internautes.Journalistes citoyens

**Une alternative à la presse traditionnelle 

         Des internautes « Citoyen Reporter »

 « Le journalisme citoyen peut ainsi être conçu, selon nous, comme un exercice d’émancipation.

      **Emergence d’un cinquième pouvoir

*un contenu révolutionnaire, inflences des techniques nouvelles de communication

Profession : journaliste citoyen en Chine

**L’émergence d’une nouvelle génération de sites Web relevant d’une dynamique d’innovation ascendante (Cardon et Delaunay-Teterel, 2006) a contribué à fonder de nouveaux territoires de la communication, de l’information et du journalisme. De nouvelles pratiques éditoriales et socio­techniques sont alors apparues, à l’image de celle qui retiendra ici notre attention : le journalisme participatif et citoyen sur Internet (JPCI).

**Seul un humain sur sept dispose d’un accès à une presse libre. La situation empire : 2015 a été la pire année de la décennie en terme de liberté des médias. Dans plusieurs pays, la censure est partout, et des internautes se transforment en journalistes citoyens pour informer malgré tout.

******************************************

Le journalisme citoyen est un aspect particulier du média citoyen qui est l’utilisation des outils de communication, notamment ceux apportés par Internet (site webblogforumwiki…), par des millions de particuliers dans le monde comme moyens de création, d’expression, de documentation et d’information. Il y a un certain renversement dans ce domaine, le citoyen passant du rôle de simple récepteur à celui d’émetteur, devenant lui-même un média.

On appelle les acteurs du journalisme citoyen « Citoyen Reporter ». Il s’agit d’internautes qui souhaitent témoigner sur ce qu’ils voient, sur ce qu’ils entendent ou sur ce qu’ils constatent. AgoravoxCitizensideiReport sont les principaux acteurs sur internet s’étant dotés d’une plateforme communautaire de Journalisme Citoyen.

Parmi les domaines cités ci-dessus, c’est dans celui de l’information que l’on peut parler de journalisme citoyen.

Abraham Zapruder, qui a filmé l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy avec sa caméra amateur en 1963, a été présenté, dans un article de Libération paru en 2007, comme le premier (ou l’ancêtre) des « journalistes citoyens ».*source: wikipedia

**Le journalisme citoyen peut être défini comme l’action de citoyens « jouant un rôle actif dans les processus de récupération, reportage, analyse et dissémination de l’actualité et de l’information », selon le rapport We Media: How Audiences are Shaping the Future of News and Information de Shayne Bowman et Chris Willis. Ceux-ci ajoutent : « Le but de cette participation [des citoyens] est de fournir les informations indépendantes, fiables, précises, diverses et appropriées nécessaires à une démocratie ». Le journalisme citoyen consiste généralement à fournir un moyen d’expression à des citoyens ordinaires, y compris des représentants des franges les plus marginales et sous-représentées de la société.

Face à la concentration des médias que certains considèrent comme une menace pour la liberté d’expression et la diversité des opinionsIgnacio Ramonet appelle à la constitution d’un Cinquième Pouvoir, portant les revendications de la société civile et utilisant les canaux de diffusion du journalisme citoyen

***Le développement du Web, et notamment de plates-formes de publication faciles d’usage, ont accéléré la tendance et permis l’apparition de nombreux sites Web donnant la parole à des citoyens ordinaires ou des militants profitant de ce nouveau média : « En offrant des plates-formes techniques accessibles à tous, les blogs et wikis autorisent ce que nous appelons le « journalisme citoyen », par ce biais nous pouvons tous passer du statut de lecteur à celui de rédacteur, de commentateur des événements. Position éminemment satisfaisante ».

Le journalisme citoyen est devenu un média prisé notamment pour l’information de proximité, se concentrant sur une ville, parfois même sur un quartier, pour donner un éclairage différent à la vie d’une communauté dont certains membres s’estiment ignorés par les médias existants ou délaissés par les institutions locales.

La plupart des courants de pensée ont également recours à ces possibilités, parfois de façon organisée sous forme de tribune plus que spontanément citoyenne. Certains sites se réclamant comme « citoyens » ont une coloration résolument engagée politiquement ou polémique. En France, L’Échangeur Basse-NormandieAdverbe et la ville d’Alençon ont même créé un Prix du blog citoyen, dont la première édition s’est tenue en juin 2006. De même, on compte parmi les médias altermondialistes des sites se revendiquant du journalisme citoyen, par exemple le collectif Indymedia. Une plateforme qui a dorénavant fait ses preuves, et qui permet à tous de prendre librement la parole, en publiant lorsqu’ils le souhaitent leurs articles, par exemple sur le site iSubway.

