Numidia News

** Numidia News TV, la première chaîne algérienne d’information en continu

La jeunesse pétille dans cette société et cela se fait sentir sur le dynamisme et le travail. Ça va très, très vite!

Numidia News numidianews

Dans les locaux de la chaîne, on nous explique clairement qu’on veut démontrer aux yeux du monde que les Algériens sont un peuple capable du meilleur et non du pire comme ont tendance à le montrer les chaînes étrangères qui dominent l’information à travers la région. Visite guidée.

Elle n’est encore qu’aux essais techniques, mais elle s’est déjà faite, remarquer. Elle, c’est Numidia News TV, la première chaîne algérienne d’information en continu. Cette chaîne veut faire rentrer l’Algérie dans la course à l’information continue. Visite guidée. Rendez-vous est donc pris avec le staff de la chaîne. Direction Oued Romane (Banlieue Ouest d’Alger) où se trouve le bureau d’Alger de la chaîne installée dans une petite villa qui se trouve dans un quartier résidentiel. Après s’être présenté à l’interphone, on nous ouvre la porte avec un grand sourire.Sourire aux lèvres, le directeur général Samar Riyad, nous présente notre guide de la journée. Ce sera Mustapha Bamoune, le directeur de la rédaction, chargé de la coordination entre les différents bureaux dont dispose la chaîne à travers le monde. Après les présentations c’est donc l’heure de la visite. À première vue, ce qui attire le plus l’attention est le jeune âge de tous les employés de cette chaîne. Du directeur général jusqu’à l’agent de sécurité en passant par le staff technique et rédactionnel. «C’est la politique de la chaîne qui veut montrer au monde qu’avec peu de choses, la jeunesse algérienne peut faire des miracles», souligne Bamoune.

Jeune dans tous les sens du terme
La jeunesse pétille donc dans cette société et cela se fait sentir sur le dynamisme et le travail. Ça va très, très vite! Chacun est à son poste prêt à «dégainer». Début de la visite à la rédaction d’Alger. Au premier étage, un petit air… américain. Une salle est en open space. Les journalistes de la chaîne sont concentrés sur leurs sujets. «C’est le news room où les journalistes préparent leurs infos du jour», explique notre guide. «S’ils sortent sur le terrain, ils viennent ici pour écrire leur compte rendu sinon, ils restent à l’affût des informations données par les agences de presse et autres sources d’info pour préparer des sujets maison», ajoute-t-il. Juste à côté de la rédaction «classique» se trouve celle du Web. «Ici on gère notre site internet qui est un journal électronique. Il y a aussi un petit groupe qui s’occupe de la page facebook et tweetter», nous fait-il découvrir. «Et à l’extrémité, c’est l’archivage web où sont mis nos journaux d’information sur You Tube juste après leur diffusion. On a également notre propre archivage», dit-il. Cette présentation de la rédaction web était l’occasion pour Bamoune de revenir sur les origines de la chaîne. «Il faut savoir qu’au début, c’était un journal électronique, officiellement lancé en décembre 2011.
Ce journal électronique a été la base pour la fondation de la chaîne car il nous permet de former notre réseau de correspondants à travers le monde», assure-t-il. Mais pas seulement! «Pour les journalistes novices dans le domaine de l’audiovisuel cela a été une occasion pour eux de s’y adapter avec les web vidéo que nous confectionnons régulièrement», atteste-t-il tout en précisant que mis à part quelques novices, la majorité de leurs correspondants sont des journalistes chevronnés qui ont fait leurs preuves dans les grandes chaînes d’information du monde.
«N’empêche que nous avons donné la chance à quelques jeunes pépites afin de leur permettre d’éclore. Et comme je l’ai déjà dit les web vidéo leur ont permis de s’habituer à la caméra. Cela fait partie de la formation de 6 mois que nous leur avons dispensée par des professionnels», indique-t-il. A côté de la rédaction se trouve une petite salle de montage pour les journalistes afin qu’ils fassent le montage rapide de leurs matières après couverture sur le terrain. Après la rédaction, on monte un étage pour rejoindre une autre salle. On trouve un petit studio d’enregistrement à fond vert. «Il permet aux journalistes d’enregistrer leurs sonores en off comme à la radio mais aussi pour enregistrer les vidéos de flash d’information qui concernent l’Algérie», explique-t-il. Juste à côté du petit studio on trouve le service technique. «C’est ici que se fait la mise en forme de la chaîne», dit-il avant de nous présenter à ses jeunes techniciens qu’il appelle maestros. C’est dans ce service technique que se fait le gros montage des programmes, des flashs d’information… Mais c’est également ici que ce fait l’habillage de la chaîne. «Nos techniciens composent des jingles propres à la chaîne avec des sonorités bien de chez nous», témoigne-t-il avant de faire écouter l’un de ces jingles. «Contrairement aux autres chaînes qui copient des jingles et autres sons déjà existants, nous, on fait les nôtres par respect à la propriété intellectuelle», soutient-il.

