur le monde du théâtre. Cette manifestation, qui coïncide avec la journée du savoir, vise aussi à préserver un potentiel ou plutôt un vivier de jeunes talents dans les universités et à contribuer au développement de la pratique théâtrale». Outre les représentations qui seront données au cours de cet événement, les organisateurs prévoient un hommage aux grandes figures de l’art dramatique national et acteurs (Bahia Rachedi, Ariouet, Hakim Dekkar…) ainsi qu’aux hommes de culture de la wilaya de Tlemcen. (Q.d’O. – 18.04.09.) ********************************* L’Algérie achète 150.000 tonnes de blé … Selon l’agence de presse Reuters, citant des traders européens et des exportateurs européens, l’Office algérien des céréales (OAIC) s’est procuré en début de semaine 150.000 tonnes de blé meunier d’origine optionnelle pour des embarquements en mai et juin. Le prix payé n’était pas disponible, mais des traders ont estimé celui-ci entre 195 et moins de 205 euros la tonne. L’Algérie, un des principaux acheteurs de blé sur le marché mondial, avait déjà acheté par le biais de l’Office 300.000 tonnes d’origine également optionnelle saisissant la conjoncture des prix revus à la baisse. La tendance baissière des prix était due en partie à la supériorité de la production mondiale par rapport à la consommation pour la deuxième fois seulement depuis 2000. Selon les prévisions 2008/2009, la production est de 683 millions de tonnes, alors que pour la consommation, les prévisions sont établies à 650 millions de tonnes. Connue pour être un marché fort demandeur en blé, l’Algérie suscite les convoitises commerciales des grandes puissances céréalières, qu’elles soient géographiquement voisines (Union européenne, Russie, Ukraine) ou lointaines (Etats-Unis, Canada, Argentine, Australie). Mais, ce sont principalement les Français qui veulent s’imposer. La France veut préserver sa première place en tant que fournisseur en blé tendre et dur. Des bonnes conditions météorologiques ont favorisé les semis et le développement des céréales dont la production pourrait, cette année, augmenter à 4 millions de tonnes. Sur ce total, la production de blé tendre et blé dur pourrait atteindre 2,9 millions de tonnes, avance le département américain de l’Agriculture USDA, un niveau qui restera néanmoins inférieur aux besoins annuels de blé meunier du pays, ont souligné par contre des traders. Le prix du blé meunier évoluait ces dernières semaines sur le marché à terme européen. Ce qui a poussé les pays gros importateurs comme l’Algérie, ou encore l’Egypte, à vouloir s’approvisionner avant le redressement des cours. En tout cas, la crise économique mondiale pèse toujours sur les marchés. Pour leur part, les opérateurs craignent un ralentissement de la demande en céréales due notamment à une baisse de la consommation de viande, principal débouché pour les blés, orge et maïs fourragers. Mais seule la demande en blé de meunerie ne faiblit pas. Le récent repli des prix du blé a attiré quelques gros importateurs sur la scène internationale. L’Egypte a acheté 240 000 tonnes alors que la Syrie a acheté 250 000 tonnes. L’Algérie, quant à elle, avait lancé un appel d’offres pour la fourniture de 300 000 tonnes de blé livrables en mai et en juin. Après cet achat, elle a cherché à acquérir 50 000 autres tonnes de blé meunier issues de la récolte 2008 à travers un appel d’offres lancé la semaine dernière. Selon des traders européens, les 150.000 T pourraient vraisemblablement provenir de France. L’Algérie, réputée secrète dans ses procédures d’achat qui peuvent être limitées à certaines maisons de négoce. Mais, de par la proximité et selon les accords passés entre l’Algérie et la France, les traders français disent vouloir et pouvoir s’imposer en matière d’approvisionnement du marché algérien. Rappelons que les importateurs algériens ont signé, en juin 2007, des contrats pour l’acquisition de 3,3 millions de tonnes de blé tendre et 8.000 tonnes de blé dur. Ces contrats sont à livraison différée, ce qui a permis aux importateurs de conclure ces marchés à des prix abordables comparativement aux prix appliqués actuellement sur le marché. Les contrats conclus par les importateurs algériens, dont l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC), ont été signés, au moment où les prix étaient de 300 dollars/tonne pour le blé tendre et moins de 450 dollars/tonne pour le blé dur. Les importateurs ont également fait le choix de diversifier leurs fournisseurs. La participation des producteurs français au marché national a enregistré un recul.(Q.d’O. du 18.04.09.) ***********************************

Les barrages remplis à 72 %

 Le taux de remplissage des soixante barrages hydrauliques en exploitation sur le territoire de l’Algérie est en hausse, selon Ben Bouaziz, le chargé de la communication au ministère des Ressources en eau. «Le taux de remplissage est en augmentation. La reconstitution superficielle des barrages, du premier septembre 2008 à ce jour, se poursuit», a-t-il en effet révélé. Le taux de remplissage a atteint les 72%. Un taux exceptionnel jamais obtenu depuis les années 70, à l’époque où le nombre des barrages ne dépassait pas les trente.(18.04.09.)


