Archives pour la catégorie Non classé

Saban, le sioniste voudrait acheter Al Jazeera

«Ne touchez jamais à Al Jazeera, car elle est l’arme destructrice des Arabes.»
Yasser Arafat

Alors qu’on évoque en coulisses la réouverture du bureau d’Al Jazeera à Alger, une nouvelle est en train de faire le tour du monde, créant une guerre médiatique sans merci entre les lobbies israéliens et les médias qataris. En effet, un journal indépendant égyptien Al-Mesryoon a récemment rapporté que Saban, l’un des lobbyistes sionistes les plus puissants aux USA, négociait avec l’Emir du Qatar le rachat de 50% des parts d’Al Jazeera. Info et intox, cette information fait néanmoins débat dans les couloirs des grands networks américains et arabes. Car, Haim Saban avait déjà tenté, en 2003, de faire main basse sur Al Jazeera lors d’une visite à Doha en compagnie de l’ex-président US, Bill Clinton dans le cadre d’une conférence organisée pour promouvoir «la Paix au Moyen-Orient». Le milliardaire américain sioniste, né en Egypte en 1944, a émigré avec sa famille en Israël en 1956 puis en France et aux États-Unis (d’où sa double nationalité israélienne et américaine). Haïm Saban dirige la société Saban Capital Group, Inc. (SCG). Il siège également au conseil d’administration de TF1 et dans DirecTV, le bouquet satellite de Rupert Murdoch. De 1975 à 1983, il a travaillé en France en tant que producteur indépendant. Il est parti ensuite à Los Angeles où il est devenu producteur spécialisé dans les musiques pour la télévision. Associé avec Rupert Murdoch dans le capital de Fox Familly Worldwide (Fox Family et Fox Kids Networks), cette société a ensuite été vendue à Disney en 2001.En 2003, il a racheté le groupe allemand ProSiebenSat1 Media qu’il a revendu en 2007. Grâce à toutes ces opérations de rachat et de revente, Haïm Saban a engrangé des valeurs énormes. Ardent sioniste, il a investi dans des sociétés israéliennes, dont la société de télécommunication Bezeq qu’il contrôle conjointement avec le groupe Apax. Il est également présent avec d’autres investisseurs dans Univision Communications, le premier groupe de médias en espagnol aux USA. Il est également devenu actionnaire majoritaire du consortium audiovisuel allemand ProSiebenSat1 via son holding (P7S1) qu’il a revendu en réalisant une plus-value substantielle en 2007. Saban a fait son offre par l’intermédiaire d’un homme d’affaires égyptien auprès de l’Emir du Qatar, propriétaire de la chaîne TV Al Jazeera qui, malgré son succès, rencontrerait des difficultés de trésorerie dues essentiellement à la crise financière. Il est plus probable que l’Emir, qui veut jouer un rôle plus important comme médiateur au Moyen-Orient, cherche à prendre ses distances en privatisant partiellement cette chaîne TV qui a fait connaître positivement ce petit pays jusqu’alors ignoré du monde entier. Mais Haïm Saban est également très connu pour son rôle de puissant lobbyiste sioniste aux Etats-Unis notamment via le Saban Center for Middle Eastern Policy auprès de la Brookings Institute. Le Centre Saban pour la politique du Moyen-Orient fait des analyses, à la fois américaines et clairement sionistes de la région. Il est dirigé par Martin S. Indyk, ancien ambassadeur US à Tel-Aviv et cofondateur d’un think tank likoudnik, le Winep. Ce centre est généreusement financé par Saban, et a été inauguré par…..le roi Abdallah de Jordanie. L’intention de Saban d’acheter Al Jazeera, a créé une panique dans les milieux palestiniens et arabes qui tentent par tous les moyens de convaincre les propriétaires d’Al Jazeera de refuser l’offre.(L’Expression-20.10.09.)
 

Le 9e Art au service de la liberté d’expression

*2E FESTIVAL INTERNATIONAL DE LA BANDE DESSINÉE (Alger)

C’est sous le titre «Alger, baie des Bulles», que s’est ouvert mercredi dernier (14.10.09.), le 2e Festival international de la bande dessinée (Fibda), à Riad El Feth. Durant quatre jours, lecteurs férus de bande dessinée ou simples curieux ont rendez-vous avec celles et ceux qui font de la BD un univers passionnant. De l’effervescence des cultures mangas au grand retour des comics, le festival organisé sous l’égide du ministère de la Culture, se veut le reflet des tendances actuelles dans le domaine du 9e Art.
Pour cela, un programme varié et complet a été élaboré par les organisateurs afin que chacun, quel que soit son style ou son genre, trouve son bonheur. Expositions, rencontres, concours, prix… il y a de quoi faire! Inauguré par Mme Zehira Yahi, représentante de la ministre de la Culture, l’événement a débuté avec une exposition regroupant les oeuvres de plus de 350 auteurs et dessinateurs algériens et étrangers. Voulant faire de cette festivité, un rendez-vous incontournable de la bande dessinée, lieu de rencontres et d’échanges, le Festival international de la bande dessinée, se veut avant tout une oasis de liberté pour ceux qui inventent…. A cet effet, la commissaire générale du festival, Mme Dalila Nadjem, a indiqué que «le but de ce festival est de relancer la BD et faire connaître et encourager les jeunes talents tout en rendant hommage aux doyens de la bande dessinée algérienne, Slim, Saïd Zanoun et le défunt Sid-Ali Melouah». Mettant en exergue le talent des jeunes bédéistes qui ont participé aux trois concours organisés au préalable, à savoir le concours scolaire, le concours de la meilleure affiche et le concours du jeune talent. A travers toutes ces mutations, la maturité originelle reste pourtant intacte: permettre aux créateurs qui ne s’inscrivent pas dans les créneaux classiques de trouver un espace d’expression. «Plus de 800 jeunes ont participé aux concours et ceci démontre que la bande dessinée algérienne se porte bien», a indiqué, de son côté, le directeur artistique du festival et commissaire de l’exposition, le peintre Mustapha Nedjaï, ajoutant que «les prix internationaux qui seront décernés sont: le Prix du meilleur album en langue nationale, le prix du meilleur album en langue étrangère, le prix du meilleur projet en cours, le Prix du meilleur Franzine ou du meilleur journal de bande dessinée, le Prix du meilleur scénario et le Prix du meilleur graphisme». Outre l’exposition, qui se poursuivra jusqu’au 20 octobre, le programme du festival comprend des conférences, des ateliers, la projection de films ainsi qu’un colloque sur le thème «La femme à l’assaut de la BD».
Ouvrir des espaces aux auteurs, mélanger les genres, provoquer des chocs culturels, favoriser l’émergence des jeunes générations tout en ignorant les frontières, qu’elles soient culturelles ou nationales, sont la raison d’être d’un tel événement, qui s’est toujours mis du côté des inventeurs. Cette volonté d’ouverture à tous les créateurs s’accompagne d’un rejet de toutes les exclusives. C’est l’essence même du festival: être une tête chercheuse des pulsations nouvelles à l’échelle de la planète.(L’Expression-17.10.09.)

 

1234567

leprieuremoret |
le site consacré a de tout ... |
bière et brasseries de Moselle |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | SuperKill3000
| salomecasta
| Univers Manchettellesque