Promouvoir la langue amazighe
Après ce bouillon de sonorités on termine la visite au service doublage. «C’est dans ce service qu’on fait la traduction des documentaires et autres matières qu’on achète dans des langues qui diffèrent des quatre langues qu’on utilise dans nos programmes, à savoir tamazight, l’arabe, l’anglais et depuis cette semaine le français», dit Bamoune à qui ne fallait pas plus pour expliquer l’aspect identitaire de la chaîne. «On a choisi de diffuser des flashs d’information en tamazight pour promouvoir notre langue qui ne date pas d’hier», certifie-t-il. «On est contents que des gens du Moyen-Orient nous appellent pour nous demander quelle était cette langue avec laquelle on diffuse. On leur explique clairement que c’est la langue de nos ancêtres, qui date de près de trois mille ans», rapporte fièrement Bamoune qui réaffirme que le but de la chaîne est en premier lieu de défendre et promouvoir l’identité algérienne. D’ailleurs, le nom de la chaîne parle de lui-même, Numidia News TV… «Ce nom nous a permis de faire un jeu de mots qui est Numidia = news news (nouvelles infos). Mais notre objectif principal était de rendre hommage à notre histoire berbère», dit-il. Toutefois, le but de la chaîne n’est pas seulement de défendre l’Algérie d’avant, mais aussi celle de maintenant! «On veut démontrer aux yeux du monde que les Algériens sont un peuple capable du meilleur et non du pire comme ont tendance à le montrer les chaînes étrangères qui dominent l’information à travers la région», soutient celui qui veut faire la promotion de son pays dans toute sa diversité. «Il faut montrer le verre à moitié plein et non à moitié vide», précise-t-il en ajoutant que les problèmes internes sont algéro-algériens. «Le linge sale se lave en famille et non devant des étrangers qui sont à l’affût de la moindre occasion pour nous déstabiliser», soutient-il en s’appuyant sur le proverbe qui est la devise de la chaîne:«Il vaut mieux allumer une bougie que de maudire l’obscurité.» Il répète que l’Algérien est capable de faire des miracles. «Il suffit juste qu’on lui donne sa chance», garantit Mustapha Bamoune. Il est aussi utile de souligner que la chaîne a donné leur chance aux Algériens des quatre coins du pays. «Nos employés viennent de diverses régions du pays, même les plus reculées.
Nos jeunes sont prêts à relever le défi», insiste-t-il.

De l’info mais aussi  du documentaire
Pour ce qui est de la grille de programmes, M.Bamoune parle d’abord d’information continue globale qui est le fondement d’une chaîne d’information. «Mais on programme aussi des émissions reportages pour traiter des dossiers d’actualité ainsi que des documentaires qui traitent de sujets différents, cela en plus des éditions spécialisées dans divers thèmes tels que l’économie, le sport, la culture, la religion», révèle-t-il.M. Bamoune est aussi revenu sur les projets de son groupe et il souhaite voir sa chaîne, qui est, selon ses dires, 100% algérienne, installer son siège social en Algérie et non un bureau comme c’est le cas maintenant. «On attend la nouvelle loi sur l’audiovisuel pour délocaliser notre entreprise, qui transmet en offshore en Europe, vers l’Algérie. On veut travailler dans notre pays, pas chez les autres!», exprime-t-il comme désir. «Avec la bonne volonté formulée par les autorités dans le cadre des réformes, une fenêtre va s’ouvrir aux Algériens afin qu’ils montrent leurs capacités. On reste convaincus», estime-t-il. Enfin, il souhaite voir d’autres chaînes algériennes émerger dans le paysage médiatique du pays. «On n’a pas peur de la concurrence bien au contraire, dit-il. On est pionniers dans le genre mais j’espère qu’on montrera la voie à nos compatriotes. Je rêve de voir d’autres chaînes émerger que ce soit d’information générale ou thématique. Ça voudra dire qu’on n’a pas travaillé pour rien. Même si notre projet échoue, on aura quand même cassé un tabou», conclut-il avec un clin d’oeil qui en dit long sur les ambitions de Numidia News TV.

Numidia News TV dispose de 22 bureaux dans le monde
Numidia News TV qui en est encore aux essais techniques impressionne déjà par le nombre de ses correspondants à travers le monde. «On dispose de 22 bureaux à travers le monde», affirme Mustapha Bamoune le directeur de la rédaction chargé de la coordination entre les différents bureaux dont dispose la chaîne à travers le monde. «On dispose également de correspondants itinérants ce qui fait que notre logo et présent dans 35 pays à travers le monde», ajoute-t-il en précisant que ces bureaux se trouvent dans les plus grandes capitales du monde et couvrent des régions entières. Il cite entre autres, Washington, Paris, Bruxelles, Barcelone, Ghaza, Istanbul, Doha, Sanaâ. «On est accrédités à l’Onu et au Conseil de sécurité des Nations unies, au Congrès américain, à l’Union européenne, au Parlement européen ainsi qu’à l’Otan», souligne-t-il avec fierté. Cette chaîne qui n’a pas encore annoncé son lancement officiel, s’est distinguée par sa présence au milieu des combattants palestiniens lors de l’attaque israélienne contre la bande de Ghaza où elle a couvert l’évènement minute par minute. Les Algériens ont également eu à apprécier les déclarations qu’elle a arrachées au président français François Hollande. Ou encore celles arrachées au ministre des Affaires étrangères Algérien, Mourad Medelci, à Washington. Ces scoops ont fait la popularité de cette chaîne qui n’est encore qu’à la diffusion expérimentale!