***Le fait que de nombreux journalistes citoyens sont souvent des militants pour une cause ou une idéologie particulière a soulevé des critiques.

De nombreux médias traditionnels accusent nombre de partisans du journalisme citoyen de manquer de l’objectivité nécessaire à la pratique du journalisme. Le journalisme citoyen a aussi été critiqué récemment dans le domaine universitaire, notamment par Vincent Maher, dirigeant du New Media Lab de l’Université Rhodes, qui a souligné plusieurs faiblesses parmi les revendications des journalistes citoyens, qu’il résume comme « the three deadly Es : ethics, economics and epistemology » (les trois E fatals : éthiqueéconomie et épistémologie). Cet article a été largement critiqué par la presse et la blogosphère. Une étude informelle de Tom Grubisich en 2005 passa par ailleurs en revue de nombreux sites web citoyens et jugea sévèrement le contenu et la qualité de nombre d’entre eux sur.

Même les partisans les plus ardents du journalisme citoyen en reconnaissent les faiblesses et les limites : « L’avantage, c’est qu’un citoyen journaliste sera capable de publier quelque chose qu’un journal aura peur d’imprimer. L’inconvénient, c’est que la vérification des faits se fait après publication », concède Craig Newmark, fondateur de Craigslist.

Le philosophe Guillaume Cazeaux estime, quant à lui, que dans la pratique du journalisme citoyen, ce n’est pas tant d’un renouvellement du journalisme dont il est question que d’un renouvellement de l’exercice de la citoyenneté. Les « journalistes citoyens » apparaissent avant tout comme des citoyens qui cherchent à sortir de leur état de « minorité », au sens que Kant donne à ce terme dans Qu’est-ce que les Lumières ?, c’est-à-dire qu’ils font l’effort de se servir – en commun – de leur propre entendement, rompant avec les prescriptions de leurs tuteurs traditionnels, constitués essentiellement de nos jours et dans nos contrées des journalistes et autres invités récurrents des médias de masse : « Le journalisme citoyen peut ainsi être conçu, selon nous, comme un exercice d’émancipation. Et la grossièreté (au moins dénoncée) de certains jugements émis par les « journalistes citoyens » ne saurait servir d’argument recevable contre leur pratique, car, comme le dit Kant au sujet des hommes que l’on placerait subitement en situation de liberté : « Il est certain que les premiers essais seront grossiers et qu’ordinairement même ils se relieront à un état de choses plus pénible et plus dangereux que celui où l’on vit sous les ordres d’autrui, mais aussi sous sa prévoyance ; seulement, on ne peut mûrir pour la raison que par des essais personnels (qu’on ne peut accomplir qu’à la condition d’être libre) ». L’habitude d’exercer son jugement et de débattre, dans un « processus caractéristique d’essais et d’erreurs » [...] est ce dont le peuple a besoin pour pleinement entrer dans sa majorité. »

*source: wikipedia

****************************************

*Journalisme participatif, définition, évolution, état des lieux

**Par Franck Rebillard, professeur à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

***Journalisme participatif, journalisme amateur ou journalisme citoyen en version française, participatory journalism, grassroots journalism, citizen journalism, en version originale, toutes ces expressions ont fait florès dans les années 2000. Elles tendent à désigner un même phénomène au final : l’intervention de non-professionnels dans la production et la diffusion d’informations d’actualité. Si une telle définition peut convenir, dans l’absolu, à tous les types de supports médiatiques (presse, radio, télévision), force est de constater que l’emploi des expressions précitées a été contemporain du développement de l’Internet. Plus précisément, l’idée même d’un journalisme participatif a véritablement pris son essor avec la vogue autour du Web 2.0 : les facilités de publication en ligne procurées par les blogs ou les plateformes dédiées ont alors laissé espérer une prise en main de l’information par tout un chacun. Près de dix années plus tard, qu’en est-il advenu ? En nous centrant principalement sur les sites de journalisme participatif, notamment en France, nous verrons qu’à une phase initiale largement baignée d’utopie a succédé une intégration progressive par les professionnels de l’information et l’industrie des médias. Pour autant, il reste du projet participatif de départ des originalités susceptibles à la fois de renouveler les pratiques journalistiques et d’offrir des espaces pour une information alternative.