 ************************************

15 sociétés étrangères intéressées par la raffinerie de Tiaret

Pas moins de 15 sociétés internationales ont manifesté leur intérêt pour la réalisation de l’étude FEED (Front engineering design) relative au projet de réalisation de la future raffinerie de Tiaret en Algérie, a-t-on constaté, hier, à l’issue de la cérémonie d’ouverture des plis pour la pré-qualification, tenue au siège de Sonatrach Activité Aval d’Oran.(18.04.09.)

Deux sacs en plastique contenant 74 kilogrammes de kif traité rejetés par les vagues ont été récupérés sur des plages des wilayas d’Aïn Temouchent et d’Oran, a-t-on appris hier auprès du commandement de la Gendarmerie nationale. Les gendarmes des brigades territoriales de Terga et Boudjezar (Aïn Temouchent) ont récupéré une quantité de 25 kg et 24 kg de cette drogue enfouie dans deux sacs en plastique rejetés par les vagues sur les plages d’El Mekhba et de Madagh, distantes de 20 km l’une de l’autre, a-t-on précisé. Dans la wilaya d’Oran, un autre sac contenant 25 kg de kif traité et rejeté par la mer, a été récupéré par les gendarmes sur la plage de Mansourah, commune d’Aïn-Turk a-t-on ajouté .(13.04.09.)



5 commentaires

  1. Link Building dit :

    Pretty section of content. I just stumbled upon your website and in accession capital to say that I get actually enjoyed account your blog posts. Anyway I’ll be subscribing to your augment or even I success you get entry to consistently quickly.

  2. objaśnienia dit :

    How do i put the blog comment approval on my myspace to approve blog comments before posting them?

  3. dapoxetine india dit :

    penegra may not traverse all possible interactions. Announce your fettle caverta 50 be attracted to providers a priligy buy online of all the medicines, herbs, non-prescription priligy dapoxetine, or dietary supplements you use. Also impart them if you smoke, pub-crawl toast rot-gut, or use unlawful penegra 50. Some items may interact with online caverta.
    http://www.priligyfda.com/#purchase-dapoxetine buy dapoxetine

  4. acheter tadalafil dit :

    tadalafil 10mg is indubitably a oral tadalafil 10mg recommended for that managing of virile enervation (cialis 10mg) or even powerlessness. acheter tadalafil is indeed a nostrum associated with prix du cialis. The factual on the go component within prix du cialis is Tadalafil also is the important fetish component cialis en pharmacie within the peerless quality edition. Consequence, cialis once a day doesn’t donate up upon facets of high characteristic as adeptly as security.
    http://www.everyoneweb.fr/cidufrance/#cialisprix cialis soft

  5. แทงบอลออนไลน์ dit :

    Healing’s Dragons…

    hey to seek out matters to further improve my web page!I suppose its okay to generate use of a number of of your respective principles!!…

  6. katalog stron dit :

    Katalogi Stron…

    Greetings! Very useful advice in this particular post! It’s the little changes that produce the most significant changes. Many thanks for sharing!…

  7. Warrenton, Virginia massage therapy dit :

    Woman of Alien…

    Best work you have accomplished, this web site is de facto neat with excellent facts. Time is God’s way of keeping all the things from going on simultaneously….

  8. nike air max 90 halloween dit :

    I am curious which blogging and site-building platform you are running? I’m new to running a blog and have been thinking about using the Live journal platform. Do you think this is a good platform to start with? I would be extremely grateful if I could ask you some questions through email so I can learn a bit more before getting started. When you have some free time, please be sure to contact me at: %EMAIL%. Thanks alot :)
    nike air max 90 halloween http://nike.soldeweb.fr/Nike-Air-Max-90-Homme-Bleu-Noir-Nike-Air-Max-90-Halloween-TO11171.html

3 trackbacks

Répondre

leprieuremoret |
le site consacré a de tout ... |
bière et brasseries de Moselle |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SuperKill3000
| salomecasta
| Univers Manchettellesque