Comment peut-on la capter?
Numidia News TV qui est dédiée aux news, émet à partir du satellite Nilsat 7° west et peut-être capter selon les orientations suivantes: 11603 H 27500 ¾. Elle est encore au stade expérimental et aux essais techniques mais elle émet 24/24. La date de son lancement officiel n’a pas encore été décidée. «Une chaîne ce n’est pas n’importe quoi. Il faut prendre son temps pour la lancer convenablement», nous ont affirmé ses responsables.* L’Expression-25.12.2012.

*********************************

Menaces sur  la chaîne de télévision privée  » Numidia News TV »

La chaîne de télévision privée s’apprêtait à diffuser une enquête sur la gestion du transport universitaire par le groupe privé Mahieddine Tahkout .

Le torchon brûle entre la direction de la chaîne de télévision privée de droit suisse, Numidia News TV, et le transporteur privé Mahieddine Tahkout. La polémique entre les deux entreprises enfle et prend des proportions graves. Les responsables de la chaîne, qui s’apprêtaient à diffuser «une enquête exclusive sur les graves dépassements du transporteur», affirment «avoir reçu diverses menaces proférées contre eux par les mis en cause».

Nous avons été menacés de disparition pure et simple, d’être brûlés et de voir nos enfants kidnappés. Mais cela ne nous intimide pas», a affirmé une source de Numidia News au site économique Maghreb Emergent. La même source annonce la diffusion prochaine de l’enquête en question.

«Une plainte contre X a été déposée en Suisse par le propriétaire de la chaîne, Mohamed Khadir», explique-t-elle. De leur côté, les responsables de l’entreprise Tahkout démentent. Contacté par El Watan, un responsable de l’entreprise affirme d’abord que le patron, Tahkout Mahieddine, est actuellement à Dubaï. «Mais nous allons animer une conférence de presse dans les prochains jours pour prouver que les informations de Numidia News n’ont aucune part de vérité», affirme-t-il. Y a-t-il une nouvelle affaire Tahkout-Numidia News après celle qui oppose le groupe au président d’Alliance Assurances, Hassan Khelifati ? Pourquoi ce transporteur qui a pu décrocher, depuis plusieurs années, le juteux contrat du transport universitaire est-il aujourd’hui au centre d’une grosse polémique ?

Selon Numidia News TV, il y a au moins deux faits d’actualité qui ont motivé sa décision d’enquêter sur le groupe. Premier élément déclencheur : les plaintes d’une délégation des organisations estudiantines qui s’est rendue à la rédaction de la chaîne pour dénoncer «les mauvaises conditions du transport universitaire», assuré principalement par le groupe Tahkout. «Nous avons reçu la visite d’une délégation de syndicats étudiants qui se plaignaient des conditions de vie. Il a été beaucoup question du mauvais fonctionnement du transport assuré par l’entreprise Tahkout. Nous avons mis un journaliste sur cette piste et nous avons découvert qu’il y avait un écart inexpliqué entre le nombre de bus revendiqués par Tahkout Mahieddine et le nombre réellement assuré. Le premier est de 6000 et le second de 1800», expliquent les responsables de la chaîne à Maghreb Emergent.

«Appel à témoins»

Le second événement est, explique-t-on, le conflit juridique avec l’assureur Alliance Assurances «qui nous a appris que le groupe Tahkout avait déjà un conflit du même genre pour non-paiement avec la CNMA et avec GAM Assurances». Pour les besoins de son enquête, la chaîne a posté sur son site internet une sorte d’«appel à témoins (1,39 minute)» à l’adresse de «tous ceux qui ont été victimes des dépassements du groupe en question». 

La chaîne privée se serait également intéressée aux activités à l’international du groupe Tahkout qui «sont non connues par le fisc et la Banque d’Algérie, les changements périodiques de registre du commerce du groupe et un supposé trafic sur les vignettes de la flotte de bus». Il y a quelques jours, Numidia News avait diffusé un bandeau affirmant que «l’enquête sur la tentative de kidnapping du fils de Khelifati s’orientait vers un transporteur». Un bandeau qui a été vite retiré.*El Watan-20.05.2013.

***********************************



9 trackbacks

Répondre

leprieuremoret |
le site consacré a de tout ... |
bière et brasseries de Moselle |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SuperKill3000
| salomecasta
| Univers Manchettellesque