**2000, année zéro du journalisme participatif dans le monde

Précurseur en matière de journalisme participatif à travers le monde, le site OhMyNews (du nom de son initiateur, le journaliste Oh Yeon-ho) naît en 2000, en Corée du Sud. Constitué d’une équipe rédactionnelle de quelques professionnels, il se distingue surtout par le fait d’accueillir des articles de centaines et bientôt milliers d’internautes. Son heure de gloire viendra assez tôt : en 2002, le Président nouvellement élu, Roh Moo-hyun, largement soutenu par cette nouvelle publication aux opinions progressistes dans un paysage médiatique largement conservateur, lui accorde sa première interview.
En parallèle, le journalisme participatif s’est développé par l’intermédiaire des blogs. Cette forme d’autopublication est apparue dès les années 1990, mais c’est surtout avec les attentats du 11 septembre 2001 qu’elle va être saisie comme un espace pour la délivrance de nouvelles, des nouvelles complémentaires voire opposées à celles diffusées par les médias professionnels (Le Cam, 2010). Dans le même esprit, les warblogs permettront à des militaires de livrer leur propre récit du conflit irakien de 2003, souvent en contradiction avec la parole officielle reprise dans les médias dominants.

Les premières initiatives en matière de journalisme participatif sur l’Internet sont donc largement tournées vers le projet de bâtir un espace d’information alternatif, voire un espace de contre-information, vis-à-vis du système médiatique établi. Elles vont alimenter l’imaginaire d’une possible révolution dans l’information, révolution annoncée avec grand fracas dans les multiples discours forgeant l’imaginaire du Web 2.0, au milieu des années 2000. Concernant le journalisme en particulier, des essais aux titres évocateurs tels que We the Media (Gillmor, 2004) ou La révolte du pronétariat (Rosnay, 2006) vont rencontrer un grand écho. Ce dernier ouvrage, qui annonce le remplacement des médias de masse par de nouveaux médias des masses, est particulièrement intéressant à observer. Il est en effet l’œuvre de deux personnes, Joël de Rosnay et Carlo Revelli, qui ont en quelque sorte souhaité mettre leur théorie en pratique, lançant en 2005 le site AgoraVox, présenté comme la « première initiative européenne de journalisme citoyen gratuit à grande échelle » (cité dans Trédan, 2012).

Une telle utopie, que l’on peut résumer par la formule du « tous journalistes », ne s’est pas complètement réalisée. S’il est indéniable que les blogs et les sites de journalisme participatif ont permis à des milliers d’individus de s’exprimer à propos de l’actualité à travers le monde, ce mouvement n’a pas touché l’ensemble de la population, loin s’en faut. La rédaction d’articles ou de reportages audiovisuels en ligne est restée l’apanage d’une minorité d’individus, des individus appartenant principalement aux franges intellectuelles de la population (Rebillard, 2007), y compris dans les pays comme la Corée du Sud où le phénomène était le plus ancien (Song, 2011). En réalité, davantage que la création de contenus d’actualité par des amateurs, le journalisme participatif s’est de plus en plus orienté vers une intégration des contributions des internautes par les professionnels, aux stades de l’édition et de la diffusion des nouvelles.

2006-2008, déploiement du « participatif encadré » en France

Assez radical dans sa conception du journalisme participatif, le fonctionnement d’AgoraVox repose sur une médiation professionnelle minimale. Les responsables du site qui, fait notable, ne mettent pas en avant un statut de journaliste, assurent essentiellement un rôle de gestion et d’agencement des contenus. Leur regard éditorial sur les articles proposés par les internautes se limite pour l’essentiel à s’assurer de leur conformité avec le droit, dans le but de prévenir des propos illicites.

Les sites de journalisme participatif qui vont prendre la suite d’AgoraVox en France, privilégieront une approche beaucoup plus hybride entre le versant amateur et le versant professionnel. Un premier exemple viendra du Bondy Blog : à l’origine blog d’un journaliste de l’hebdomadaire suisse Le Temps destiné à relater de l’intérieur la vie dans les quartiers populaires français, ce site accueillera à partir de 2006 de jeunes rédacteurs amateurs formés au journalisme par des professionnels (Sedel, 2011).  Créé en mai 2007, le site Rue 89 emploiera la formule de « participatif encadré » pour qualifier son mode de fonctionnement : désormais, les journalistes professionnels (Rue 89 a été fondé par d’anciens membres de la rédaction du quotidien imprimé Libération) filtrent puis accompagnent les contributions de tous ordres (des simples commentaires aux propositions d’articles intégralement rédigés) en provenance des internautes. En septembre 2007, un autre site participatif est mis en ligne : Le Post. Édité par Le Monde Interactif, filiale des groupes Le Monde et Lagardère, Le Post est pourtant lancé dans une assez grande discrétion. Peut-être parce que son modèle «pro-am » ne sied pas tout à fait aux pratiques journalistiques de la vénérable maison-mère et de son quotidien national toujours considéré comme le « journal de référence » en France ? Pourtant, Le Post abrite bien une rédaction de journalistes professionnels. Mais à l’instar de Rue 89, qui revendique une « info à trois voix », Le Post héberge également sur son site web des contributions d’experts et d’internautes. Ceci amène à faire apparaître les informations mises en ligne sous plusieurs labels : « Info Rédaction » pour les articles directement rédigés par les journalistes professionnels ; « Info Invité » pour les billets des experts ; « Info vérifiée » pour les contributions d’internautes contrôlées et éditées par la rédaction du Post ; « Info brute » pour les contributions d’internautes non vérifiées et délaissées dans les blogs hébergés par le site.

Le fait de laisser la plupart des contributions amateurs dans les tréfonds du site, pour ne laisser accéder à la Une que les articles validés par les journalistes professionnels, peut s’expliquer par une difficulté à vérifier un flot incessant d’informations mises en ligne. Il peut aussi reposer sur des raisons juridiques : au sens de la loi pour la confiance dans l’économie numérique de 2004, Le Post est dans un cas (blogs) un simple hébergeur, dans l’autre (mise en Une) un éditeur avec une responsabilité de publication plus immédiate. Toutefois, au-delà de ces raisons, une telle mise à distance traduit une césure entre amateurs et professionnels sur les sites de journalisme participatif, qui ne va cesser de s’accroître.

Les deux sites développés l’année suivante vont être assez révélateurs d’un tel mouvement. Mediapart,  avec à sa tête l’ancien directeur de la rédaction du Monde, va dès sa naissance en mars 2008 tracer une frontière sur son site : la partie Le Journal, composée des articles rédigés par les journalistes professionnels, est clairement séparée de la partie Le Club, dédiée aux internautes-abonnés. Une frontière autant symbolique que pécuniaire puisque l’accès aux pages du Journal est payant tandis que le reste est gratuit. De son côté, Arrêts sur Images est devenu un site web en tant que tel en janvier 2008 après la fin de la diffusion, sur France 5, de l’émission de télévision éponyme. En réalité, il existait déjà un forum internet de l’émission, auquel les journalistes participent d’ailleurs toujours assez activement, et un blog. Mais le développement du site s’est lui appuyé sur la réalisation d’articles et de programmes audiovisuels réalisés spécifiquement pour le Web, et exclusivement par les membres de la rédaction.

Cette dernière initiative (Arrêts sur Images) n’est d’ailleurs pas explicitement revendiquée par ses auteurs comme participative, à la différence des précédentes. On peut toutefois leur trouver comme dénominateur commun à l’époque d’avoir voulu s’opposer au système médiatique dominant : plus précisément, dans la foulée de l’élection présidentielle de 2007, Rue 89, Mediapart et Arrêts sur Images se sont ouvertement placées comme des alternatives à des médias traditionnels censés être inféodés au Président Sarkozy.

2011-2012, une normalisation du journalisme participatif ?

Un quinquennat plus tard, la double posture du journalisme participatif, consistant à mixer le professionnel et l’amateur et à révolutionner l’information, semble s’être en partie diluée dans l’appellation bien plus vague de sites pure players. Ceux-ci se sont multipliés tout en semblant se normaliser de plus en plus, comme en témoigne leur intégration au sein de groupes établis dans les industries médiatiques. Pour autant, dans un tel cadre, ils peuvent aussi importer des façons originales de concevoir l’information.

La période joignant la fin de l’année 2011 et le début de l’année 2012 (voir la frise chronologique interactive in Robin, Bourdier, 2012) aura été marquée par une grande agitation  dans la branche industrielle — on peut désormais la qualifier ainsi — du journalisme participatif. D’une part, deux des sites historiques du journalisme participatif en France sont happés par de grands groupes de presse : Rue 89 est racheté par le groupe Le Nouvel Observateur en décembre 2011 (ce groupe avait déjà lancé une extension participative de son magazine amiral en mai 2011 avec Le Plus); et en janvier 2012, Le Post cède sa place au sein du groupe Le Monde à la version française du Huffington Post, dédié aux « infos de dernière minute et [aux] opinions » et dirigé par Anne Sinclair, journaliste elle-même très médiatisée. D’autre part, deux nouveaux sites participatifs sont lancés, durant le même mois de novembre 2011, par des journalistes professionnels : Newsring propose des débats autour de l’actualité avec les internautes, débats initiés par des experts et « orchestrés » par des membres de la rédaction; Quoi.info se situe davantage dans le registre de l’information-service, une information produite par des journalistes professionnels et complétée graduellement par les internautes en fonction de leur statut « d’amateur, de connaisseur, ou d’expert ». Ce dernier exemple de site, qui repose sur un système complexe d’acquisitions de points et de badges par les internautes, illustre une sophistication croissante des procédures d’encadrement de la participation.

On semble ainsi assister à une professionnalisation et à une rationalisation de l’intégration des contributions des amateurs, de plus en plus enchâssées dans le workflow des sites de journalisme participatif. Ces « nouvelles rédactions en réseau », qui organisent l’appel à des contributions extérieures sur un modèle à la fois proche et distinct des rédactions de la presse magazine, peuvent être vues comme des laboratoires où s’expérimentent des modalités de travail originales pour le journalisme (Charon, 2012). En se nourrissant ainsi auprès des internautes, elles parviennent apparemment à proposer des informations originales : une étude comparative des contenus des sites d’actualité français montre ainsi que les sites participatifs, soit très encadrés par des professionnels comme Rue 89 soit beaucoup plus ouverts comme AgoraVox, constituent avec les blogs les principaux foyers de diversité éditoriale sur le web (Marty et al., 2012). Leur intégration au monde professionnel sera-t-il en définitive un aller simple pour l’industrie des médias ? N’auront-ils pas la possibilité de favoriser la diffusion d’innovations éditoriales en retour ? Des études ultérieures, sur la trajectoire du journalisme participatif dans les années à venir, pourront fournir des réponses à ces questions.

**Franck Rebillard, professeur à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

*Mise en ligne : octobre 2012

**ina-expert.com/

small

******Franck Rebillard est professeur des universités à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 UFR Communication. Parmi ses thèmes de recherche : Information et journalisme en ligne ; Espace public et numérique ; Pluralisme, diversité de l’information ; Industries culturelles et médiatiques ; Communication internet et édition web. Membre du département ICM (Institut de la communication et des médias), il est actuellement responsable scientifique du partenariat pour la mise en place d’un Observatoire Transmédias (ANR / Ina, 2010-2013), et du programme IPRI – Internet, pluralisme et redondance de l’information(ANR, 2009-2012).

__________________________________

 RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

CHARON Jean-Marie, 2012, « Vers des rédactions en réseau », Colloque international Pluralisme de l’information : état des lieux et nouveaux enjeux, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, 18 septembre 2012.

GILLMOR Dan, 2004, We the Media. Grassroots Journalism by the People, for the People, Sebastopol (California) : O’Reilly Media.

LE CAM Florence, 2010, « Histoire et filiations du terme ‘weblog’ (1992-2003). Perspectives pour penser l’histoire de certaines pratiques sociales sur le web. », Les Enjeux de l’information et de la communication, [http://w3.u-grenoble3.fr/les_enjeux]

MARTY E., REBILLARD F., POUCHOT S., LAFOUGE T., 2012, « Concentration et diversité de l’information sur le web. Une analyse à grande échelle des sites d’actualité français. », Réseaux, n° 176.

REBILLARD Franck, 2007, Le web 2.0 en perspective. Une analyse socioéconomique de l’internet, Paris : L’Harmattan.

ROBIN C., BOURDIER M., 2012, « Qui sont ces nouveaux médias sur la Toile ? », Journalismes.info, [http://www.journalismes.info]

ROSNAY (de) Joël (avec la collaboration de Carlo REVELLI), 2006, La Révolte du pronétariat. Des mass média aux média des masses, Paris : Fayard.

SEDEL J., 2011, « Bondy Blog. Le travail de représentation des habitants de la « banlieue » par un média d’information participative », Réseaux, n° 170, pp. 103-133

SONG Yung Joo, 2011, De la presse traditionnelle et ses sites web. Une étude comparative de trois pays : les Etats-Unis, la France et la Corée du Sud, Thèse de doctorat : Université Paris 3.

TREDAN Olivier, 2012, Les mondes du blog. Contribution à l’analyse du phénomène des blogs en France, Thèse de doctorat : Université Rennes 1.

 

******************************************

Les clichés des journalistes citoyens convoités sur le Web

Le Monde | 10.12.2008 | Par Jean-Baptiste Chastand

 Les premières photographies des attentats de Londres, du tsunami en Asie du Sud-Est ou plus récemment des attentats de Bombay ont toutes été prises par des photographes amateurs. Souvent simplement mises en ligne gratuitement, elles ont parfois été vendues très cher à des médias friands de ces clichés d’amateurs pris sur le vif des événements, bien avant l’arrivée des photographes professionnels. Et Internet offre de plus en plus de possibilités de vendre ces clichés.

Exemple avec le Bild Zeitung, le célèbre tabloïd allemand, qui propose depuis le 4 décembre à ses lecteurs d’acheter une caméra spéciale pour 70 euros. Maniable, très légère, mais de faible qualité, elle est censée accompagner les « lecteurs-reporteurs » du Bild partout, afin qu’ils saisissent tout type d’événement. Reliée à un ordinateur, elle propose directement de se connecter au site du journal pour lui transférer les vidéos. Avec à la clé, un gain de 100 à 500 euros pour une publication de capture d’écran dans l’édition papier, et de 1 000 euros si le film est sélectionné comme « vidéo de la semaine » sur le site. 

En FranceVoici s’engage, plus modestement, sur la même voie. Depuis septembre, le site de l’hebdomadaire propose d’envoyer ses photographies, avec une rémunération plus modeste : 10 euros pour une publication sur le site Internet, 100 euros sur la version papier, sans exclure le « cas par cas » pour les scoops. Les photos people sont logiquement les plus recherchées. Le partenaire de l’opération, le site Citizenside, présent depuis 2006 sur ce marché en France, propose de se faire l’intermédiaire entre les internautes et les grands médias en vendant les clichés ou les vidéos, moyennant une commission de 25 à 50 % du prix de vente.

Citizenside est devenu célèbre début 2008 lorsqu’un internaute est passé par lui pour vendre les images de Jérôme Kerviel lors de sa garde à vue. La vidéo du trader de la Société générale a été vendue plus de 100 000 euros à Paris Match, indique le rédacteur en chef du site, Aurélien Viers, recruté en février pour que l’équipe puisse s’étoffer d’un journaliste « capable de vérifier la véracité des images ». Aurélien Viers explique que Citizenside reçoit « entre 400 et 500 photos par jour », mais le nombre de celles qui sont vendues « n’est pas énorme »

L’idée attire cependant les médias traditionnels : fin 2007, l’Agence France Presse est entrée dans le capital de Citizenside. Mais le contenu du site reste très tourné vers la France, la qualité des photographies est inégale et le people occupe une large part, représentant « 25 % des ventes en volume », selon Aurélien Viers. Si ce dernier assume de travailler pour « la presse qui marche », il récuse l’idée d’un site « trash » et assure avoir « déjà jeté directement des photos de vie privée« 

En Grande-Bretagne, le site Demotix propose des photos de très bonne qualité, qui couvrent relativement bien l’actualité de l’ensemble de la planète. Il prélève une commission de 30 % sur celles qu’il parvient à vendre. Son fondateur, Turi Munthe, espère obtenir des images de lieux où les photographes professionnels ne peuvent pas toujours se rendre, notamment les pays où la censure sévit. « Cette initiative est une réponse à la diminution massive de la couverture des informations internationales par les médias. Nous voulons faire de nos street reporters une source pour les grands médias« , a-t-il affirmé au site journalism.co.uk. Mais le site entend également servir de plate-forme de vente pour les photographes free-lance ou débutants, à la manière d’une agence de photos. 

Cela pose en tout cas la question du modèle économique. Le site néerlandais Skoeps, malgré son succès d’audience, a ainsi dû fermer en mai, faute d’avoir trouvé un modèle viable après deux ans d’existence.*Jean-Baptiste Chastand / lemonde.fr/10.12.2008

**********************************



Répondre

leprieuremoret |
le site consacré a de tout ... |
bière et brasseries de Moselle |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SuperKill3000
| salomecasta
| Univers Manchettellesque